share_book
Envoyer cet article par e-mail

Philosophie, N° 109, Printemps 20 : Philosophie(s) française(s)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Philosophie, N° 109, Printemps 20 : Philosophie(s) française(s)

Philosophie, N° 109, Printemps 20 : Philosophie(s) française(s)

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Philosophie, N° 109, Printemps 20 : Philosophie(s) française(s)"

Philosophie(s) française(s) : le pluriel est destiné à mettre en question l'unité intrinsèque de la philosophie française, simple idéal-type permettant de repérer dans l'histoire certaines convergences thématiques ou méthodologiques ?, et son autonomie, tant elle apparaît redevable aux grandes figures de la philosophie allemande (Husserl, Heidegger, le Cercle de Vienne, etc.). Les auteurs de ce numéro, " spécialistes " de philosophie française, ont réfléchi sur leur praxis exégétique et le statut de l'identité implicite du thème " philosophie française ", qui est censé se situer en son foyer. Dans " Pour une histoire souterraine de la pensée française ", Frédéric Fruteau de Laclos en propose une anamnèse : remémoration des conjonctures qui, en privilégiant certaines thèses et courants, ont occulté des options originales jugées marginales. Cette anamnèse lui paraît nécessaire à la remise en chantier de philosophèmes passés, et notamment à la réactivation, par-delà le structuralisme et l'individualisme méthodologique, des thèses de la psychologie historique fondée par Ignace Meyerson, dont il suit les traces chez le jeune Foucault, François Châtelet et olivier Revault d'Allonnes. Dans " Descartes et les trois voies de la philosophie française ", Camille Riquier s'intéresse à la reprise au XXe siècle de thèmes de la philosophie cartésienne, pour montrer que des tendances fondamentales de la philosophie française ont leur origine dans le déploiement unilatéral de l'une des voies du cartésianisme : celles du cogito, du système et des modernes. Malgré l'inspiration essentielle qu'elle reçoit de la philosophie allemande, la philosophie française ne se comprendrait donc que par son réinvestissement du texte cartésien, qui en constituerait le foyer implicite. Dans " Portées du nom "Bergson". Portrait de groupe avec philosophe ", Giuseppe Bianco envisage la philosophie française contemporaine sous l'angle d'une socio-histoire des pratiques philosophiques, qui en montre le conditionnement par des changements de nature extra-philosophique. Dévoilant les contextes stratégiques où le bcrgsonisme a servi à faire, défaire et refaire la ligne de partage de la pensée française, il remet en question celle qui fut instaurée par Foucault, puis réajustée par Badiou, entre un mysticisme vitaliste qui remonterait à Bergson, et un mathématisme trouvant sa source chez Brunschvicg. Dans " L'invention de l'homme moderne. Une lecture de Michel Foucault ", Guillaume Le Blanc interroge la généalogie de la question de l'homme chez ce dernier, montrant que loin de se laisser reconduire à la seule figure kantienne, elle s'inscrit dans le registre éthique et politique de l'invention ; et que la référence à la vie inventive forme le canevas théorique majeur d'un foyer de la philosophie française où s'intègrent des auteurs aussi distincts que Canguilhem, Foucault, Deleuze et Derrida, mais aussi Sartre. Merleau-Ponty et de Certeau. Enfin, dans " La vie dans la philosophie du XXe siècle en France ", Frédéric Worms, loin de postuler une continuité thématique ou méthodologique centrée sur la vie, montre comment celle-ci fut pensée différemment selon les moments qu'elle a traversés, impliquant des ruptures dans la manière dont la question fut à chaque fois thématisée. A travers les problèmes qui se posaient, ceux de l'esprit, de l'existence, du langage et du pouvoir, ce serait la vie elle-même qui, à chaque fois, dévoilerait l'une de ses dimensions. Aussi est-ce le moment présent qui, de plus en plus, serait amené à penser la vie dans sa tension irréductible et ultime.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 96  pages
  • Dimensions :  1.0cmx13.2cmx20.8cm
  • Poids : 40.8g
  • Editeur :   Les Editions De Minuit Paru le
  • Collection : REVUE PHILO
  • ISBN :  2707321605
  • EAN13 :  9782707321602
  • Classe Dewey :  500
  • Langue : Français

D'autres livres de  Frédéric Worms

Bergson

AU-DELÀ de tout ce qu'elle peut éclairer indirectement, la vie d'Henri Bergson (1859-1941) tire son intérêt d'elle-même. Elle permet d'abord de mieux comprendre une œuvre philosophique, centrée sur l'expérience réelle du temps, ou de la durée, qui a souffert de trop de malentendus, et [...

