share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Mayas : Grandeur et chute d'une civilisation

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Mayas : Grandeur et chute d'une civilisation

Les Mayas : Grandeur et chute d'une civilisation

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Mayas : Grandeur et chute d'une civilisation"

Arthur Demarest ramène à la vie cette civilisation perdue. Il en décrypte l'histoire complexe, la société brillante, la spiritualité omniprésente, et surtout la chute énigmatique. Et s'il n'y avait pas d'énigme, si la société maya fournissait elle-même la clé de son déclin, ou plutôt de sa transformation ? Les Etats mayas combinaient deux couches sociales : dans la forêt tropicale, une masse de paysans très productifs, remarquablement adapté à leur milieu ; dans les cités, une élite turbulente et dissipée, dominée par un roi sacré, chef religieux et militaire. Les élites mayas fondaient leur pouvoir sur l'éclat de leurs victoires, sur la richesse de leurs rituels, sur la beauté de leurs temples et de leurs palais. Ils réclamaient de leur peuple toujours plus de main d'oeuvre, toujours plus de grains. D'où des charges croissantes, et une surpopulation qui a fini par dégrader un milieu écologique fragile. De 750 à 1050, craignant l'insécurité, courbés sur un sol devenu infertile, les paysans ont émigré, tandis que les élites, incapables de répondre à la crise ou de se soutenir elles-mêmes, ont fini par abandonner les grandes cités. Les Mayas, sans disparaître, ont changé, adoptant un modèle social moins spectaculaire, mais plus efficace.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 414  pages
  • Dimensions :  2.8cmx12.0cmx18.0cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Tallandier Paru le
  • Collection : Texto
  • ISBN :  2847348255
  • EAN13 :  9782847348255
  • Classe Dewey :  900
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Arthur Demarest ramène à la vie cette civilisation perdue. Il en décrypte l'histoire complexe, la société brillante, la spiritualité omniprésente, et surtout la chute énigmatique. Et s'il n'y avait pas d'énigme, si la société maya fournissait elle-même la clé de son déclin, ou plutôt de sa transformation ? Les Etats mayas combinaient deux couches sociales : dans la forêt tropicale, une masse de paysans très productifs, remarquablement adapté à leur milieu ; dans les cités, une élite turbulente et dissipée, dominée par un roi sacré, chef religieux et militaire. Les élites mayas fondaient leur pouvoir sur l'éclat de leurs victoires, sur la richesse de leurs rituels, sur la beauté de leurs temples et de leurs palais. Ils réclamaient de leur peuple toujours plus de main d'oeuvre, toujours plus de grains. D'où des charges croissantes, et une surpopulation qui a fini par dégrader un milieu écologique fragile. De 750 à 1050, craignant l'insécurité, courbés sur un sol devenu infertile, les paysans ont émigré, tandis que les élites, incapables de répondre à la crise ou de se soutenir elles-mêmes, ont fini par abandonner les grandes cités. Les Mayas, sans disparaître, ont changé, adoptant un modèle social moins spectaculaire, mais plus efficace.