share_book
Envoyer cet article par e-mail

Berg et Beck

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Berg et Beck

Berg et Beck

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Berg et Beck"

Ce 8 juin 1942, Berg s'en va à l'école communale de la rue du Moulin-des-Prés à Paris. Il a onze ans. Sur le chemin, rue de la Butte-aux-Cailles, il s'arrête à l'épicerie tenue par les parents de Beck. Ensemble ils ont l'habitude de faire le trajet de l'école, une étoile jaune cousue sur leur veste. Cinq semaines plus tard, les policiers conduisent la famille Beck au Vel d'Hiv. "Pour Henri Beck, il n'y a plus eu de rentrée des classes." Berg n'a jamais revu son ami. Dix ans plus tard, le narrateur se souvient. Le Vel d'Hiv, c'était là qu'ils allaient ensemble admirer les champions cyclistes. Il se rappelle encore les Tours de France, le nom de coureurs illustres, la fabrication de leur journal consacré aux courses de vitesse. Les souvenirs resurgissent, tout doucement, en débris épars. Berg est devenu moniteur d'une colonie de vacances particulière, celle de la Commission centrale de l'enfance, chargée des enfants de déportés. Une colonie qui vit dans une éprouvante gaieté tragique, parce qu'il faut vivre, malgré tout, pour ceux qui ne sont jamais revenus. Voilà pourquoi Berg écrit à Beck des lettres qui ne seront jamais lues. À la fois hommage aux morts et supplique aux vivants, Berg et Beck est une histoire d'amitié, sur fond de non-retour des camps, une amitié rongée par le sentiment de culpabilité, hantée par le gâchis, l'injustice et racontée avec humilité. --Céline Darner

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 250  pages
  • Dimensions :  1.8cmx10.8cmx17.4cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070416224
  • EAN13 :  9782070416226
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Robert Bober

Quoi de neuf sur la guerre ?

Quoi de neuf sur la guerre? En principe rien, puisqu'elle est finie. Nous sommes en 1945-1946, dans un atelier de confection pour dames de la rue de Turenne, à Paris. Il y a là M. Albert, le patron, et sa femme, Léa. Leurs enfants, Raphaël et Betty. Léon, le presseur. Les mécaniciens, Maurice,...

Prix : 87 DH
On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux

C'est le mercredi 24 janvier 1962 que Jules et Jim, dans lequel Bernard Appelbaum avait fait de la figuration, sortit sur les écrans, et c'est le vendredi soir qu'avec sa mère, il est allé le voir au cinéma Vendôme, avenue de l'Opéra. Après la séance, malgré le froid, sa mère lui [....]...

Quoi de neuf sur la guerre ?

Quoi de neuf sur la guerre? En principe rien, puisqu'elle est finie. Nous sommes en 1945-1946, dans un atelier de confection pour dames de la rue de Turenne, à Paris. Il y a là M. Albert, le patron, et sa femme, Léa. Leurs enfants, Raphaël et Betty. Léon, le presseur. Les mécaniciens, Maurice,...

Laissées-pour-compte

Y'a pas d'printemps ", " Un monsieur attendait. " et " Sans vous " sont trois titres de chansons. Mais ce sont aussi les noms donnés à trois vestes fabriquées au début de l'année 1949 dans l'atelier de Monsieur Albert. Laissées-pour-compte, mais vivantes, serrées l'une contre l'autre, elles a...

Voir tous les livres de Robert Bober

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Ce 8 juin 1942, Berg s'en va à l'école communale de la rue du Moulin-des-Prés à Paris. Il a onze ans. Sur le chemin, rue de la Butte-aux-Cailles, il s'arrête à l'épicerie tenue par les parents de Beck. Ensemble ils ont l'habitude de faire le trajet de l'école, une étoile jaune cousue sur leur veste. Cinq semaines plus tard, les policiers conduisent la famille Beck au Vel d'Hiv. "Pour Henri Beck, il n'y a plus eu de rentrée des classes." Berg n'a jamais revu son ami. Dix ans plus tard, le narrateur se souvient. Le Vel d'Hiv, c'était là qu'ils allaient ensemble admirer les champions cyclistes. Il se rappelle encore les Tours de France, le nom de coureurs illustres, la fabrication de leur journal consacré aux courses de vitesse. Les souvenirs resurgissent, tout doucement, en débris épars. Berg est devenu moniteur d'une colonie de vacances particulière, celle de la Commission centrale de l'enfance, chargée des enfants de déportés. Une colonie qui vit dans une éprouvante gaieté tragique, parce qu'il faut vivre, malgré tout, pour ceux qui ne sont jamais revenus. Voilà pourquoi Berg écrit à Beck des lettres qui ne seront jamais lues. À la fois hommage aux morts et supplique aux vivants, Berg et Beck est une histoire d'amitié, sur fond de non-retour des camps, une amitié rongée par le sentiment de culpabilité, hantée par le gâchis, l'injustice et racontée avec humilité. --Céline Darner