share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nous serons des millions : Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nous serons des millions : Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie

Nous serons des millions : Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nous serons des millions : Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie"

Avant d'être exécuté pour avoir mené l'insurrection indienne de 1780-1781 dans le Haut Pérou, dont la future Bolivie est une des composantes, Tupac Katari annonce : " Je reviendrai et nous serons des millions. ". Plus de deux siècles plus tard, en décembre 2005, le peuple bolivien élit Evo Morales à la présidence de la république. Le candidat du Mouvement vers le Socialisme (MAS° devient le premier dirigeant indigène d'un pays où les fractures ethniques redoublent les divisions de classe. Son programme, qui ambitionne de rompre simultanément avec L'héritage colonial et le néolibéralisme, traduit sur le plan électoral les conquêtes des mouvements sociaux. La mobilisation contre les multinationales de l'eau en avril 2000, puis la " guerre du gaz " de 2003 en faveur de La nationalisation des hydrocarbures, sont les épisodes les plus marquants d'une résistance multiforme, qui a fait converger organisations rurales et syndicats urbains, processus identitaires et revendications économiques, nationalisme révolutionnaire et indianisme. Convaincus qu'on ne change pas le monde sans prendre le pouvoir, paysans et ouvriers métis et indigènes, ont transformé leur attelage hétéroclite en une force politique capable de diriger le pays. Faut-il pour autant y voir le modèle d'une recomposition de la gauche ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 124  pages
  • Dimensions :  1.2cmx10.4cmx17.0cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Liber Paru le
  • Collection : RAIS. D'AGIR
  • ISBN :  2912107393
  • EAN13 :  9782912107398
  • Classe Dewey :  320.984
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Avant d'être exécuté pour avoir mené l'insurrection indienne de 1780-1781 dans le Haut Pérou, dont la future Bolivie est une des composantes, Tupac Katari annonce : " Je reviendrai et nous serons des millions. ". Plus de deux siècles plus tard, en décembre 2005, le peuple bolivien élit Evo Morales à la présidence de la république. Le candidat du Mouvement vers le Socialisme (MAS° devient le premier dirigeant indigène d'un pays où les fractures ethniques redoublent les divisions de classe. Son programme, qui ambitionne de rompre simultanément avec L'héritage colonial et le néolibéralisme, traduit sur le plan électoral les conquêtes des mouvements sociaux. La mobilisation contre les multinationales de l'eau en avril 2000, puis la " guerre du gaz " de 2003 en faveur de La nationalisation des hydrocarbures, sont les épisodes les plus marquants d'une résistance multiforme, qui a fait converger organisations rurales et syndicats urbains, processus identitaires et revendications économiques, nationalisme révolutionnaire et indianisme. Convaincus qu'on ne change pas le monde sans prendre le pouvoir, paysans et ouvriers métis et indigènes, ont transformé leur attelage hétéroclite en une force politique capable de diriger le pays. Faut-il pour autant y voir le modèle d'une recomposition de la gauche ?