share_book
Envoyer cet article par e-mail

Warda

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Warda

Warda

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Warda"

Le Caire, septembre 1992 Dès lors que j'ai décidé de faire ce voyage, j'ai cessé de la voir en rêve. Jusqu'à ce jour, elle hantait mon sommeil. Je la voyais toujours au milieu d'une foule de gens couchés sur des sofas, comme dans les tableaux romains, ou comme au paradis. Nous étions dans une salle très vaste, ou sur le pont d'un navire. A chaque fois, elle se tournait vers moi avec un regard mystérieux, à la fois interrogateur, complice et séducteur. Je me rapprochais d'elle, étonné de son consentement, jusqu'à la côtoyer. Elle m'encourageait d'un sourire discret. J'approchais davantage, je la touchais, plaquais une jambe contre la sienne. Alors, me faisant face de tout son corps, indifférente aux gens autour de nous, elle m'attirait à elle ; je sentais contre mon corps tendu chaque courbe et chaque repli caché de son corps. Tandis que je jetais des regards furtifs vers les autres, de peur qu'on ne remarque notre manège, mon plaisir montait en puissance, mais avant qu'il n'atteigne son terme, la scène changeait brutalement. De rares fois seulement, mon émotion était si forte qu'elle emportait tous les barrages et me laissait, au réveil qui venait aussitôt après, trempé, enflammé, comblé. Cette vision d'elle, toujours forte, extraordinairement claire et marquante, me poursuivait bien au-delà du réveil ; je restais alors sous l'effet de sa présence active, ayant perdu tout sens du réel, incapable de distinguer entre le rêve et la réalité, un moment en proie à l'illusion que je pourrais retrouver le souvenir de quelque chose qui était vraiment arrivé. Et je m'émerveillais des circonstances qui voulaient que ce fût elle qui remonte à la surface de tous les événements et de toutes les femmes de ma vie depuis la dernière fois où je l'avais vue, il y a plus de trente ans, alors que je ne l'avais jamais connue de près et que notre relation n'avait jamais pris la tournure intime qu'elle avait dans le rêve. Pourquoi avait-elle choisi, ou plutôt pourquoi avais-je choisi, moi, ce moment précis pour qu'elle apparaisse avec cette force et cette soudaineté, ce moment où j'entrais à grands pas dans la sixième, et peut-être dernière, décennie de ma vie ? Mascate, septembre 1992 – Mets la ceinture, mon vieux, sinon on est foutus, dit Fathi en bouclant la sienne. Ici, c'est pas comme chez nous, ils ne rigolent pas avec le code de la route. Ce n'est plus chez nous, avais-je envie de lui dire, mais je me suis abstenu, pour nous éviter une vaine discussion politique. Tandis qu'il quittait le parking de l'aéroport, je me suis soumis. Je dus m'y reprendre à deux ou trois fois pour boucler la ceinture, m'attirant une réflexion moqueuse de Fathi. Un peu plus âgé que moi, plus gros, plus gai aussi, il fredonnait sans arrêt toutes sortes de mélodies : musique arabe, classiques européens, opéras, ou des airs de sa composition — c'est son métier. Il était en chemise à manches courtes ; à côté de lui, avec tous mes vêtements, j'avais une drôle d'allure. Je voulus ôter ma veste, mais il m'arrêta : – Garde-la, la voiture est climatisée. – Je ne m'attendais pas à cette chaleur. Je n'ai pris que des vêtements d'hiver. – Ce n'est pas un problème. Demain on ira t'acheter tout ce qu'il te faut. Il conduisait sa voiture japonaise sur une chaussée lisse comme la soie, éclairée par des réverbères, vierge de toute trace de vie, parsemée de gendarmes couchés où il ralentissait et braquait légèrement pour les franchir à l'angle adéquat, exactement comme il faut. Après plusieurs ronds-points, l'espace de part et d'autre de la route commença à se remplir de maisons d'habitation, la plupart d'un seul étage. – Souviens-toi