share_book
Envoyer cet article par e-mail

Rémanences : Mémoire de la forme dans la littérature médiévale

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Rémanences : Mémoire de la forme dans la littérature médiévale

Rémanences : Mémoire de la forme dans la littérature médiévale

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Rémanences : Mémoire de la forme dans la littérature médiévale"

Au Moyen Âge comme aujourd'hui, le bonheur du lecteur participe de la complicité qui se noue lorsque se met en place une stratégie de la reconnaissance. C'est parfois une allusion à telle ou telle oeuvre connue, parfois la citation, l'incrustation fugitive ; parfois enfin la reprise et le détournement de formes bien connues : si l'organisation structurelle d'une oeuvre a été étudiée pour elle-même, il ne faut pas oublier qu'elle est aussi issue d'une tradition esthétique proprement médiévale, d'un clin d'oeil intertextuel ; et cela bien avant que l'anachronique notion de genre ne fossilise ces traditions. Les études rassemblées ici explorent ces phénomènes de perméabilité, du XIIe au XVIe siècle, dans le domaine didactique, romanesque et lyrique. Ce qui est en jeu, c'est bien cette souplesse de structures narratives endossant des projets de nature différente, et leur donnant, par contiguïté, des colorations nouvelles. Chaque texte, alors qu'il se découvre, se construit dans le regard qu'il porte sur les textes antérieurs, joue sur les mémoires et les différences, dans un narcissisme qui vise à créer l'autonomie d'une oeuvre. Ainsi, l'importation de formes, l'incrustation et le jeu de l'allusion structurelle constituent quelques-uns des linéaments qui contribuent à organiser le texte médiéval ; ce qui semblait fortuit, ou délimité à quelques domaines, apparaît au contraire stable et pérenne ; nous découvrons tous les enjeux d'un bricolage et d'un recyclage, non seulement des objets, mais des procédés rhétoriques, et même des sous-entendus : derrière les paroles du texte, sachons discerner celles qui le structurent, l'inflexion des voix qui se sont tues.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • Dimensions :  2.0cmx16.2cmx24.0cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   Honoré Champion Paru le
  • Collection : Essais sur le Moyen Age
  • ISBN :  274531971X
  • EAN13 :  9782745319715
  • Classe Dewey :  809.02
  • Langue : Français

D'autres livres de Denis Hüe

Lectures de Charles d'Orléans

D'une certaine façon, Charles d'Orléans écrit " pour rien ", à titre gratuit comme à titre gracieux ; il n'a nul besoin de montrer sa rhétorique, il ne compose ni pour avancer sa carrière de courtisan, ni pour se faire reconnaître comme poète à gage ; son discours n'est ni engagé, ni [...

Le monde et l'autre monde : Actes du colloque arthurien de Rennes (8-9 mars 2001)

La littérature arthurienne joue avec l'autre monde : chevaliers faés, annonces contraignantes et prophétiques, proximité de la mort comme de l'amour, incertitudes temporelles, familiarité des gens de bien avec ces êtres étranges, crainte du petit peuple qui ne les comprend pas, irruption enfi...

Voir tous les livres de Denis Hüe

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Au Moyen Âge comme aujourd'hui, le bonheur du lecteur participe de la complicité qui se noue lorsque se met en place une stratégie de la reconnaissance. C'est parfois une allusion à telle ou telle oeuvre connue, parfois la citation, l'incrustation fugitive ; parfois enfin la reprise et le détournement de formes bien connues : si l'organisation structurelle d'une oeuvre a été étudiée pour elle-même, il ne faut pas oublier qu'elle est aussi issue d'une tradition esthétique proprement médiévale, d'un clin d'oeil intertextuel ; et cela bien avant que l'anachronique notion de genre ne fossilise ces traditions. Les études rassemblées ici explorent ces phénomènes de perméabilité, du XIIe au XVIe siècle, dans le domaine didactique, romanesque et lyrique. Ce qui est en jeu, c'est bien cette souplesse de structures narratives endossant des projets de nature différente, et leur donnant, par contiguïté, des colorations nouvelles. Chaque texte, alors qu'il se découvre, se construit dans le regard qu'il porte sur les textes antérieurs, joue sur les mémoires et les différences, dans un narcissisme qui vise à créer l'autonomie d'une oeuvre. Ainsi, l'importation de formes, l'incrustation et le jeu de l'allusion structurelle constituent quelques-uns des linéaments qui contribuent à organiser le texte médiéval ; ce qui semblait fortuit, ou délimité à quelques domaines, apparaît au contraire stable et pérenne ; nous découvrons tous les enjeux d'un bricolage et d'un recyclage, non seulement des objets, mais des procédés rhétoriques, et même des sous-entendus : derrière les paroles du texte, sachons discerner celles qui le structurent, l'inflexion des voix qui se sont tues.