share_book
Envoyer cet article par e-mail

Comment se dire adieu ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Comment se dire adieu ?

Comment se dire adieu ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Comment se dire adieu ?"

" Monter sur scène compensait tout : l'épuisement, la nourriture grasse, l'ennui. C'était une drogue. J'adorais cela. J'adorais nos costumes de scène et nos chaussures luminescentes. J'adorais me déhancher et suer devant ces enceintes géantes. Au concert, le public - blanc, noir et mélangé - nous jetait des fleurs, des perles de verres, des boules de gommes. Quand Ruby chantait Let us be joined, qui passait pour une chanson sur l'intégration mais qui ne parlait que de sexe, le public criait, hurlait et jetait des confettis découpés dans leur programme-souvenir " Ruby Tremblay ". Difficile de retranscrire la ferveur mièvre de cette époque. J'avais l'impression d'être dans un rêve fiévreux, mieux encore dans un rêve éveillé. " A vingt ans et quelque, Geraldine Coleshares, plaque sa thèse sur Jane Austen ou la guerre des sexes, pour être la première danseuse blanche du plus grand groupe rythm and blues de tous les temps : Ruby Tremblay & les Tremblettes. Difficile, dix ans plus tard, de répondre aux questions des amis très chics de son mari avocat, même quand on a travaillé (un peu), fait un bébé (génial), trouvé un amant (juste un soir). Car Geraldine, elle, hésite encore : diva pop noire ou juive d'Europe centrale d'avant l'Holocauste, ça lui plairait bien.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 260  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.5cmx21.6cm
  • Poids : 317.5g
  • Editeur :   Autrement Paru le
  • Collection : Littératures
  • ISBN :  2746702290
  • EAN13 :  9782746702295
  • Classe Dewey :  813.54
  • Langue : Français

D'autres livres de Laurie Colwin

Comment se dire adieu ?

" Monter sur scène compensait tout : l'épuisement, la nourriture grasse, l'ennui. C'était une drogue. J'adorais cela. J'adorais nos costumes de scène et nos chaussures luminescentes. J'adorais me déhancher et suer devant ces enceintes géantes. " A vingt ans et quelques, Géraldine Coleshares ...

Prix : 88 DH
Rien que du bonheur

Dans une prose minimaliste, Laurie Colwin décrit le quotidien des new-Yorkais branchés et ce qu’il advient d’eux lorsqu’un grain de sable vient faire légèrement grincer la mécanique. entre un mari esseulé découvrant en l’absence de sa femme la magie de la télévision, des gâteaux ...

Prix : 81 DH

Intimités

Couples qui doutent ou peinent à se former. Rencontres inespérées, improbables ou ratées. Doux excentriques, intellectuels déboussolés, studieux et timides. Jeunes adultes engoncés dans leur vie professionnelle, se demandant s’ils réussiront à construire leur bonheur. Peines d’amour et ...

Prix : 88 DH
Une épouse presque parfaite !

Il est des livres qui vous transforment en lecteurs frénétiques, voraces. Des livres qui vous tendent, comme un arc, jusqu'à leur dernière ligne. Commence alors l'incubation des modifications profondes qu'ils ont inséminées en vous. Le quatrième et dernier roman de Laurie Colwin est – [....

Voir tous les livres de Laurie Colwin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Monter sur scène compensait tout : l'épuisement, la nourriture grasse, l'ennui. C'était une drogue. J'adorais cela. J'adorais nos costumes de scène et nos chaussures luminescentes. J'adorais me déhancher et suer devant ces enceintes géantes. Au concert, le public - blanc, noir et mélangé - nous jetait des fleurs, des perles de verres, des boules de gommes. Quand Ruby chantait Let us be joined, qui passait pour une chanson sur l'intégration mais qui ne parlait que de sexe, le public criait, hurlait et jetait des confettis découpés dans leur programme-souvenir " Ruby Tremblay ". Difficile de retranscrire la ferveur mièvre de cette époque. J'avais l'impression d'être dans un rêve fiévreux, mieux encore dans un rêve éveillé. " A vingt ans et quelque, Geraldine Coleshares, plaque sa thèse sur Jane Austen ou la guerre des sexes, pour être la première danseuse blanche du plus grand groupe rythm and blues de tous les temps : Ruby Tremblay & les Tremblettes. Difficile, dix ans plus tard, de répondre aux questions des amis très chics de son mari avocat, même quand on a travaillé (un peu), fait un bébé (génial), trouvé un amant (juste un soir). Car Geraldine, elle, hésite encore : diva pop noire ou juive d'Europe centrale d'avant l'Holocauste, ça lui plairait bien.