toujours de cette route, c'est la principale. Avenue Qabous. C'est la plus longue du pays, elle finit au port. Le port Qabous. Peu après, il ajouta : Maintenant, on va passer devant Qabous City, à droite. – Tout porte son nom ? – Exactement comme chez nous. Mais lui, il le mérite. Ce pays n'était rien avant qu'il ne prenne le pouvoir. Bien qu'il y eût très peu de circulation, il conduisait prudemment, au contraire de son habitude au Caire autrefois. Il s'arrêta même à un feu rouge alors que nous étions la seule voiture de part et d'autre du carrefour et qu'on ne voyait pas l'ombre d'un piéton. Tout s'expliqua quand une voiture de police apparut à côté de la nôtre. – Si tu veux conduire ici, il te faut un nouveau permis, et l'examen est sérieux, me dit-il en redémarrant. Ils ne reconnaissent pas le permis égyptien. – J'ai un permis international. – Inutile. Il faut le permis omanais. Ils savent comment on obtient le permis chez nous. Il se mit à fredonner le dernier tube de Cheb Khaled, puis s'arrêta un instant pour me dire : – Ça ne m'étonne pas que tu aies attendu ton visa des mois, c'est courant. L'étonnant, c'est qu'ils aient fini par te le donner. Il n'y a pas vraiment de quoi s'étonner. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, depuis longtemps. Après avoir longé des masses sombres, nous sommes arrivés dans un quartier de construction récente, bien éclairé et ordonné, à l'entrée duquel s'élevait l'inévitable Sheraton. – On est arrivés. Des voitures sont alignées de part et d'autre de rues tranquilles, bordées de vitrines éclairées regorgeant d'appareils électriques, de vêtements, de lunettes, de jouets. Il a fallu tourner longtemps avant de trouver une place. Je me libère de ma ceinture. Il m'aide à sortir mon sac de voyage du coffre, me demande de patienter une seconde, le temps de mettre en route l'alarme. – Il y a beaucoup de voleurs ? – Rares sont ceux qui s'y risquent. La police est implacable. Il suffit d'être soupçonné de vol pour se faire expulser. – Où ? – Dans ton pays. Un Omanais ne peut pas voler, il n'en a pas besoin. Le voleur est donc forcément un travailleur étranger. Indien, pakistanais, philippin. Ce sont eux qui font les boulots mal payés. Nous parcourons plusieurs rues à pied, tenant chacun le sac par une poignée, avant d'arriver au seuil d'un immeuble neuf de quatre étages, dont le rez-de-chaussée est occupé par un bureau de fret. L'ascenseur nous laisse au troisième. – Chafika dort depuis deux heures, dit-il en sortant une clé de sa poche. Il ouvre sans bruit. Nous traversons une petite pièce meublée d'une grande table, pour gagner un salon éclairé où trône un grand meuble de rangement contenant quelques livres, des bibelots et une énorme télévision. Je me jette sur un fauteuil tandis qu'il allume la télévision avec la télécommande. Le portrait du sultan Qabous apparaît derrière le présentateur du dernier journal télévisé. Une rose rouge qui porte le nom du sultan a été présentée dans une exposition florale quelque part en Europe. Je retiens Fathi qui veut changer de chaîne. Le présentateur retrace l'histoire de la rose : créée par une association hollandaise après deux ans de travail et d'expériences, elle se distingue par sa couleur éclatante, son parfum suave et sa longue tige... Baptisée Qabous en hommage à la contribution personnelle de l'illustre sultan au développement des relations internationales, la rose, qui portera à jamais son nom, lui a été remise à l'occasion des fêtes du vingtième anniversaire du sultanat. --Ce texte fait référence à lédition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 450  pages
  • Dimensions :  2.4cmx11.0cmx16.8cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Babel
  • ISBN :  274275685X
  • EAN13 :  9782742756858
  • Classe Dewey :  892.736
  • Langue : Français

