share_book
Envoyer cet article par e-mail

La locandiera ; Les rustres

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La locandiera ; Les rustres

La locandiera ; Les rustres

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La locandiera ; Les rustres"

MIRANDOLINE, seule. Tous ceux qui descendent dans cette auberge s'amourachent de moi, oui tous, tous jouent les amoureux transis, et je ne compte plus tous ceux qui me proposent tout de go de les épouser. Et voilà ce Chevalier, cet ours mal léché, qui me traite sans ménagement ! [...] C'est l'ennemi des femmes ? Il ne peut les voir ? Pauvre fou ! Il n'a sans doute pas encore trouvé celle qui saura s'y prendre. Mais il la trouvera. Il la trouvera. Qui sait s'il ne l'a pas déjà trouvée ? C'est justement avec des individus comme lui que je me pique au jeu. Ceux qui me courent après ont vite fait de m'ennuyer. La noblesse, ça n'est pas pour moi. La richesse, je l'estime mais pas plus que ça. Tout mon plaisir consiste à me voir servie, courtisée, adorée. C'est là mon point faible, et c'est celui de presque toutes les femmes. Me marier ? Je n'y songe même pas! Je n'ai besoin de personne. Je vis honnêtement, et je savoure ma liberté. Je commerce avec tout le monde mais je ne m'éprends jamais de personne. J'entends bien me moquer de toutes ces caricatures d'amoureux transis et j'entends user de tout mon art pour vaincre, abattre et briser ces coeurs barbares et insensibles qui sont nos ennemis à nous autres femmes qui sommes ce que la bonne mère nature a produit de meilleur au monde.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 250  pages
  • Dimensions :  1.4cmx10.6cmx16.6cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Flammarion Paru le
  • Collection : Garnier Flammarion / Théâtre étranger
  • ISBN :  2080709496
  • EAN13 :  9782080709493
  • Classe Dewey :  852.6
  • Langue : Français

D'autres livres de Carlo Goldoni

Théâtre

Prix : 55 DH
Arlequin, serviteur de deux maîtres

Sujet : Pour améliorer son ordinaire et pouvoir manger à sa faim, Arlequin se montre rusé et sert deux maîtres à la fois. Seulement les choses se compliquent car les deux maîtres logent dans la même auberge et se révèlent être les deux moitiés d'un couple amoureux, ignorant chacun la [...

L'Avant-Scene Theatre n°1205-1206 ; Zelinda et Lindoro

Zelinda a dix-sept ans, Lindoro dix-huit. Ils sont de bonne naissance et s aiment depuis l enfance. La guerre a fait de Zelinda une orpheline, recueillie à Pavie par un grand seigneur. Lindoro a quitté Gênes et sa noble famille pour la rejoindre. Mais dans la demeure où ils se sont fait engager ...

Le café - Les amoureux

Les deux comédies qui se trouvent ici réunies sont parmi les plus originales du théâtre si divers de Goldoni. Dans Le Café, pour la première fois, le dramaturge vénitien choisit de représenter, non pas " une histoire, une passion, un caractère " comme il en a eu coutume jusque-là, mais un ...

Voir tous les livres de Carlo Goldoni

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

MIRANDOLINE, seule. Tous ceux qui descendent dans cette auberge s'amourachent de moi, oui tous, tous jouent les amoureux transis, et je ne compte plus tous ceux qui me proposent tout de go de les épouser. Et voilà ce Chevalier, cet ours mal léché, qui me traite sans ménagement ! [...] C'est l'ennemi des femmes ? Il ne peut les voir ? Pauvre fou ! Il n'a sans doute pas encore trouvé celle qui saura s'y prendre. Mais il la trouvera. Il la trouvera. Qui sait s'il ne l'a pas déjà trouvée ? C'est justement avec des individus comme lui que je me pique au jeu. Ceux qui me courent après ont vite fait de m'ennuyer. La noblesse, ça n'est pas pour moi. La richesse, je l'estime mais pas plus que ça. Tout mon plaisir consiste à me voir servie, courtisée, adorée. C'est là mon point faible, et c'est celui de presque toutes les femmes. Me marier ? Je n'y songe même pas! Je n'ai besoin de personne. Je vis honnêtement, et je savoure ma liberté. Je commerce avec tout le monde mais je ne m'éprends jamais de personne. J'entends bien me moquer de toutes ces caricatures d'amoureux transis et j'entends user de tout mon art pour vaincre, abattre et briser ces coeurs barbares et insensibles qui sont nos ennemis à nous autres femmes qui sommes ce que la bonne mère nature a produit de meilleur au monde.