share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mesurer le pouvoir d'achat (CAE n.73)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mesurer le pouvoir d'achat (CAE n.73)

Mesurer le pouvoir d'achat (CAE n.73)

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mesurer le pouvoir d'achat (CAE n.73)"

Un écart important s'est installé ces dernières années entre l'évolution du pouvoir d'achat mesurée par les chiffres officiels et la perception qu'en ont les ménages. Cet écart perdure, et ce davantage en France que dans les autres pays de la zone euro. Lorsque l'INSEE annonce en octobre 2006 une progression de 2,3 % du pouvoir d'achat du revenu des ménages pour l'année, un peu plus des deux tiers des Français pensent, au contraire, que celui-ci est en baisse. Aussi est-il urgent et essentiel de comprendre ce décalage entre le " mesuré " et le " ressenti ", sur un sujet qui est au premier rang des préoccupations des Français. C'est le paradoxe que tentent de résoudre Philippe Moati et Robert Rochefort, en répondant aux questions suivantes : quelle part de cet écart résulte de biais de perception ? Quelle part est imputable aux limites des conventions de mesure, aux phénomènes d'agrégation, à l'amélioration de la qualité des produits et aux nouvelles pratiques de consommation et de distribution qui rendent plus complexe la mesure de l'évolution des prix ? Forts de leur analyse, les auteurs proposent, d'une part, d'aménager les conventions de mesure en désagrégeant l'approche macroéconomique du pouvoir d'achat, en définissant plus rigoureusement le champ des dépenses contraintes et en tenant mieux compte du logement dans un indice des prix élargi ; d'autre part, de construire, à côté de l'indice des prix, des indices du coût de la vie et d'expérimenter des indicateurs complémentaires de qualité de vie et de bien-être.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 333  pages
  • Dimensions :  1.8cmx15.8cmx23.8cm
  • Poids : 557.9g
  • Editeur :   La Documentation Française Paru le
  • Collection : Rapports du CAE
  • ISBN :  2110070374
  • EAN13 :  9782110070371
  • Classe Dewey :  339.470 944
  • Langue : Français

D'autres livres de  Conseil d'analyse économique (CAE)

Le vieillissement, une bonne nouvelle ?

La DIACT, dans le cadre du programme " Territoires 2030 ", s'est rapprochée du CAE dès 2004 pour constituer un groupe de prospective commun chargé d'étudier les conséquences de l'évolution démographique sur les activités dans les territoires d'ici vingt ans. En effet, seules des méthodes...

Crise et croissance : une stratégie pour la France (CAE 100)

Dans ce rapport, Philippe Aghion, Gilbert Cette, Elie Cohen et Mathilde Lemoine posent la question du choix des mesures économiques favorables à la croissance française à moyen et long terme, qui tiennent compte des contraintes, notamment budgétaires, que la récente crise a accrues. Ils dével...

De la crise des subprimes à la crise mondiale

Edition entièrement mise à jour pour cette version poche, du rapport du CAE paru en septembre 2008. La crise financière a surpris tous les observateurs. Peu de temps avant l'été 2007, nombreux étaient ceux qui anticipaient une forte augmentation des défauts sur les prêts hypothécaires à ri...

Salaire minimum et bas revenus : comment concilier justice sociale et efficacité économique? (CAE n.79)

Le salaire minimum, tel qu'il existe en France, n'est pas un moyen efficace pour réduire la pauvreté et les inégalités. La pauvreté est principalement due au manque d'emploi, au trop faible nombre d'heures travaillées et à la situation familiale. Les auteurs de ce rapport fondent leur jugemen...

Voir tous les livres de  Conseil d'analyse économique (CAE)

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Un écart important s'est installé ces dernières années entre l'évolution du pouvoir d'achat mesurée par les chiffres officiels et la perception qu'en ont les ménages. Cet écart perdure, et ce davantage en France que dans les autres pays de la zone euro. Lorsque l'INSEE annonce en octobre 2006 une progression de 2,3 % du pouvoir d'achat du revenu des ménages pour l'année, un peu plus des deux tiers des Français pensent, au contraire, que celui-ci est en baisse. Aussi est-il urgent et essentiel de comprendre ce décalage entre le " mesuré " et le " ressenti ", sur un sujet qui est au premier rang des préoccupations des Français. C'est le paradoxe que tentent de résoudre Philippe Moati et Robert Rochefort, en répondant aux questions suivantes : quelle part de cet écart résulte de biais de perception ? Quelle part est imputable aux limites des conventions de mesure, aux phénomènes d'agrégation, à l'amélioration de la qualité des produits et aux nouvelles pratiques de consommation et de distribution qui rendent plus complexe la mesure de l'évolution des prix ? Forts de leur analyse, les auteurs proposent, d'une part, d'aménager les conventions de mesure en désagrégeant l'approche macroéconomique du pouvoir d'achat, en définissant plus rigoureusement le champ des dépenses contraintes et en tenant mieux compte du logement dans un indice des prix élargi ; d'autre part, de construire, à côté de l'indice des prix, des indices du coût de la vie et d'expérimenter des indicateurs complémentaires de qualité de vie et de bien-être.