D'autres livres de Sonallah Ibrahim

Charaf ou l'honneur

Charaf ("honneur" en arabe), un jeune égyptien d'une vingtaine d'années, traîne son désœuvrement dans une rue commerçante du centre-ville du Caire, haut lieu d'une société de consommation à laquelle il n'a pas accès. Devant une salle de cinéma, un étranger lui offre une place et ...

Prix : 160 DH
Turbans et chapeaux

Ce roman se présente comme un récit parallèle à la chronique de l'historien Jabarti, témoin oculaire de la conquête de l'Égypte par Bonaparte en 1798. Il serait l'ouvre d'un jeune disciple possédant quelques rudiments de français qui vont lui permettre d'être recruté à l'Institut d'Egypt...

Les Années de Zeth

Il s'agit de quatre entretiens avec Mahmoud Darwich (trois accordés à des revues arabes, menés successivement par le poète libanais Abbas Beydoun, le critique syrien Sobhi Hadidi, la romancière palestinienne Liana Badr, et le dernier avec la poétesse israélienne Helit Yeshurun). Le grand poè...

Amrikanli : Un automne à San Francisco

Un universitaire égyptien, professeur d'histoire comparée, est invité par un collègue et compatriote émigré aux Etats-Unis à enseigner pendant un semestre à San Francisco. Nous sommes à l'automne 1998, au moment où le président Clinton s'embourbe dans l'affaire Monica Lewinsky. Le roman s...

