share_book
Envoyer cet article par e-mail

A la folle jeunesse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
A la folle jeunesse

A la folle jeunesse

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "A la folle jeunesse"

« C’est le dernier jour, mais je ne le sais pas encore. Exactement comme au moment où a été pris ce Polaroïd. Je dois avoir dix ans, mes yeux sont plissés de fureur parce qu’on me force à me tenir face au soleil ou parce que je n’existe qu’en photo ; le tee-shirt bleu ciel des Dents de la mer ne me rappelle rien, le banc de sable qu’on devine flou derrière non plus, et du jour où cette photo a été prise, je ne sais que ce qu’on m’en a dit : qu’après l’avoir éventée pour la faire sécher, au lieu de l’empocher comme n’importe quel parent, ma mère me l’a tendue comme si elle ne voyait vraiment pas quoi en faire. Maintenant je la regarde sans me reconnaître tant je n’ai aucun souvenir d’avoir été aussi déterminée, aussi certaine, à cet âge, de ce que j’étais et de ce que je refuserais de devenir, et je finis par penser que si je dois quelque chose à quelqu’un, c’est à cette gamine énervée qui ne fixait pas sa mère mais un point déjà bien au-delà. »  Au fil d’une journée où se croisent ceux qu’on a trop aimés ou pas assez, un passé resurgit et se déconstruit peu à peu. À la folle jeunesse exprime, avec le plus de sincérité possible, les plus gros mensonges. Et inversement.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 156  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Stock Paru le
  • Collection : La Bleue
  • ISBN :  2234062535
  • EAN13 :  9782234062535
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Ann Scott

Superstars

De prime abord, Ann Scott semble être une frêle jeune femme, encore embarrassée par des tics de l'enfance et des taches de rousseur. Mais que l'on ne s'y trompe pas, cette jeune femme est un auteur très prometteur. Elle signe avec Superstars son deuxième succès après Asphyxie, son premier ...

Héroïne

Ce récit sur les affres de la passion met en scène une jeune femme de 32 ans qui décide de renouer avec Iris, une jeune fille de 22 ans, avec laquelle elle avait vécu une aventure brève, une rencontre physique d'une rare violence, cinq ans auparavant. Mais, Iris est toujours aussi insaisissable...

Le pire des mondes

Le héros a tout pour lui : beau gosse, trente ans à peine, un job en or, un loft à Paris, une Porsche... Pourtant la crasse et l'absurdité urbaines le révulsent. Il est obsédé par la perfection et par les stars avec lesquelles il vit, en pensées, de sublimes histoires d'amour. Un jour, pourt...

Asphyxie

Ann Scott, adolescente à Londres dans l'effervescence punk des années 80, elle entame ensuite une carrière de mannequin qui fera d'elle l'un des premiers top models underground. A vingt-neuf ans elle publie Asphyxie, son premier roman....

Voir tous les livres de Ann Scott

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

« C’est le dernier jour, mais je ne le sais pas encore. Exactement comme au moment où a été pris ce Polaroïd. Je dois avoir dix ans, mes yeux sont plissés de fureur parce qu’on me force à me tenir face au soleil ou parce que je n’existe qu’en photo ; le tee-shirt bleu ciel des Dents de la mer ne me rappelle rien, le banc de sable qu’on devine flou derrière non plus, et du jour où cette photo a été prise, je ne sais que ce qu’on m’en a dit : qu’après l’avoir éventée pour la faire sécher, au lieu de l’empocher comme n’importe quel parent, ma mère me l’a tendue comme si elle ne voyait vraiment pas quoi en faire. Maintenant je la regarde sans me reconnaître tant je n’ai aucun souvenir d’avoir été aussi déterminée, aussi certaine, à cet âge, de ce que j’étais et de ce que je refuserais de devenir, et je finis par penser que si je dois quelque chose à quelqu’un, c’est à cette gamine énervée qui ne fixait pas sa mère mais un point déjà bien au-delà. »  Au fil d’une journée où se croisent ceux qu’on a trop aimés ou pas assez, un passé resurgit et se déconstruit peu à peu. À la folle jeunesse exprime, avec le plus de sincérité possible, les plus gros mensonges. Et inversement.