share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pouvoir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pouvoir

Pouvoir

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pouvoir"

En ce début du XXIe siècle, la social-démocratie traverse une crise majeure en Europe. Alors que les règles du capitalisme sont partout remises en cause par la récession mondiale, elle ne convainc plus les électeurs et désespère ses sympathisants. Depuis la chute du Mur de Berlin, la gauche démocrate européenne peine à redéfinir son projet. Longtemps, l’existence du bloc soviétique lui a permis de se présenter comme le versant lumineux de la force obscure. Mais l’effondrement du communisme a remis en cause l’idée même qu’une autre société soit possible. Dépouillée de toute perspective historique, la gauche doit désormais se contenter d’un compromis social-démocrate dont la réalisation fait globalement consensus. Pire, faute d’affronter les conséquences de la mondialisation et de l’individualisation, elle s’avère incapable d’adapter ce modèle aux évolutions contemporaines. Enfermée dans une vision dépassée du monde, elle réduit aujourd’hui sa conception du progrès au sauvetage de ses vieilles conquêtes. Pour la gauche, l’urgence est donc de redéfinir un projet qui suscite à nouveau l’espérance. En partant de sa ligne de clivage avec la droite (l’appréciation différente de l’origine des inégalités entre les hommes), Manuel Valls s’efforce de dessiner les contours d’une « utopie relative » pour le XXIe siècle. Donner à chaque individu les moyens de son autonomie devrait devenir la nouvelle frontière de la gauche. Alors que la droite tend toujours à minorer les contraintes sociales, la gauche a pour mission d’aider l’homme à s’en défaire à toutes les étapes de la vie. Mais cette lutte pour l’autonomie individuelle ne pourra être menée que si le citoyen est mieux respecté dans l’électeur. La réévaluation du projet suppose la révision de la méthode. À l’avenir, la gauche devra faire de la pédagogie la marque, le but et la force de ses discours. Partir du réel a toujours été et restera la seule manière de trouver des marges pour l’action.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 288  pages
  • Dimensions :  2.8cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Stock Paru le
  • Collection : Essais - Documents
  • ISBN :  2234063930
  • EAN13 :  9782234063938
  • Classe Dewey :  320
  • Langue : Français

D'autres livres de Manuel Valls

L'énergie du changement

Ce livre est une gifle aux vains espoirs, un camouflet au confort de la déresponsabilisation et surtout une ode militante aux combats optimistes. Les Français n'ont rien à attendre d'un hypothétique changement de monde. Ce changement ne viendra pas sans eux, car ils sont le monde. Manuel [......

La laïcité en face

Comment un responsable politique se situe-t-il aujourd'hui face à la laïcité et à la place des religions dans la cité ? Député-maire d'Evry en banlieue parisienne, homme de terrain et socialiste de conviction, Manuel Valls est confronté comme d'autres élus à des questions nouvelles : appar...

Pour en finir avec le vieux socialisme... et être enfin de gauche !

Tu dis bien " tout détruire " ? Il faut tout remettre en cause, oui. Et d'après moi jusqu'au nom du parti. Parti socialiste, c'est daté. Ça ne signifie plus rien. Le socialisme, ça a été une merveilleuse idée, une splendide utopie. Mais c'était une utopie inventée contre le capitalisme du ...

Voir tous les livres de Manuel Valls

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En ce début du XXIe siècle, la social-démocratie traverse une crise majeure en Europe. Alors que les règles du capitalisme sont partout remises en cause par la récession mondiale, elle ne convainc plus les électeurs et désespère ses sympathisants. Depuis la chute du Mur de Berlin, la gauche démocrate européenne peine à redéfinir son projet. Longtemps, l’existence du bloc soviétique lui a permis de se présenter comme le versant lumineux de la force obscure. Mais l’effondrement du communisme a remis en cause l’idée même qu’une autre société soit possible. Dépouillée de toute perspective historique, la gauche doit désormais se contenter d’un compromis social-démocrate dont la réalisation fait globalement consensus. Pire, faute d’affronter les conséquences de la mondialisation et de l’individualisation, elle s’avère incapable d’adapter ce modèle aux évolutions contemporaines. Enfermée dans une vision dépassée du monde, elle réduit aujourd’hui sa conception du progrès au sauvetage de ses vieilles conquêtes. Pour la gauche, l’urgence est donc de redéfinir un projet qui suscite à nouveau l’espérance. En partant de sa ligne de clivage avec la droite (l’appréciation différente de l’origine des inégalités entre les hommes), Manuel Valls s’efforce de dessiner les contours d’une « utopie relative » pour le XXIe siècle. Donner à chaque individu les moyens de son autonomie devrait devenir la nouvelle frontière de la gauche. Alors que la droite tend toujours à minorer les contraintes sociales, la gauche a pour mission d’aider l’homme à s’en défaire à toutes les étapes de la vie. Mais cette lutte pour l’autonomie individuelle ne pourra être menée que si le citoyen est mieux respecté dans l’électeur. La réévaluation du projet suppose la révision de la méthode. À l’avenir, la gauche devra faire de la pédagogie la marque, le but et la force de ses discours. Partir du réel a toujours été et restera la seule manière de trouver des marges pour l’action.