Voir tous les livres de Sonallah Ibrahim

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le Caire, septembre 1992 Dès lors que j'ai décidé de faire ce voyage, j'ai cessé de la voir en rêve. Jusqu'à ce jour, elle hantait mon sommeil. Je la voyais toujours au milieu d'une foule de gens couchés sur des sofas, comme dans les tableaux romains, ou comme au paradis. Nous étions dans une salle très vaste, ou sur le pont d'un navire. A chaque fois, elle se tournait vers moi avec un regard mystérieux, à la fois interrogateur, complice et séducteur. Je me rapprochais d'elle, étonné de son consentement, jusqu'à la côtoyer. Elle m'encourageait d'un sourire discret. J'approchais davantage, je la touchais, plaquais une jambe contre la sienne. Alors, me faisant face de tout son corps, indifférente aux gens autour de nous, elle m'attirait à elle ; je sentais contre mon corps tendu chaque courbe et chaque repli caché de son corps. Tandis que je jetais des regards furtifs vers les autres, de peur qu'on ne remarque notre manège, mon plaisir montait en puissance, mais avant qu'il n'atteigne son terme, la scène changeait brutalement. De rares fois seulement, mon émotion était si forte qu'elle emportait tous les barrages et me laissait, au réveil qui venait aussitôt après, trempé, enflammé, comblé. Cette vision d'elle, toujours forte, extraordinairement claire et marquante, me poursuivait bien au-delà du réveil ; je restais alors sous l'effet de sa présence active, ayant perdu tout sens du réel, incapable de distinguer entre le rêve et la réalité, un moment en proie à l'illusion que je pourrais retrouver le souvenir de quelque chose qui était vraiment arrivé. Et je m'émerveillais des circonstances qui voulaient que ce fût elle qui remonte à la surface de tous les événements et de toutes les femmes de ma vie depuis la dernière fois où je l'avais vue, il y a plus de trente ans, alors que je ne l'avais jamais connue de près et que notre relation n'avait jamais pris la tournure intime qu'elle avait dans le rêve. Pourquoi avait-elle choisi, ou plutôt pourquoi avais-je choisi, moi, ce moment précis pour qu'elle apparaisse avec cette force et cette soudaineté, ce moment où j'entrais à grands pas dans la sixième, et peut-être dernière, décennie de ma vie ? Mascate, septembre 1992 – Mets la ceinture, mon vieux, sinon on est foutus, dit Fathi en bouclant la sienne. Ici, c'est pas comme chez nous, ils ne rigolent pas avec le code de la route. Ce n'est plus chez nous, avais-je envie de lui dire, mais je me suis abstenu, pour nous éviter une vaine discussion politique. Tandis qu'il quittait le parking de l'aéroport, je me suis soumis. Je dus m'y reprendre à deux ou trois fois pour boucler la ceinture, m'attirant une réflexion moqueuse de Fathi. Un peu plus âgé que moi, plus gros, plus gai aussi, il fredonnait sans arrêt toutes sortes de mélodies : musique arabe, classiques européens, opéras, ou des airs de sa composition — c'est son métier. Il était en chemise à manches courtes ; à côté de lui, avec tous mes vêtements, j'avais une drôle d'allure. Je voulus ôter ma veste, mais il m'arrêta : – Garde-la, la voiture est climatisée. – Je ne m'attendais pas à cette chaleur. Je n'ai pris que des vêtements d'hiver. – Ce n'est pas un problème. Demain on ira t'acheter tout ce qu'il te faut. Il conduisait sa voiture japonaise sur une chaussée lisse comme la soie, éclairée par des réverbères, vierge de toute trace de vie, parsemée de gendarmes couchés où il ralentissait et braquait légèrement pour les franchir à l'angle adéquat, exactement comme il faut. Après plusieurs ronds-points, l'espace de part et d'autre de la route commença à se remplir de maisons d'habitation, la plupart d'un seul étage. – Souviens-toi toujours de cette route, c'est la principale. Avenue Qabous. C'est la plus longue du pays, elle finit au port. Le port Qabous. Peu après, il ajouta : Maintenant, on va passer devant Qabous City, à droite. – Tout porte son nom ? – Exactement comme chez nous. Mais lui, il le mérite. Ce pays n'était rien avant qu'il ne prenne le pouvoir. Bien qu'il y eût très peu de circulation, il conduisait prudemment, au contraire de son habitude au Caire autrefois. Il s'arrêta même à un feu rouge alors que nous étions la seule voiture de part et d'autre du carrefour et qu'on ne voyait pas l'ombre d'un piéton. Tout s'expliqua quand une voiture de police apparut à côté de la nôtre. – Si tu veux conduire ici, il te faut un nouveau permis, et l'examen est sérieux, me dit-il en redémarrant. Ils ne reconnaissent pas le permis égyptien. – J'ai un permis international. – Inutile. Il faut le permis omanais. Ils savent comment on obtient le permis chez nous. Il se mit à fredonner le dernier tube de Cheb Khaled, puis s'arrêta un instant pour me dire : – Ça ne m'étonne pas que tu aies attendu ton visa des mois, c'est courant. L'étonnant, c'est qu'ils aient fini par te le donner. Il n'y a pas vraiment de quoi s'étonner. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, depuis longtemps. Après avoir longé des masses sombres, nous sommes arrivés dans un quartier de construction récente, bien éclairé et ordonné, à l'entrée duquel s'élevait l'inévitable Sheraton. – On est arrivés. Des voitures sont alignées de part et d'autre de rues tranquilles, bordées de vitrines éclairées regorgeant d'appareils électriques, de vêtements, de lunettes, de jouets. Il a fallu tourner longtemps avant de trouver une place. Je me libère de ma ceinture. Il m'aide à sortir mon sac de voyage du coffre, me demande de patienter une seconde, le temps de mettre en route l'alarme. – Il y a beaucoup de voleurs ? – Rares sont ceux qui s'y risquent. La police est implacable. Il suffit d'être soupçonné de vol pour se faire expulser. – Où ? – Dans ton pays. Un Omanais ne peut pas voler, il n'en a pas besoin. Le voleur est donc forcément un travailleur étranger. Indien, pakistanais, philippin. Ce sont eux qui font les boulots mal payés. Nous parcourons plusieurs rues à pied, tenant chacun le sac par une poignée, avant d'arriver au seuil d'un immeuble neuf de quatre étages, dont le rez-de-chaussée est occupé par un bureau de fret. L'ascenseur nous laisse au troisième. – Chafika dort depuis deux heures, dit-il en sortant une clé de sa poche. Il ouvre sans bruit. Nous traversons une petite pièce meublée d'une grande table, pour gagner un salon éclairé où trône un grand meuble de rangement contenant quelques livres, des bibelots et une énorme télévision. Je me jette sur un fauteuil tandis qu'il allume la télévision avec la télécommande. Le portrait du sultan Qabous apparaît derrière le présentateur du dernier journal télévisé. Une rose rouge qui porte le nom du sultan a été présentée dans une exposition florale quelque part en Europe. Je retiens Fathi qui veut changer de chaîne. Le présentateur retrace l'histoire de la rose : créée par une association hollandaise après deux ans de travail et d'expériences, elle se distingue par sa couleur éclatante, son parfum suave et sa longue tige... Baptisée Qabous en hommage à la contribution personnelle de l'illustre sultan au développement des relations internationales, la rose, qui portera à jamais son nom, lui a été remise à l'occasion des fêtes du vingtième anniversaire du sultanat. --Ce texte fait référence à lédition Broché .