share_book
Envoyer cet article par e-mail

Tout est passé si vite - Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2003

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Tout est passé si vite - Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2003

Tout est passé si vite - Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2003

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Tout est passé si vite - Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2003"

" C'est fini, je crois ", disait-elle. Elle abandonnait le stylo, caressait sur la table la petite pyramide de marbre, le boîtier pour ses bagues, le socle de la lampe noire où était appuyée la carte du " génie aux fleurs " qui continuait à la protéger, les régions de bois, plus pâle et, usé où, pendant tant d'années, ses mains s'étaient posées et crispées, puis les feuillets alignés qu'elle aimait traverser de lignes portant, chacune, dans le ciel blanc, en haut de la page, un mot qui était, chaque fois, un peu de son coeur, de sa vie qui s'en allait... Elle restait là, penchée, sans pouvoir pleurer, vers les feuillets comme pour leur demander pardon de les abandonner déjà, de n'avoir plus rien à leur donner, à leur sacrifier. Il lui semblait (et elle frémissait tout entière, comme pour les ressaisir, ne pas les laisser s'enfuir) qu'ils venaient vers elle, du fond du silence de la rue du Delta, tous ses personnages, cette petite troupe ahurie, chavirée et triste, pareille à celle d'une croisière déjà finie, qui allait se séparer après une dernière photo de groupe sur un quai et qui paraissait lui dire de loin : " Tout est passé si vite.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 182  pages
  • Dimensions :  1.5cmx14.0cmx20.5cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Blanche
  • ISBN :  2070742903
  • EAN13 :  9782070742905
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Noël Pancrazi

Les dollars des sables

" J'attends, chaque soir, au bout de la playa Bonita, dans un coin d'Éden, quelque part en République dominicaine, Noeli, un jeune métis. C'est, pour moi, le début d'un amour, même s'il repose sur l'argent. L'argent demandé par Noeli en échange du plaisir donné, comme c'est la loi partout ic...

Prix : 76 DH
Tout est passé si vite - Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2003

Élisabeth, romancière et éditrice, est atteinte d'un cancer. Elle rassemble ses forces, un soir de septembre, en compagnie de son meilleur ami, le narrateur, pour retrouver les milieux qu'elle a le mieux connus : la maison d'édition où elle a longtemps travaillé et où elle assiste à un ...

Prix : 75 DH

Corse

Il se compose d'un récit de Jean-Noël Pancrazi sur la mort de son père dans une clinique d'Ajaccio puis sur son enterrement dans un village Corse. C'est un texte poignant et discret qui constitue la suite de Long Séjour. Les photographies de Depardon représentent exclusivement des paysages et d...

Voir tous les livres de Jean-Noël Pancrazi

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" C'est fini, je crois ", disait-elle. Elle abandonnait le stylo, caressait sur la table la petite pyramide de marbre, le boîtier pour ses bagues, le socle de la lampe noire où était appuyée la carte du " génie aux fleurs " qui continuait à la protéger, les régions de bois, plus pâle et, usé où, pendant tant d'années, ses mains s'étaient posées et crispées, puis les feuillets alignés qu'elle aimait traverser de lignes portant, chacune, dans le ciel blanc, en haut de la page, un mot qui était, chaque fois, un peu de son coeur, de sa vie qui s'en allait... Elle restait là, penchée, sans pouvoir pleurer, vers les feuillets comme pour leur demander pardon de les abandonner déjà, de n'avoir plus rien à leur donner, à leur sacrifier. Il lui semblait (et elle frémissait tout entière, comme pour les ressaisir, ne pas les laisser s'enfuir) qu'ils venaient vers elle, du fond du silence de la rue du Delta, tous ses personnages, cette petite troupe ahurie, chavirée et triste, pareille à celle d'une croisière déjà finie, qui allait se séparer après une dernière photo de groupe sur un quai et qui paraissait lui dire de loin : " Tout est passé si vite.