share_book
Envoyer cet article par e-mail

Voyez comme on danse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Voyez comme on danse

Voyez comme on danse

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Voyez comme on danse"

L'ami est mort et Paris pleure. Il aimait la vie jusqu'à faire partager cet amour. Tous affluent, femmes, filles, amis, relations et autres. Jean d'Ormesson a perdu son ami le plus proche, indissociable de maints aspects de son existence. Comme il déambule parmi tombes et souvenirs, l'écrivain ne se dérobe pas à un lucide retour sur soi : son amitié pour le défunt, sa vie, ses amours, l'écriture ; pourquoi donc s'être voué au roman ? La réponse est toute littérature : un assemblage de récits, une polyphonie de destinées qui entremêle la cohorte des participants au dernier hommage et ceux que la plume de l'écrivain convoque au cimetière. "Roman. C'est du roman. Bien sûr : c'est du roman." Du roman à clef qui vire parfois à la gigue macabre autour d'un caveau qui ne se referme qu'au bout de quatre cents pages, d'où sortent en sarabande considérations métaphysiques et truismes, grande et petite histoire. Il y a là des souvenirs lumineux et de la douleur vive ; et l'auteur, qui sait mettre bas les masques, ne dissimule ni le plaisir ni la peine qu'il prit à l'exercice. --Bertrand Gosselin --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 378  pages
  • Dimensions :  1.8cmx10.8cmx18.4cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070424693
  • EAN13 :  9782070424696
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean d'Ormesson

Et toi mon coeur pourquoi bats-tu ?

Disons d'abord ce que ce livre n'est pas: une anthologie de plus de la poésie - ou de la littérature - française. Ce sont des proses et des poèmes que je connais - ou connaissais - par cœur. Ce qui figure dans ces pages, ce sont des mots qui ne sont pas de moi et qui valent mieux que moi, mais ...

Prix : 101 DH
La Douane de mer

Forfatteren dør i første linje af romanen. Menshan svæver rundt i overgangsfasen møder han en ...

Prix : 101 DH

La gloire de l'Empire

Prix : 132 DH
La création du monde

Quatre amis, Edgar, psychiatre ; André, grand patron ; François, professeur de sciences et le narrateur passent comme chaque année huit jours de vacances dans une île de la Méditerranée orientale. Edgar a apporté un manuscrit que lui a envoyé un inconnu. Le texte l'intrigue et il voudrait ...

Prix : 90 DH

Voir tous les livres de Jean d'Ormesson

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'ami est mort et Paris pleure. Il aimait la vie jusqu'à faire partager cet amour. Tous affluent, femmes, filles, amis, relations et autres. Jean d'Ormesson a perdu son ami le plus proche, indissociable de maints aspects de son existence. Comme il déambule parmi tombes et souvenirs, l'écrivain ne se dérobe pas à un lucide retour sur soi : son amitié pour le défunt, sa vie, ses amours, l'écriture ; pourquoi donc s'être voué au roman ? La réponse est toute littérature : un assemblage de récits, une polyphonie de destinées qui entremêle la cohorte des participants au dernier hommage et ceux que la plume de l'écrivain convoque au cimetière. "Roman. C'est du roman. Bien sûr : c'est du roman." Du roman à clef qui vire parfois à la gigue macabre autour d'un caveau qui ne se referme qu'au bout de quatre cents pages, d'où sortent en sarabande considérations métaphysiques et truismes, grande et petite histoire. Il y a là des souvenirs lumineux et de la douleur vive ; et l'auteur, qui sait mettre bas les masques, ne dissimule ni le plaisir ni la peine qu'il prit à l'exercice. --Bertrand Gosselin --Ce texte fait référence à l'édition Broché .