Les deux sources de la morale et de la religion, Bergson

Nous présentons ici une introduction à la lecture des Deux sources de la morale et de la religion d'Henri Bergson, publié en 1932. Cet ouvrage est le moins fréquenté des livres de Bergson : on le ramène à quelques formules sur l'opposition du " clos " et de " l'ouvert ", et à un [....]...

Annales bergsoniennes : Tome 4, L'évolution créatrice 1907-2007 Epistémologie et métaphysique

Ce qui rend le présent volume des Annales bergsoniennes exceptionnel, ce n'est pas seulement l'importance et la diversité des études qu'il rassemble, issues du Congrès du centenaire de L'Evolution créatrice, qui fut tenu en 2007 au Collège de France et à l'Ecole normale supérieure, avec le s...

Voir tous les livres de  Frédéric Worms

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Philosophie(s) française(s) : le pluriel est destiné à mettre en question l'unité intrinsèque de la philosophie française, simple idéal-type permettant de repérer dans l'histoire certaines convergences thématiques ou méthodologiques ?, et son autonomie, tant elle apparaît redevable aux grandes figures de la philosophie allemande (Husserl, Heidegger, le Cercle de Vienne, etc.). Les auteurs de ce numéro, " spécialistes " de philosophie française, ont réfléchi sur leur praxis exégétique et le statut de l'identité implicite du thème " philosophie française ", qui est censé se situer en son foyer. Dans " Pour une histoire souterraine de la pensée française ", Frédéric Fruteau de Laclos en propose une anamnèse : remémoration des conjonctures qui, en privilégiant certaines thèses et courants, ont occulté des options originales jugées marginales. Cette anamnèse lui paraît nécessaire à la remise en chantier de philosophèmes passés, et notamment à la réactivation, par-delà le structuralisme et l'individualisme méthodologique, des thèses de la psychologie historique fondée par Ignace Meyerson, dont il suit les traces chez le jeune Foucault, François Châtelet et olivier Revault d'Allonnes. Dans " Descartes et les trois voies de la philosophie française ", Camille Riquier s'intéresse à la reprise au XXe siècle de thèmes de la philosophie cartésienne, pour montrer que des tendances fondamentales de la philosophie française ont leur origine dans le déploiement unilatéral de l'une des voies du cartésianisme : celles du cogito, du système et des modernes. Malgré l'inspiration essentielle qu'elle reçoit de la philosophie allemande, la philosophie française ne se comprendrait donc que par son réinvestissement du texte cartésien, qui en constituerait le foyer implicite. Dans " Portées du nom "Bergson". Portrait de groupe avec philosophe ", Giuseppe Bianco envisage la philosophie française contemporaine sous l'angle d'une socio-histoire des pratiques philosophiques, qui en montre le conditionnement par des changements de nature extra-philosophique. Dévoilant les contextes stratégiques où le bcrgsonisme a servi à faire, défaire et refaire la ligne de partage de la pensée française, il remet en question celle qui fut instaurée par Foucault, puis réajustée par Badiou, entre un mysticisme vitaliste qui remonterait à Bergson, et un mathématisme trouvant sa source chez Brunschvicg. Dans " L'invention de l'homme moderne. Une lecture de Michel Foucault ", Guillaume Le Blanc interroge la généalogie de la question de l'homme chez ce dernier, montrant que loin de se laisser reconduire à la seule figure kantienne, elle s'inscrit dans le registre éthique et politique de l'invention ; et que la référence à la vie inventive forme le canevas théorique majeur d'un foyer de la philosophie française où s'intègrent des auteurs aussi distincts que Canguilhem, Foucault, Deleuze et Derrida, mais aussi Sartre. Merleau-Ponty et de Certeau. Enfin, dans " La vie dans la philosophie du XXe siècle en France ", Frédéric Worms, loin de postuler une continuité thématique ou méthodologique centrée sur la vie, montre comment celle-ci fut pensée différemment selon les moments qu'elle a traversés, impliquant des ruptures dans la manière dont la question fut à chaque fois thématisée. A travers les problèmes qui se posaient, ceux de l'esprit, de l'existence, du langage et du pouvoir, ce serait la vie elle-même qui, à chaque fois, dévoilerait l'une de ses dimensions. Aussi est-ce le moment présent qui, de plus en plus, serait amené à penser la vie dans sa tension irréductible et ultime.