share_book
Envoyer cet article par e-mail

Une Anglaise à Paris

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Une Anglaise à Paris

Une Anglaise à Paris

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Une Anglaise à Paris"

« Je sais désormais que je ne pourrais plus supporter de vivre ailleurs qu’à Paris », écrivait peu après la guerre à son ami Evelyn Waugh l’aînée des excentriques sœurs Mitford (1904-1973). Si ses œuvres sont mondialement célèbres, beaucoup de ses lecteurs ignorent que Nancy habita la capitale française de 1948 à 1966 puis Versailles jusqu’à sa mort, et qu’à sa francophilie naturelle s’ajoutaient des sentiments contrariés pour le gaulliste Gaston Palewski. Elle publia régulièrement dans divers journaux anglais des chroniques sur la vie parisienne et les Français en général, distillant au fil de la plume autant de causticité que de tendresse − le tout épicé du gène Mitford, c’est-à-dire l’humour. Beaucoup des thèmes évoqués dans ce recueil d’inédits sont d’une étonnante proximité (ainsi la cuisine des prix littéraires ou les embouteillages parisiens), et le livre s’achève sur un journal de mai 1968 qu’on dirait tenu par une ethnologue britannique en pleine jungle. « Plus que francophile, elle était francolâtre. » (Jérôme GARCIN, La Provence) « Cette amoureuse de Paname raconte la capitale française telle une Sévigné à théière. » (Marc LAMBRON, Le Point). « Un petit bijou qui ressuscite les années 1950 et 1960. On s’y croirait. » (Le Figaro).

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 152  pages
  • Dimensions :  0.8cmx10.8cmx16.6cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : Petite Bibliothèque Voyageurs
  • ISBN :  2228905240
  • EAN13 :  9782228905244
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Nancy Mitford

Charivari

Paru en 1935, ce roman n'a pas été réimprimé pendant près de soixante-dix ans. Ceci à la demande de Nancy Mitford elle-même, qui souhaitait mettre un terme à la brouille que sa publication avait provoquée avec ses soeurs. Unity et Diana lui reprochaient en effet la caricature à peine [....

L'amour dans un climat froid

Débutantes rose bonbon ou douairières, les " Honorables " ladies de Nancy Mitford n'ont décidément que le grand amour à l'esprit. Passé les premiers émois sentimentaux de La Poursuite de l'amour, c'est avec délectation que l'on retrouve Fanny et Polly, deux jeunes filles très chic de [.....

La poursuite de l'amour

Chronique brillante, spirituelle et gaie - émouvante aussi - de l'aristocratie anglaise de l'immédiat avant-guerre, La Poursuite de l'amour forme, avec L'Amour dans un climat froid un diptyque qui valut à Nancy Mitford (1904-1973) non seulement la faveur d'un large public (La poursuite de l'amour...

La poursuite de l'amour

Chronique brillante, spirituelle et gaie - émouvante aussi - de l'aristocratie anglaise de l'immédiat avant-guerre, La Poursuite de l'amour forme, avec L'Amour dans un climat froid un diptyque qui valut à Nancy Mitford (1904-1973) non seulement la faveur d'un large public (La poursuite de l'amour...

Voir tous les livres de Nancy Mitford

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Je sais désormais que je ne pourrais plus supporter de vivre ailleurs qu’à Paris », écrivait peu après la guerre à son ami Evelyn Waugh l’aînée des excentriques sœurs Mitford (1904-1973). Si ses œuvres sont mondialement célèbres, beaucoup de ses lecteurs ignorent que Nancy habita la capitale française de 1948 à 1966 puis Versailles jusqu’à sa mort, et qu’à sa francophilie naturelle s’ajoutaient des sentiments contrariés pour le gaulliste Gaston Palewski. Elle publia régulièrement dans divers journaux anglais des chroniques sur la vie parisienne et les Français en général, distillant au fil de la plume autant de causticité que de tendresse − le tout épicé du gène Mitford, c’est-à-dire l’humour. Beaucoup des thèmes évoqués dans ce recueil d’inédits sont d’une étonnante proximité (ainsi la cuisine des prix littéraires ou les embouteillages parisiens), et le livre s’achève sur un journal de mai 1968 qu’on dirait tenu par une ethnologue britannique en pleine jungle. « Plus que francophile, elle était francolâtre. » (Jérôme GARCIN, La Provence) « Cette amoureuse de Paname raconte la capitale française telle une Sévigné à théière. » (Marc LAMBRON, Le Point). « Un petit bijou qui ressuscite les années 1950 et 1960. On s’y croirait. » (Le Figaro).