share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Sept voies de la désobéissance

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Sept voies de la désobéissance

Les Sept voies de la désobéissance

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Sept voies de la désobéissance"

Les sept voies de la désobéissance débute comme un conte ancien ou une légende zen. Il met en scène un viaux sage, Maître Wong et ses trois disciples, Tchidan, Nidan et Sandan. Un timide maladif, un impulsif obstiné, et le dernier, une perfection de tranquillité d'esprit et de bonté d'âme. Chacun y joue son rôle. Le maître enseigne, les disciples apprennent. Tout pourrait donc se passer pour le mieux, mais il n'y aurait alors ni conte, ni récit. Tout ne se passe donc pas pour le mieux. Parce que, dans tout apprentissage, il y a une part d'imprévu que nul, même le maître le plus aguerri, ne peut contrôler. Parce que dans tout enseignement, il y a une part de folie que nul, même le disciple le plus souple, ne peut accepter. Dès lors, tous, disciples et maître, s'exposent à de grands dangers. Les personnages de ce récit mettront sept jours pour se rendre à cette évidence – le péril d'être soit disciple soit maître –, sept jours durant lesquels ils prononceront, commenteront, interprèteront et oublieront les sept aphorismes suivants : 1. Parle afin que je te voie 2. Qui voit le ciel dans l'eau voit des poissons dans les arbres 3. Ne demande pas ton chemin, tu risquerais de ne pas te perdre 4. Aime ta douleur comme on aime une femme 5. Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement 6. La poule du voisin est toujours une oie 7. Lorsque le bûcheron pénétra dans la forêt avec sa hache, les arbres se dirent : ne nous inquiétons pas, le manche est des nôtres. Sept jours durant Wong va les inciter à repenser leurs actions à partir d'une maxime chaque fois différente. Sept journées où il va tenter de les faire obéir à ses préceptes, de les soumettre à des épreuves allégoriques, de tester leur capacité de résistance. Est-il parvenu à ses fins ? Sa dernière leçon, il la tiendra seul, sans plus aucun disciple autour de lui : Tchidan, le timide a été facile à tromper ; Nidan, l'entêté a échoué malgré ses tentatives de mettre en péril la rhétorique du maître ; quant à Sandan, le parfait, il a troqué son humeur égale contre une cruauté illimitée. Mais alors qui va succéder vraiment au maître, après maître Wong ? Ce conte cruel – avec son injonction paradoxale et suicidaire – peut se lire aussi comme la relation d'un voyage opiacé au cours duquel la chronologie et la notion même de durée sont bouleversées ; futur, passé, présent s'y chevauchent mais Maître Wong lui même est peut-être un rêve. Le rêve de maître Wong.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 96  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.2cmx16.2cm
  • Poids : 40.8g
  • Editeur :   Verticales Paru le
  • Collection : Minimales
  • ISBN :  284335188X
  • EAN13 :  9782843351884
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Olivia Rosenthal

On est pas là pour disparaître

On n'est pas là pour disparaître part du portrait d'un homme atteint de la maladie d'Alzheimer pour saisir sur le vif ce qu'est la perte de la mémoire, de la parole et de la raison. Un livre optimiste et désespéré, qui confirme le talent et l'inventivité langagière d'Olivia ...

Prix : 71 DH
Que font les rennes après Noël ?

Vous aimez les animaux. Ce livre raconte leur histoire et la vôtre. L'histoire d'une enfant qui croit que le traîneau du père Noël apporte les cadeaux et qui sera forcée un jour de ne plut y croire. Il faut grandir, il faut s'affranchir. C'est très difficile. C'est 'même impossible. Au [.....

On n'est pas là pour disparaître

On n'est pas là pour disparaître part du portrait d'un homme atteint de la maladie d'Alzheimer pour saisir sur le vif ce qu'est la perte de la mémoire, de la parole et de la raison. Avec ce septième livre optimiste et désespéré, Olivia Rosenthal confirme son talent et son inventivité langagi...

Voir tous les livres de Olivia Rosenthal

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les sept voies de la désobéissance débute comme un conte ancien ou une légende zen. Il met en scène un viaux sage, Maître Wong et ses trois disciples, Tchidan, Nidan et Sandan. Un timide maladif, un impulsif obstiné, et le dernier, une perfection de tranquillité d'esprit et de bonté d'âme. Chacun y joue son rôle. Le maître enseigne, les disciples apprennent. Tout pourrait donc se passer pour le mieux, mais il n'y aurait alors ni conte, ni récit. Tout ne se passe donc pas pour le mieux. Parce que, dans tout apprentissage, il y a une part d'imprévu que nul, même le maître le plus aguerri, ne peut contrôler. Parce que dans tout enseignement, il y a une part de folie que nul, même le disciple le plus souple, ne peut accepter. Dès lors, tous, disciples et maître, s'exposent à de grands dangers. Les personnages de ce récit mettront sept jours pour se rendre à cette évidence – le péril d'être soit disciple soit maître –, sept jours durant lesquels ils prononceront, commenteront, interprèteront et oublieront les sept aphorismes suivants : 1. Parle afin que je te voie 2. Qui voit le ciel dans l'eau voit des poissons dans les arbres 3. Ne demande pas ton chemin, tu risquerais de ne pas te perdre 4. Aime ta douleur comme on aime une femme 5. Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement 6. La poule du voisin est toujours une oie 7. Lorsque le bûcheron pénétra dans la forêt avec sa hache, les arbres se dirent : ne nous inquiétons pas, le manche est des nôtres. Sept jours durant Wong va les inciter à repenser leurs actions à partir d'une maxime chaque fois différente. Sept journées où il va tenter de les faire obéir à ses préceptes, de les soumettre à des épreuves allégoriques, de tester leur capacité de résistance. Est-il parvenu à ses fins ? Sa dernière leçon, il la tiendra seul, sans plus aucun disciple autour de lui : Tchidan, le timide a été facile à tromper ; Nidan, l'entêté a échoué malgré ses tentatives de mettre en péril la rhétorique du maître ; quant à Sandan, le parfait, il a troqué son humeur égale contre une cruauté illimitée. Mais alors qui va succéder vraiment au maître, après maître Wong ? Ce conte cruel – avec son injonction paradoxale et suicidaire – peut se lire aussi comme la relation d'un voyage opiacé au cours duquel la chronologie et la notion même de durée sont bouleversées ; futur, passé, présent s'y chevauchent mais Maître Wong lui même est peut-être un rêve. Le rêve de maître Wong.