share_book
Envoyer cet article par e-mail

Calligraphie chinoise : L'art de l'écriture au pinceau

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Calligraphie chinoise : L'art de l'écriture au pinceau

Calligraphie chinoise : L'art de l'écriture au pinceau

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Calligraphie chinoise : L'art de l'écriture au pinceau"

Pour la pensée chinoise, l'écriture est le reflet parfait du cosmos. Le mot qui enracine cette idée est wen, que l'on traduit en général par “culture”. Et de quoi wen est-il originellement le nom ? Des stries. Rides qui s'entrecroisent sur les flots, rayures du tigre, nervures des feuilles qui inspireront les huit trigrammes du Yijing, donc des lignes qui savent dire le monde. C'est ainsi que l'entend le Shuowen jiezi d'où le constat que “ces wen sont à l'origine de l'écriture et de la peinture, mais aussi de la littérature et de la culture, en un mot de la civilisation”. Or le cosmos, contrairement aux visions de quelques égarés qui le tiennent pour un chaos, témoigne d'une organisation harmonieuse allant toujours en se renouvelant, un ordre parfait. D'où l'ordre immuable des traits. D'où aussi l'impression qu'un caractère réussi forme une galaxie miniature dont chaque élément attire et repousse chacun des autres éléments. Le jeu des formes est, ici, bien éloigné de toute préoccupation esthétique et il est clair que le calligraphe agissant se sent pénétré d'énergies venues de plus profond que lui : son corps est le vecteur qui transmet jusqu'à la pointe extrême du pinceau l'architecture de l'univers. Cet ouvrage regroupe cent des plus illustres calligraphes chinois, avec illustrations de leur graphie : de Cai Yong (132-192), sous les Han, poète et premier calligraphe majeur de l'histoire, et sa fille, la légendaire Cai Yan, au créateur de la cursive sur soie, Zhang Zhi (190), jusqu'à Mao Zedong et son fidèle, l'écrivain Guo Moruo, Feng Wenfeng (1901-1960) présidente de la Société des femmes calligraphes, en passant par les empereurs mandchous Kangxi (1661-1722) et Qianlong (1736-1795), l'empereur Song, Zhao Ji (1082-1135), le fameux poète Tang, Li Bai, les hauts fonctionnaires Wang Xizhi (303-361), auteur de la célébrissime Préface au Pavillon des orchidées et son fils Xuanzhi... Plus bien d'autres, puissants ou obscurs, tous maîtres en variations de l'art du pinceau.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 288  pages
  • Dimensions :  3.3cmx23.9cmx32.8cm
  • Poids : 2177.2g
  • Editeur :   Actes Sud Editions Paru le
  • Collection : IMPRIMERIE NATI
  • ISBN :  2330000669
  • EAN13 :  9782330000660
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

D'autres livres de Lucien Xavier Polastron

Livres en feu : Histoire de la destruction sans fin des bibliothèques

Détruire la bibliothèque est un geste qui remonte à la plus haute Antiquité. Les autodafés, apparus en même temps que les livres, se multiplient à proportion du nombre d'ouvrages. Considérée comme subversive ou au contraire comme le symbole du pouvoir absolu, la bibliothèque est au [......

Voir tous les livres de Lucien Xavier Polastron

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pour la pensée chinoise, l'écriture est le reflet parfait du cosmos. Le mot qui enracine cette idée est wen, que l'on traduit en général par “culture”. Et de quoi wen est-il originellement le nom ? Des stries. Rides qui s'entrecroisent sur les flots, rayures du tigre, nervures des feuilles qui inspireront les huit trigrammes du Yijing, donc des lignes qui savent dire le monde. C'est ainsi que l'entend le Shuowen jiezi d'où le constat que “ces wen sont à l'origine de l'écriture et de la peinture, mais aussi de la littérature et de la culture, en un mot de la civilisation”. Or le cosmos, contrairement aux visions de quelques égarés qui le tiennent pour un chaos, témoigne d'une organisation harmonieuse allant toujours en se renouvelant, un ordre parfait. D'où l'ordre immuable des traits. D'où aussi l'impression qu'un caractère réussi forme une galaxie miniature dont chaque élément attire et repousse chacun des autres éléments. Le jeu des formes est, ici, bien éloigné de toute préoccupation esthétique et il est clair que le calligraphe agissant se sent pénétré d'énergies venues de plus profond que lui : son corps est le vecteur qui transmet jusqu'à la pointe extrême du pinceau l'architecture de l'univers. Cet ouvrage regroupe cent des plus illustres calligraphes chinois, avec illustrations de leur graphie : de Cai Yong (132-192), sous les Han, poète et premier calligraphe majeur de l'histoire, et sa fille, la légendaire Cai Yan, au créateur de la cursive sur soie, Zhang Zhi (190), jusqu'à Mao Zedong et son fidèle, l'écrivain Guo Moruo, Feng Wenfeng (1901-1960) présidente de la Société des femmes calligraphes, en passant par les empereurs mandchous Kangxi (1661-1722) et Qianlong (1736-1795), l'empereur Song, Zhao Ji (1082-1135), le fameux poète Tang, Li Bai, les hauts fonctionnaires Wang Xizhi (303-361), auteur de la célébrissime Préface au Pavillon des orchidées et son fils Xuanzhi... Plus bien d'autres, puissants ou obscurs, tous maîtres en variations de l'art du pinceau.