share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'invention du marché : Une histoire économique de la mondialisation

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'invention du marché : Une histoire économique de la mondialisation

L'invention du marché : Une histoire économique de la mondialisation

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'invention du marché : Une histoire économique de la mondialisation"

La mondialisation économique est souvent analysée comme un état nouveau de la planète qui verrait les États abandonner le pouvoir aux forces de marché... De la première mondialisation reconnue (dans la seconde moitié du 19ème siècle) à la réalité contemporaine des firmes transnationales, de la globalisation financière et des régulations supranationales (FMI, OMC, BCE), c'est la lente libéralisation des échanges qui s'imposerait sur le devant de la scène. Pourtant la mondialisation ne saurait s'identifier à la victoire planétaire et programmée du libéralisme... Ce livre s'attache à montrer que la mondialisation contemporaine est tout sauf une réalité statique opposant deux principes abstraits d'organisation de la vie économique. Elle constitue d'abord l'aboutissement provisoire d'un processus historique de très longue durée. Ce processus non linéaire sanctionne une synergie heurtée entre expansion géographique des échanges (marchands ou non) d'une part, approfondissement de l'économie de marché d'autre part. Ces deux mouvements sont ici étudiés dans leur interaction, non seulement depuis la « révolution industrielle » ou les « grandes découvertes », mais aussi depuis leurs balbutiements dans l'antiquité ou le Moyen Age, européen et asiatique. Il apparaît alors que l'invention du marché, ou plus précisément l'émergence de systèmes de marchés, est longtemps contenue en Europe et ne progresse sensiblement que lorsque le pouvoir politique s'en mêle... Venise au 13ème siècle ou Amsterdam au 17ème, le mercantilisme français ou anglais au 18ème constituent autant de jalons dans la constitution progressive de ces systèmes de marchés. Au coeur de cette dynamique, l'instrumentalisation du commerce de longue distance par les pouvoirs politiques apparaît centrale. De fait les forces de marché qui préexistent à l'État moderne semblent, par elles-mêmes, impuissantes à construire autre chose qu'un commerce lointain de nature opportuniste, ce dont témoignent brillamment l'océan Indien ou la Route de la Soie, bien avant l'éveil de l'Europe. Il revient à l'État de canaliser ces forces de façon à les faire servir à un dessein plus ambitieux, la création de systèmes de marchés nationaux, laquelle appuie l'émergence du capitalisme dès la seconde moitié du 18ème siècle. À partir de là, ce dernier déploie sa logique et les puissances hégémoniques successives poussent à une libéralisation qui sert immédiatement leurs intérêts. Il n'est pas sûr pour autant que cette libéralisation soit aujourd'hui irréversible : l'entre-deux guerres a bien montré comment le libéralisme hérité du 19ème siècle a fait long feu et, dans la douleur, cédé la place au « fordisme » des trente glorieuses Le grand mérite de l'histoire reste de montrer combien le marché reste fondamentalement une utopie et de préciser les conditions historiques dans lesquelles sa contestation sociale peut se déployer.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 592  pages
  • Dimensions :  4.4cmx15.0cmx23.0cm
  • Poids : 721.2g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : conomie humaine
  • ISBN :  2020410915
  • EAN13 :  9782020410915
  • Classe Dewey :  337
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Norel

L'histoire économique globale

L'histoire économique n'est pas d'abord celle de l'Europe. La genèse de l'économie moderne est aussi orientale, comme le montre, bien avant notre Renaissance, la circulation afro-eurasienne des biens, des hommes et des techniques. Ce livre analyse les réseaux commerciaux asiatiques [....]...

Voir tous les livres de Philippe Norel

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La mondialisation économique est souvent analysée comme un état nouveau de la planète qui verrait les États abandonner le pouvoir aux forces de marché... De la première mondialisation reconnue (dans la seconde moitié du 19ème siècle) à la réalité contemporaine des firmes transnationales, de la globalisation financière et des régulations supranationales (FMI, OMC, BCE), c'est la lente libéralisation des échanges qui s'imposerait sur le devant de la scène. Pourtant la mondialisation ne saurait s'identifier à la victoire planétaire et programmée du libéralisme... Ce livre s'attache à montrer que la mondialisation contemporaine est tout sauf une réalité statique opposant deux principes abstraits d'organisation de la vie économique. Elle constitue d'abord l'aboutissement provisoire d'un processus historique de très longue durée. Ce processus non linéaire sanctionne une synergie heurtée entre expansion géographique des échanges (marchands ou non) d'une part, approfondissement de l'économie de marché d'autre part. Ces deux mouvements sont ici étudiés dans leur interaction, non seulement depuis la « révolution industrielle » ou les « grandes découvertes », mais aussi depuis leurs balbutiements dans l'antiquité ou le Moyen Age, européen et asiatique. Il apparaît alors que l'invention du marché, ou plus précisément l'émergence de systèmes de marchés, est longtemps contenue en Europe et ne progresse sensiblement que lorsque le pouvoir politique s'en mêle... Venise au 13ème siècle ou Amsterdam au 17ème, le mercantilisme français ou anglais au 18ème constituent autant de jalons dans la constitution progressive de ces systèmes de marchés. Au coeur de cette dynamique, l'instrumentalisation du commerce de longue distance par les pouvoirs politiques apparaît centrale. De fait les forces de marché qui préexistent à l'État moderne semblent, par elles-mêmes, impuissantes à construire autre chose qu'un commerce lointain de nature opportuniste, ce dont témoignent brillamment l'océan Indien ou la Route de la Soie, bien avant l'éveil de l'Europe. Il revient à l'État de canaliser ces forces de façon à les faire servir à un dessein plus ambitieux, la création de systèmes de marchés nationaux, laquelle appuie l'émergence du capitalisme dès la seconde moitié du 18ème siècle. À partir de là, ce dernier déploie sa logique et les puissances hégémoniques successives poussent à une libéralisation qui sert immédiatement leurs intérêts. Il n'est pas sûr pour autant que cette libéralisation soit aujourd'hui irréversible : l'entre-deux guerres a bien montré comment le libéralisme hérité du 19ème siècle a fait long feu et, dans la douleur, cédé la place au « fordisme » des trente glorieuses Le grand mérite de l'histoire reste de montrer combien le marché reste fondamentalement une utopie et de préciser les conditions historiques dans lesquelles sa contestation sociale peut se déployer.