share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le beau visage de l'ennemi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le beau visage de l'ennemi

Le beau visage de l'ennemi

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le beau visage de l'ennemi"

Alexandre T., scénographe septuagénaire, reçoit la visite d'une jeune femme algérienne, Ouhria, médecin qui travaille à l'hôpital Saint-Joseph et attend un enfant. Elle vient lui demander des comptes sur la mort de son grand-père Driss, qu'il a connu : en témoigne une photo des deux jeunes gens, quand ils avaient 25 ans, en pleine guerre. Alexandre a en effet été appelé mais il a refusé de se battre et a sympathisé avec un étudiant en droit, sur le point de se marier. Cette amitié n'a été comprise de personne et la mort soudaine de Driss, abattu, en Grande Kabylie, a été attribuée à une trahison d'Alexandre. Catherine Lépront écrit un pendant à Esther Mésopotamie, qui était un magnifique livre sur l'amour inavoué. Ici, c'est un roman sur l'amitié entre " ennemis ". Sur le fond atroce de la guerre d'Algérie (mais dans les dernières années, durant une période presque pacifiée en Grande Kabylie, déjà " nettoyée " de ses rebelles), elle dessine deux très beaux portraits d'hommes nobles et pacifiques. Elle réfléchit, bien sûr, sur l'ignominie des périodes coloniales, sur le rapport de l'Histoire et des destins individuels, sur la mémoire.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 232  pages
  • Dimensions :  2.4cmx14.0cmx20.4cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Cadre rouge
  • ISBN :  2021019624
  • EAN13 :  9782021019629
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Catherine Lépront

Ces lèvres qui remuent

Lili travaille aux Archives de la police. Elle a élevé sa sœur Louise, médecin, en mission humanitaire en Ingouchie, qui lui demande de " tout lui raconter dans le moindre détail ". Sans toujours en nourrir son courrier, Lil fouille alors sa mémoire familiale, observe ceux qui l'entourent et, ...

L'anglaise

Dans une maison au bord de la mer, à la station de Sainte-M, un sexagénaire, Emile, fait vivre sa famille : sa mère Elisabeth H, ancienne résistante, dite " la Florès " et ses demi-sœurs globalement appelées les COAC (la première lettre de chaque prénom). Il est décorateur, collectionneur,...

Les gens du monde

À la toute fin des années 1970, une infirmière prend son poste au cœur de la Charente-Maritime, de La Rochelle à Nieul. Pays d'agriculteurs, de pêche, d'ostréiculteurs, de cultivateurs, d'hommes et de femmes aux mains calleuses, certains poursuivant les traditions, d'autres empruntant les che...

Ingres, Ombres permanentes : Belles feuilles du musée Ingres de Montauban

" Les dessins d'Ingres sont aussi pour nous, aujourd'hui, les traces qu'il nous aura laissées du cheminement de ses pensées, de ses errances. " Ainsi, les études pour Le Martyre de saint Symphorien apparaissent-elles comme autant d'étapes d'un travail en cours, dont Catherine Lépront décrit le...

Voir tous les livres de Catherine Lépront

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Alexandre T., scénographe septuagénaire, reçoit la visite d'une jeune femme algérienne, Ouhria, médecin qui travaille à l'hôpital Saint-Joseph et attend un enfant. Elle vient lui demander des comptes sur la mort de son grand-père Driss, qu'il a connu : en témoigne une photo des deux jeunes gens, quand ils avaient 25 ans, en pleine guerre. Alexandre a en effet été appelé mais il a refusé de se battre et a sympathisé avec un étudiant en droit, sur le point de se marier. Cette amitié n'a été comprise de personne et la mort soudaine de Driss, abattu, en Grande Kabylie, a été attribuée à une trahison d'Alexandre. Catherine Lépront écrit un pendant à Esther Mésopotamie, qui était un magnifique livre sur l'amour inavoué. Ici, c'est un roman sur l'amitié entre " ennemis ". Sur le fond atroce de la guerre d'Algérie (mais dans les dernières années, durant une période presque pacifiée en Grande Kabylie, déjà " nettoyée " de ses rebelles), elle dessine deux très beaux portraits d'hommes nobles et pacifiques. Elle réfléchit, bien sûr, sur l'ignominie des périodes coloniales, sur le rapport de l'Histoire et des destins individuels, sur la mémoire.