share_book
Envoyer cet article par e-mail

Alfred et Emily

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Alfred et Emily

Alfred et Emily

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Alfred et Emily"

Pendant la Première Guerre mondiale, Alfred Taylor, blessé à la jambe par des éclats d'obus, fut amputé et obligé de porter une jambe de bois ; sa femme, Emily McVeagh, soigna pendant quatre ans les blessés de la guerre en tant qu'infirmière en chef du St Georges's Hospital. Alfred et Emily eurent une fille, Doris Lessing, prix Nobel de littérature 2007. Lessing nous propose un livre en deux temps : d'abord la vie qu'elle imagine pour ses parents si la guerre n'avait pas eu lieu, puis la réhabilitation des faits, détails biographiques et photos à l'appui. Et si l'autobiographie n'était rien d'autre qu'une fiction ? Dans Alfred et Emily, Lessing se fait à la fois auteur et critique de son oeuvre. "En écrivant sur les vies imaginaires de mon père et de ma mère, je ne me suis pas contentée d'extrapoler ou d'amplifier des traits de caractère, je me suis fondée également sur des inflexions, des soupirs, des regards mélancoliques, des indices aussi infimes que ceux dont se servent les traqueurs émérites. Il est arrivé plus d'une fois à mon père d'observer en riant, à propos de telle ou telle amie de sa jeunesse : « Mais j'aimais encore mieux sa mère. » De là est sortie l'intimité d'Alfred avec Mary Lane. Un jour à Banket, en Rhodésie, je ne me souviens plus pourquoi, nous avons reçu la visite d'une Danoise. C'était une grande femme rieuse, au teint coloré. J'étais toute petite à l'époque. Je me rappelle que j'étais assise sur ses genoux, serrée dans ses bras, et que je pensais : « Elle m'aime bien, mieux que ne m'aime ma mère. » Et je suis presque certaine que mon père l'appréciait beaucoup."

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 284  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.6cmx21.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Flammarion Paru le
  • Collection : LITTERATURE ETR
  • ISBN :  2081217058
  • EAN13 :  9782081217058
  • Classe Dewey :  823
  • Langue : Français

D'autres livres de Doris Lessing

Alfred et Emily

"Je crois que la colère ramenée des tranchées par mon père s'est emparée de moi très tôt et ne m'a plus jamais quittée. " Parce que le poids de la Première Guerre mondiale a brisé son père, parce que l'émigration en Rhodésie a fait perdre à sa mère le goût de vivre, Doris Lessing a ...

Prix : 84 DH
Victoria et les Staveney

Victoria n'a jamais oublié sa rencontre, à l'âge de neuf ans, avec une riche famille blanche, les Staveney. Ce souvenir entêtant la poussera, des années plus tard, à entamer une liaison avec leur fils, Thomas. De cette histoire naîtra Mary, petite fille à la peau claire et au sourire ...

Prix : 200 DH

Le Carnet d'or

Le prix Nobel de littérature 2007 a consacré Doris Lessing comme l'un des plus grands écrivains du xxe siècle. Parmi tous ses romans, remarquables d'intelligence, de passion et d'originalité, Le Carnet d'or demeure loeuvre phare.Une jeune romancière, Anna Wulf, hantée par le syndrome de la pa...

Le Carnet d'or et autres romans

En accordant à Doris Lessing le prix Nobel de littérature en 2007, l'académie suédoise récompensait une "conteuse épique de l'expérience féminine, qui avec scepticisme, ardeur et une force visionnaire, scrute une civilisation divisée". Doris Lessing occupe en effet une place singulière ...

Voir tous les livres de Doris Lessing

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pendant la Première Guerre mondiale, Alfred Taylor, blessé à la jambe par des éclats d'obus, fut amputé et obligé de porter une jambe de bois ; sa femme, Emily McVeagh, soigna pendant quatre ans les blessés de la guerre en tant qu'infirmière en chef du St Georges's Hospital. Alfred et Emily eurent une fille, Doris Lessing, prix Nobel de littérature 2007. Lessing nous propose un livre en deux temps : d'abord la vie qu'elle imagine pour ses parents si la guerre n'avait pas eu lieu, puis la réhabilitation des faits, détails biographiques et photos à l'appui. Et si l'autobiographie n'était rien d'autre qu'une fiction ? Dans Alfred et Emily, Lessing se fait à la fois auteur et critique de son oeuvre. "En écrivant sur les vies imaginaires de mon père et de ma mère, je ne me suis pas contentée d'extrapoler ou d'amplifier des traits de caractère, je me suis fondée également sur des inflexions, des soupirs, des regards mélancoliques, des indices aussi infimes que ceux dont se servent les traqueurs émérites. Il est arrivé plus d'une fois à mon père d'observer en riant, à propos de telle ou telle amie de sa jeunesse : « Mais j'aimais encore mieux sa mère. » De là est sortie l'intimité d'Alfred avec Mary Lane. Un jour à Banket, en Rhodésie, je ne me souviens plus pourquoi, nous avons reçu la visite d'une Danoise. C'était une grande femme rieuse, au teint coloré. J'étais toute petite à l'époque. Je me rappelle que j'étais assise sur ses genoux, serrée dans ses bras, et que je pensais : « Elle m'aime bien, mieux que ne m'aime ma mère. » Et je suis presque certaine que mon père l'appréciait beaucoup."