share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Locandiera

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Locandiera

La Locandiera

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Locandiera"

Dans une auberge de Florence, vers le milieu du XVIIIe siècle, un marquis et un comte rivalisent de grâces auprès de la maîtresse des lieux dont ils voudraient l'un et l'autre obtenir les faveurs. Mais l'hôtelière, Mirandolina, prête davantage d'attention à un autre de ses clients, un chevalier misogyne et rugueux, plein de morgue à son endroit : pour venger l'affront qu'il fait à son sexe, elle se met en tête de le séduire - afin de le berner. Jouée pour la première fois le 26 décembre 1752, La Locandiera doit beaucoup à la figure centrale de Mirandolina dont la faconde, le charme et le talent de simulation ne font pas oublier la face d'ombre que le chevalier finit par découvrir, tardivement et à ses dépens. Son caractère, ainsi, se construit sous nos yeux, et justifie la remarque de Stendhal qui disait de Goldoni que ses personnages " tournent " et " vivent ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 282  pages
  • Dimensions :  1.4cmx10.8cmx17.6cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Classiques
  • ISBN :  225308249X
  • EAN13 :  9782253082491
  • Classe Dewey :  852.6
  • Langue : Français

D'autres livres de Carlo Goldoni

Théâtre

Prix : 55 DH
Arlequin, serviteur de deux maîtres

Sujet : Pour améliorer son ordinaire et pouvoir manger à sa faim, Arlequin se montre rusé et sert deux maîtres à la fois. Seulement les choses se compliquent car les deux maîtres logent dans la même auberge et se révèlent être les deux moitiés d'un couple amoureux, ignorant chacun la [...

L'Avant-Scene Theatre n°1205-1206 ; Zelinda et Lindoro

Zelinda a dix-sept ans, Lindoro dix-huit. Ils sont de bonne naissance et s aiment depuis l enfance. La guerre a fait de Zelinda une orpheline, recueillie à Pavie par un grand seigneur. Lindoro a quitté Gênes et sa noble famille pour la rejoindre. Mais dans la demeure où ils se sont fait engager ...

Le café - Les amoureux

Les deux comédies qui se trouvent ici réunies sont parmi les plus originales du théâtre si divers de Goldoni. Dans Le Café, pour la première fois, le dramaturge vénitien choisit de représenter, non pas " une histoire, une passion, un caractère " comme il en a eu coutume jusque-là, mais un ...

Voir tous les livres de Carlo Goldoni

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans une auberge de Florence, vers le milieu du XVIIIe siècle, un marquis et un comte rivalisent de grâces auprès de la maîtresse des lieux dont ils voudraient l'un et l'autre obtenir les faveurs. Mais l'hôtelière, Mirandolina, prête davantage d'attention à un autre de ses clients, un chevalier misogyne et rugueux, plein de morgue à son endroit : pour venger l'affront qu'il fait à son sexe, elle se met en tête de le séduire - afin de le berner. Jouée pour la première fois le 26 décembre 1752, La Locandiera doit beaucoup à la figure centrale de Mirandolina dont la faconde, le charme et le talent de simulation ne font pas oublier la face d'ombre que le chevalier finit par découvrir, tardivement et à ses dépens. Son caractère, ainsi, se construit sous nos yeux, et justifie la remarque de Stendhal qui disait de Goldoni que ses personnages " tournent " et " vivent ".