share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le musée des Offices et le Palais Pitti : La peinture à Florence

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le musée des Offices et le Palais Pitti : La peinture à Florence

Le musée des Offices et le Palais Pitti : La peinture à Florence

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le musée des Offices et le Palais Pitti : La peinture à Florence"

Nous avons choisi de présenter en un seul et même volume le patrimoine artistique des deux grandes galeries florentines : le musée des Offices et le palais Pitti. Ce parti pris s'explique aisément par la grande unité des deux collections et par leur attachement mutuel. Ne sont-elles pas reliées par le Corridor de Vasari et le Ponte Vecchio ? Nous n'avons pas oublié pour autant que les Galeries florentines possédaient un grand nombre de tableaux d'une rare qualité dans les autres musées de la ville : voilà pourquoi cet ouvrage inclut aussi les chefs-d'oeuvre exposés à la galerie de l'Académie, au musée San Marco, au Bargello et au Cenacolo di San Salvi. Ces galeries font partie intégrante du grand ensemble muséographique florentin. Elles offrent une vision. complète et unique au monde de la peinture toscane ainsi qu'une excellente synthèse des autres écoles italiennes (de l'Ecole vénitienne notamment). C'est Côme Ier de Médicis qui, le premier, eut l'intelligence de regrouper aux Offices ses collections personnelles. Son projet fut repris et complété par ses successeurs François Ier, Ferdinand Ier et Ferdinand II. Grâce aux généreux legs de la famille Della Rovere, la galerie des Offices acquit très vite ses lettres de noblesse. Au fil. des siècles, la galerie Palatine, inaugurée par Côme Il, s'enrichit elle aussi des legs des Della Rovere, des collections du cardinal Léopold de Médicis et des Lorraine. Tous les grands noms de la peinture européenne sont représentés dans les galeries florentines, avec des oeuvres choisies avec soin., parfois même avec des ensembles exceptionnels, comme ceux. de Raphaël, Andrea del Sarto, Bronzino, Pontormo, Titien., Caravage et. Rubens. De l'Ecole flamande, le musée des Offices et le palais Pitti conservent aussi quelques tableaux de grand intérêt, signés Memling, Van. der Weyden, Van. Orley et David, ainsi que le Triptyque Portinari de Hugo van. der Goes, qu'il faut peut-être considérer comme le chef-d'oeuvre de la peinture nordique du XVe siècle. Les deux musées peuvent enfin se flatter de détenir six oeuvres de Dürer, des tableaux. de Greco, Velázquez, Murillo et. Goya.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 685  pages
  • Dimensions :  6.8cmx25.0cmx30.6cm
  • Poids : 4018.8g
  • Editeur :   Editions Place Des Victoires Paru le
  • Collection : LIVRES D ART
  • ISBN :  2809901643
  • EAN13 :  9782809901641
  • Classe Dewey :  759.5
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Nous avons choisi de présenter en un seul et même volume le patrimoine artistique des deux grandes galeries florentines : le musée des Offices et le palais Pitti. Ce parti pris s'explique aisément par la grande unité des deux collections et par leur attachement mutuel. Ne sont-elles pas reliées par le Corridor de Vasari et le Ponte Vecchio ? Nous n'avons pas oublié pour autant que les Galeries florentines possédaient un grand nombre de tableaux d'une rare qualité dans les autres musées de la ville : voilà pourquoi cet ouvrage inclut aussi les chefs-d'oeuvre exposés à la galerie de l'Académie, au musée San Marco, au Bargello et au Cenacolo di San Salvi. Ces galeries font partie intégrante du grand ensemble muséographique florentin. Elles offrent une vision. complète et unique au monde de la peinture toscane ainsi qu'une excellente synthèse des autres écoles italiennes (de l'Ecole vénitienne notamment). C'est Côme Ier de Médicis qui, le premier, eut l'intelligence de regrouper aux Offices ses collections personnelles. Son projet fut repris et complété par ses successeurs François Ier, Ferdinand Ier et Ferdinand II. Grâce aux généreux legs de la famille Della Rovere, la galerie des Offices acquit très vite ses lettres de noblesse. Au fil. des siècles, la galerie Palatine, inaugurée par Côme Il, s'enrichit elle aussi des legs des Della Rovere, des collections du cardinal Léopold de Médicis et des Lorraine. Tous les grands noms de la peinture européenne sont représentés dans les galeries florentines, avec des oeuvres choisies avec soin., parfois même avec des ensembles exceptionnels, comme ceux. de Raphaël, Andrea del Sarto, Bronzino, Pontormo, Titien., Caravage et. Rubens. De l'Ecole flamande, le musée des Offices et le palais Pitti conservent aussi quelques tableaux de grand intérêt, signés Memling, Van. der Weyden, Van. Orley et David, ainsi que le Triptyque Portinari de Hugo van. der Goes, qu'il faut peut-être considérer comme le chef-d'oeuvre de la peinture nordique du XVe siècle. Les deux musées peuvent enfin se flatter de détenir six oeuvres de Dürer, des tableaux. de Greco, Velázquez, Murillo et. Goya.