share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mission à Saïgon, numéro 20

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mission à Saïgon, numéro 20

Mission à Saïgon, numéro 20

  (Auteur)


Prix : 94,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mission à Saïgon, numéro 20"

Dans un Vietnam ravagé par la guerre, Malko a pour tâche de convaincre un vieux général en retraite d'apporter sa caution morale... (et une liste d'"amis" sûrs) à un colonel tout prêt à renverser le pouvoir en place, au plus grand bonheur des États-Unis. Ce ne serait pas la première fois que la CIA fomenterait un coup d'état! Un rôle de Monsieur-Bons-Offices qui ne devrait pas, exceptionnellement, se transformer en mission suicide et qui démarre pourtant sous de fort fâcheux auspices : à peine Malko est-il arrivé à Saigon que le colonel Mitchell, avec qui il avait rendez-vous, se "suicide" à la manière des bonzes. Arrosé d'essence par trois autres bonze, il est ensuite transformé en torche vivante. Manifestement, ce "suicide", sous les fenêtres même de l'ambassade n'ont qu'un but : l'intimider. Il en faudrait un plus pour faire abandonner SAS! Rapidement, il se trouve en profond désaccord avec son Chef de Mission et n'a plus, pour l'aider à convaincre ce dernier de la véracité de ce qu'il avance, qu'un mythomane plein de fantaisie, un ivrogne et un antiquaire excentrique, dont l'unique rêve est de contempler un champ de tulipes au printemps. Et contre lui, l'Asie avec ses secrets, ses manips sournoisement compliquées et sa cruauté.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 254  pages
  • Dimensions :  1.6cmx10.8cmx16.8cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Malko - Gérard De Villiers Paru le
  • Collection : SAS
  • ISBN :  2842672151
  • EAN13 :  9782842672157
  • Classe Dewey :  849
  • Langue : Français

D'autres livres de G. de Villiers

SAS, numéro 17

- Tu m'as rendue merveilleusement heureuse, murmura Samantha de sa voix veloutée. - Toi aussi, dit Malko. Son bras pendait hors du canapé et elle semblait parfaitement détendue. - Tu garderas un bon souvenir, soupira-t-elle. Les yeux gris de Samantha avaient repris toute leur dureté. Malko [....

Prix : 94 DH
SAS, numéro 26 : Mort à Beyrouth

Katia revint dans la pièce où Malko reposait sur le ventre. Il sentit ses mains lui caresser les reins. Amoureusement Soudain, il eut l'impression qu'elle lui avait versé un liquide glacé sur sa fesse gauche. Il aperçut une longue aiguille enfoncée dans sa chair, prolongement d'une seringue re...

Voir tous les livres de G. de Villiers

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans un Vietnam ravagé par la guerre, Malko a pour tâche de convaincre un vieux général en retraite d'apporter sa caution morale... (et une liste d'"amis" sûrs) à un colonel tout prêt à renverser le pouvoir en place, au plus grand bonheur des États-Unis. Ce ne serait pas la première fois que la CIA fomenterait un coup d'état! Un rôle de Monsieur-Bons-Offices qui ne devrait pas, exceptionnellement, se transformer en mission suicide et qui démarre pourtant sous de fort fâcheux auspices : à peine Malko est-il arrivé à Saigon que le colonel Mitchell, avec qui il avait rendez-vous, se "suicide" à la manière des bonzes. Arrosé d'essence par trois autres bonze, il est ensuite transformé en torche vivante. Manifestement, ce "suicide", sous les fenêtres même de l'ambassade n'ont qu'un but : l'intimider. Il en faudrait un plus pour faire abandonner SAS! Rapidement, il se trouve en profond désaccord avec son Chef de Mission et n'a plus, pour l'aider à convaincre ce dernier de la véracité de ce qu'il avance, qu'un mythomane plein de fantaisie, un ivrogne et un antiquaire excentrique, dont l'unique rêve est de contempler un champ de tulipes au printemps. Et contre lui, l'Asie avec ses secrets, ses manips sournoisement compliquées et sa cruauté.