share_book
Envoyer cet article par e-mail

Une chute très lente

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Une chute très lente

Une chute très lente

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Une chute très lente"

Retour sur l'enfance, flash-back sur les souvenirs, précis sur les méthodes pour remplir le temps de la solitude, le livre d'Anita Brookner, outre son titre, ne présageait rien de nouveau et avait l'allure d'un plat convenu et fade. Sacrée surprise, il prouve que le roman à l'ancienne peut laisser un écho chez bien des jeunes âmes, parce qu'il sait renouveler toutes ces méthodes que sont le découpage, le rythme, le suspens. Curieusement, les héroïnes, deux soeurs anglaises proches de la retraite qui vieillissent en s'épiant, surprennent. Le regard porté sur la place du travail également. Au fil des pages, on se surprend à les apprécier sans les plaindre ni les juger, et on se laisse interroger. Cette capacité à s'embourber dans des diktats familiaux, à regarder la vie comme un film dont on ne serait ni le metteur en scène ni le scénariste, serait-ce la nôtre ? Quand faut-il renoncer au plaisir et d'ailleurs qu'est-ce que le plaisir ? Vivre seul, est-ce mourir doucement ? Voilà quelques-unes des questions pointées par cette grande dame du roman. Au-delà, cette antithèse au roman à la mode impose une langue riche, classique, balzacienne, qui doit sans doute beaucoup à une traduction, précise et sans emphase. Intuitivement, on la pressent très fine, un peu comme si l'on devinait l'empathie de la traductrice avec son sujet. Une chute très lente est un livre qui flirte avec le chic anglais, surmonté de ces petites anicroches d'excentricité dont sont capables les gens de ce pays. Un vrai ravissement. --Luc Biecq--

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 230  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.0cmx21.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Belfond Paru le
  • Collection : Littératures étrangères
  • ISBN :  271443679X
  • EAN13 :  9782714436795
  • Classe Dewey :  823.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Anita Brookner

Le dernier voyage

Avec délicatesse et une pointe d'ironie, Anita Brookner dépeint les petites manies et les grandes angoisses qui apparaissent avec l'âge, mais aussi la profonde lucidité que seule l'expérience peut apporter. À soixante-treize ans, Julius Hertz s'interroge : comment occuper le temps qu'il lui re...

A Family Romance

A novel of feelings, A FAMILY ROMANCE describes in fascinating detail a young, protected, but liberated, English woman's growing appreciation of her Aunt Dolly, a woman from another time. Shaw's genteel, English dialect (with such lovely, soft "r's") reflects well the novel's subdued, confessional, ...

A Family Romance (Charnwood Library)

A novel of feelings, A FAMILY ROMANCE describes in fascinating detail a young, protected, but liberated, English woman's growing appreciation of her Aunt Dolly, a woman from another time. Shaw's genteel, English dialect (with such lovely, soft "r's") reflects well the novel's subdued, confessional, ...

Voir tous les livres de Anita Brookner

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Retour sur l'enfance, flash-back sur les souvenirs, précis sur les méthodes pour remplir le temps de la solitude, le livre d'Anita Brookner, outre son titre, ne présageait rien de nouveau et avait l'allure d'un plat convenu et fade. Sacrée surprise, il prouve que le roman à l'ancienne peut laisser un écho chez bien des jeunes âmes, parce qu'il sait renouveler toutes ces méthodes que sont le découpage, le rythme, le suspens. Curieusement, les héroïnes, deux soeurs anglaises proches de la retraite qui vieillissent en s'épiant, surprennent. Le regard porté sur la place du travail également. Au fil des pages, on se surprend à les apprécier sans les plaindre ni les juger, et on se laisse interroger. Cette capacité à s'embourber dans des diktats familiaux, à regarder la vie comme un film dont on ne serait ni le metteur en scène ni le scénariste, serait-ce la nôtre ? Quand faut-il renoncer au plaisir et d'ailleurs qu'est-ce que le plaisir ? Vivre seul, est-ce mourir doucement ? Voilà quelques-unes des questions pointées par cette grande dame du roman. Au-delà, cette antithèse au roman à la mode impose une langue riche, classique, balzacienne, qui doit sans doute beaucoup à une traduction, précise et sans emphase. Intuitivement, on la pressent très fine, un peu comme si l'on devinait l'empathie de la traductrice avec son sujet. Une chute très lente est un livre qui flirte avec le chic anglais, surmonté de ces petites anicroches d'excentricité dont sont capables les gens de ce pays. Un vrai ravissement. --Luc Biecq--