share_book
Envoyer cet article par e-mail

Vladimir Jankelevitch : une philosophie du charme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Vladimir Jankelevitch : une philosophie du charme

Vladimir Jankelevitch : une philosophie du charme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Vladimir Jankelevitch : une philosophie du charme"

Vladimir Jankélévitch (1903-1985), fils d'un médecin russe qui a traduit Freud, Hegel et Schelling en français, est un métaphysicien novateur, un philosophe de l'art et de la morale. Philosophe engagé, il est un peu oublié aujourd hui, et son oeuvre, pourtant très étendue (du Bergson au Paradoxe de la Morale, en passant par L'Odyssée de la conscience dans la dernière philosophie de Schelling) mérite largement qu'on s'intéresse à elle, notamment en raison du « besoin » de morale qui se fait sentir en ce début de XXIe siècle. Cet ouvrage s'inscrit dans ce renouveau des études jankélévitchiennes. Il a l'ambition de contribuer à faire reconnaître, au-delà du cercle des spécialistes, la grandeur et la créativité d'une philosophie un peu en marge. Son idée directrice tient dans le paradoxe d'une pensée qui exalte l'intangible et l'ineffable (le « charme », le « je-ne-sais-quoi » et le « presque rien »), tout en étant une philosophie du Faire et de l'obligation morale. Il comprend cinq parties. Après une introduction générale et une biographie de Jankélévitch, il traite successivement de sa « manière » de philosopher, de sa métaphysique, de sa morale, de son esthétique et de ses engagements. Il situe son oeuvre dans le contexte des courants propres à la philosophie du XXe siècle : le bergsonisme ; le retour « vers le concret » prôné par Jean Wahl ; la renaissance de l'ontologie (Heidegger mais aussi, en France : Louis Lavelle, Gabriel Marcel, Emmanuel Levinas...) ; le renouveau de la morale dont il a été l'artisan, avec Emmanuel Levinas. À partir des écrits d avant-guerre de Jankélévitch, il décrit également la manière dont s'est opérée la genèse de sa pensée, et dont s'est constitué le noyau de sa métaphysique et de sa morale. Exclu en décembre 1940 de l'enseignement supérieur par le Statut des juifs promulgué par le gouvernement de Vichy, Jankélévitch a été témoin des horreurs nazies. La dernière partie de l'ouvrage propose l'examen de sa conception du fait d'être juif, et insiste sur deux points : la distinction tout à fait originale faite entre le racisme et l'antisémitisme ; la lutte incessante contre l'oubli de la Shoah et la prescription des crimes nazis. Sont confrontées à ce propos les vues développées dans ses écrits philosophiques le traité sur Le Pardon et dans ses textes militants L'Imprescriptible en montrant leur profonde unité. Cet ouvrage comporte également un index des noms propres et des notions, un glossaire et une bibliographie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 160  pages
  • Editeur :   Manucius Paru le
  • ISBN :  2845781377
  • EAN13 :  9782845781375
  • Classe Dewey :  140
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Vladimir Jankélévitch (1903-1985), fils d'un médecin russe qui a traduit Freud, Hegel et Schelling en français, est un métaphysicien novateur, un philosophe de l'art et de la morale. Philosophe engagé, il est un peu oublié aujourd hui, et son oeuvre, pourtant très étendue (du Bergson au Paradoxe de la Morale, en passant par L'Odyssée de la conscience dans la dernière philosophie de Schelling) mérite largement qu'on s'intéresse à elle, notamment en raison du « besoin » de morale qui se fait sentir en ce début de XXIe siècle. Cet ouvrage s'inscrit dans ce renouveau des études jankélévitchiennes. Il a l'ambition de contribuer à faire reconnaître, au-delà du cercle des spécialistes, la grandeur et la créativité d'une philosophie un peu en marge. Son idée directrice tient dans le paradoxe d'une pensée qui exalte l'intangible et l'ineffable (le « charme », le « je-ne-sais-quoi » et le « presque rien »), tout en étant une philosophie du Faire et de l'obligation morale. Il comprend cinq parties. Après une introduction générale et une biographie de Jankélévitch, il traite successivement de sa « manière » de philosopher, de sa métaphysique, de sa morale, de son esthétique et de ses engagements. Il situe son oeuvre dans le contexte des courants propres à la philosophie du XXe siècle : le bergsonisme ; le retour « vers le concret » prôné par Jean Wahl ; la renaissance de l'ontologie (Heidegger mais aussi, en France : Louis Lavelle, Gabriel Marcel, Emmanuel Levinas...) ; le renouveau de la morale dont il a été l'artisan, avec Emmanuel Levinas. À partir des écrits d avant-guerre de Jankélévitch, il décrit également la manière dont s'est opérée la genèse de sa pensée, et dont s'est constitué le noyau de sa métaphysique et de sa morale. Exclu en décembre 1940 de l'enseignement supérieur par le Statut des juifs promulgué par le gouvernement de Vichy, Jankélévitch a été témoin des horreurs nazies. La dernière partie de l'ouvrage propose l'examen de sa conception du fait d'être juif, et insiste sur deux points : la distinction tout à fait originale faite entre le racisme et l'antisémitisme ; la lutte incessante contre l'oubli de la Shoah et la prescription des crimes nazis. Sont confrontées à ce propos les vues développées dans ses écrits philosophiques le traité sur Le Pardon et dans ses textes militants L'Imprescriptible en montrant leur profonde unité. Cet ouvrage comporte également un index des noms propres et des notions, un glossaire et une bibliographie.