share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Nu foudroyé

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Nu foudroyé

Le Nu foudroyé

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Nu foudroyé"

Dimanche 4, lundi 5 juin 1961 : un fait divers. A la une de France Soir, une photo de jeune femme, ovale profité dans la longue chevelure. Sa luxuriance. Les yeux en amande, les longs cils noirs, inclinés vers nous. Sourire coulissant, charme, apprêt, pulpe des lèvres. Une image mythologique de la beauté, comme à l'origine d'un nouveau monde... La photo de France Soir apparaît juste sous un grand titre - lettres noires sur fond blanc - qui lui est étranger et qui annonce la rencontre à Vienne de Khrouchtchev et de Kennedy, après l'entrevue de ce dernier avec le Général, à Paris. L'histoire, les géants, le duel fameux. Ouest-Est à couteaux tirés. La guerre froide. Et ce contraste de la photo sur fond noir. La flambée d'une jeune femme très belle, l'ovale éclairé, lumineux dans la torsade des cheveux. Séduction. Le titre, cette fois, caractères blancs sur le même fond de deuil noir, Caroline, le mannequin passionné de vitesse, se tue à Montlhéry." Elle s'appelait Caroline, elle avait vingt et un ans. Lucien Clergue la photographiait et Gérard Simoën l'aimait d'un amour adolescent, il avait douze ans. Patrick Grainville a écrit avec " émotion ces pages nostalgiques et jubilatoires sur les nus, la mer, les souches, les matières, les signes, les photos, les sculptures, les encres... Tant d'incarnations dans la lumière ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 96  pages
  • Dimensions :  1.0cmx19.2cmx24.8cm
  • Poids : 1578.5g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Photographie
  • ISBN :  2742749470
  • EAN13 :  9782742749478
  • Langue : Français

D'autres livres de Patrick Grainville

Le corps immense du Président Mao

Thomas, professeur de langues à Shenzhen, la mégapole chinoise, constate un matin la fugue de sa fille après une dispute où elle l'accuse d'avoir été un mauvais père. Il part à la recherche de la rebelle dans les dédales d'une cité d'autant plus exemplaire que Deng Xiaoping en a fait il y ...

Le baiser de la pieuvre

Le rêve de la femme du pêcheur d'Hokusai est l'estampe érotique japonaise la plus connue. La plus énigmatique aussi. Union de la femme et de la bête marine. Scène d'hypnose, de sexe, de vigilance animale et de volupté surnaturelle. Patrick Grainville n'aborde pas le sujet par le biais d'une b...

Le baiser de la pieuvre

C'est la plus célèbre des estampes érotiques japonaises d'Hokusai : une femme nue s'abandonne aux caresses d'une pieuvre monstrueuse. Patrick Grainville raconte l'histoire de ce couple impossible. Sur une île japonaise, un village de pêcheurs vit au pied d'un volcan menaçant. Le bel adolescent...

Voir tous les livres de Patrick Grainville

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dimanche 4, lundi 5 juin 1961 : un fait divers. A la une de France Soir, une photo de jeune femme, ovale profité dans la longue chevelure. Sa luxuriance. Les yeux en amande, les longs cils noirs, inclinés vers nous. Sourire coulissant, charme, apprêt, pulpe des lèvres. Une image mythologique de la beauté, comme à l'origine d'un nouveau monde... La photo de France Soir apparaît juste sous un grand titre - lettres noires sur fond blanc - qui lui est étranger et qui annonce la rencontre à Vienne de Khrouchtchev et de Kennedy, après l'entrevue de ce dernier avec le Général, à Paris. L'histoire, les géants, le duel fameux. Ouest-Est à couteaux tirés. La guerre froide. Et ce contraste de la photo sur fond noir. La flambée d'une jeune femme très belle, l'ovale éclairé, lumineux dans la torsade des cheveux. Séduction. Le titre, cette fois, caractères blancs sur le même fond de deuil noir, Caroline, le mannequin passionné de vitesse, se tue à Montlhéry." Elle s'appelait Caroline, elle avait vingt et un ans. Lucien Clergue la photographiait et Gérard Simoën l'aimait d'un amour adolescent, il avait douze ans. Patrick Grainville a écrit avec " émotion ces pages nostalgiques et jubilatoires sur les nus, la mer, les souches, les matières, les signes, les photos, les sculptures, les encres... Tant d'incarnations dans la lumière ".