share_book
Envoyer cet article par e-mail

Verticalités de la littérature : Pour en finir avec le

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Verticalités de la littérature : Pour en finir avec le

Verticalités de la littérature : Pour en finir avec le

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Verticalités de la littérature : Pour en finir avec le"

" Si l'on veut bien admettre en effet que l'art est ce qui permet de faire respirer l'univers de nos représentations collectives en y faisant jaillir l'oxygène du réel : si l'on veut bien admettre qu'il a une fonction vitale comparable à celle du rêve dans la vie psychique individuelle, qu'il est en somme le rêve du monde (à tous les sens du terme de rêve), alors force est de reconnaître que Gauguin visait juste en disant de la critique qu'elle est non pas la "vigie vigilante" qu'elle devrait être mais " notre censure ". " Au départ, et confronté au malaise contemporain de la critique littéraire, il s'agissait d'écrire un article prônant une " critique de témoignage " plutôt que de jugement. Encore fallait-il désigner ce dont il s'agit de témoigner. C'est là qu'intervient la notion de " verticalité ", qui permet, en s'appuyant sur Bachelard et Mallarmé aussi bien que Proust, Kafka, Artaud ou Barthes, d'évoquer ce qui anime les oeuvres, ce qui justifie qu'on s'y consacre (lisant, écrivant), mais qui les excède, que l'on ne peut qu'éprouver, et certainement pas mesurer, juger, cataloguer. Une dimension verticale qu'il est d'autant plus difficile de faire entendre dans l'espace médiatique que l'" univers communicationnaire " qui est le nôtre la récuse chaque jour davantage.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 125  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.0cmx19.2cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Editions Champ Vallon Paru le
  • Collection : L'esprit libre
  • ISBN :  2876734230
  • EAN13 :  9782876734234
  • Classe Dewey :  801.95
  • Langue : Français

D'autres livres de Bertrand Leclair

Petit éloge de la paternité

" Me voilà lancé dans un "petit éloge de la paternité". Un éloge de la paternité, énoncé du point de vue d'un père, quand j'en suis un, vaille que vaille ? Certes, je me sens protégé par l'adjectif "petit" qui m'autorise à m'emparer librement d'un aussi grand sujet où tout se mêle, ...

Dans les rouleaux du temps : Ce que nous fait la littérature

"Ce que ça nous fait, ce que ça peut bien nous faire, la littérature, ici et maintenant, à tous et à chacun ?" Destiné à interroger les puissances de la littérature, cet essai repose sur une conviction qui restait à vérifier : les livres qui nous ont profondément marqués en savent long s...

Theorie de la deroute

Ce nouvel essai de Bertrand Leclair fait suite à L'Industrie de la consolation qui, en 1998, étudiait les rapports nécessairement conflictuels de « la littérature face au cerveau global » et à ce qu'il nomme aujourd'hui, avec un humour et un dégoût légitimes, « l'idéologie » ou « l'uni...

Voir tous les livres de Bertrand Leclair

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Si l'on veut bien admettre en effet que l'art est ce qui permet de faire respirer l'univers de nos représentations collectives en y faisant jaillir l'oxygène du réel : si l'on veut bien admettre qu'il a une fonction vitale comparable à celle du rêve dans la vie psychique individuelle, qu'il est en somme le rêve du monde (à tous les sens du terme de rêve), alors force est de reconnaître que Gauguin visait juste en disant de la critique qu'elle est non pas la "vigie vigilante" qu'elle devrait être mais " notre censure ". " Au départ, et confronté au malaise contemporain de la critique littéraire, il s'agissait d'écrire un article prônant une " critique de témoignage " plutôt que de jugement. Encore fallait-il désigner ce dont il s'agit de témoigner. C'est là qu'intervient la notion de " verticalité ", qui permet, en s'appuyant sur Bachelard et Mallarmé aussi bien que Proust, Kafka, Artaud ou Barthes, d'évoquer ce qui anime les oeuvres, ce qui justifie qu'on s'y consacre (lisant, écrivant), mais qui les excède, que l'on ne peut qu'éprouver, et certainement pas mesurer, juger, cataloguer. Une dimension verticale qu'il est d'autant plus difficile de faire entendre dans l'espace médiatique que l'" univers communicationnaire " qui est le nôtre la récuse chaque jour davantage.