share_book
Envoyer cet article par e-mail

Avicenne & Averroès : Médecine et biologie dans la civilisation de l'Islam

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Avicenne & Averroès : Médecine et biologie dans la civilisation de l'Islam

Avicenne & Averroès : Médecine et biologie dans la civilisation de l'Islam

  (Auteur)


Prix : 319,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Avicenne & Averroès : Médecine et biologie dans la civilisation de l'Islam"

    C'est sur le riche héritage légué à l'Occident chrétien par les grands médecins-philosophes de la civilisation arabo-musulmane que les premiers biologistes de l'époque moderne - Vésale, Harvey, Tournefort - ont posé les bases de l'anatomie, de la physiologie et de la botanique. Les grands auteurs arabes furent ainsi des " passeurs " de civilisation, dévoilant aux érudits d'Europe les trésors enfouis à Byzance, dans des manuscrits grecs que personne ne lisait plus. Mais le rôle historique des savants arabes ne se limite pas à la transmission des richesses intellectuelles de l'Antiquité. Ces savants furent aussi des novateurs : les mathématiciens inventèrent l'algèbre (al-jabr) ; les alchimistes (experts en alkemia) découvrirent les alcalis, l'alcool, la distillation des parfums... Une dizaine de grands médecins arabes écrivirent de longs traités rassemblant toutes les connaissances médicales de l'époque, qu'elles viennent du monde hellénistique, du Proche-Orient, de l'Iran ou de l'Inde. C'est ainsi qu'après l'invention de l'imprimerie, le Canon de la médecine d'Avicenne connut une très large diffusion dans le monde entier et servit notamment de manuel dans toutes les facultés de médecine d'Europe jusqu'à la fin du XVIIe siècle. Avicenne et Averroès ont aussi fait faire d'importants progrès à la biologie en étudiant, pour la première fois, le fonctionnement du cerveau. Avicenne (980-1037) émit l'hypothèse d'un réseau de localisations cérébrales où s'effectuaient les opérations mentales, proposition hardie à l'époque mais largement confirmée, au XXe siècle, par les neurosciences. De son côté, Averroès (1126-1198) échafauda une théorie de l'intelligence dans laquelle ce qu'il appelait des intelligibles préfigurent nos modernes concepts. Cette théorie averroiste rencontra d'ailleurs, dès le XIIIe siècle, la très vite opposition de saint Thomas d'Aquin. L'ouvrage contient en annexe une brève histoire de l'empire arabe du VIIIe au XIIIe siècle, ainsi qu'un tableau du développement des sciences non biologiques à la même époque

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 250  pages
    • Dimensions :  1.4cmx16.8cmx23.8cm
    • Poids : 440.0g
    • Editeur :   Vuibert Paru le
    • ISBN :  2711753263
    • EAN13 :  9782711753260
    • Classe Dewey :  610.953
    • Langue : Français

    D'autres livres de Paul Mazliak

    L'évolution chez les végétaux : Des bactéries aux arbres et aux plantes à fleurs

    Si l'origine des plantes à fleurs était restée pour Darwin et de son propre aveu " un abominable mystère " ainsi qu'il l'écrivit en 1879, l'évolution du règne végétal au cours des temps géologiques a désormais son histoire. Les filiations que l'on sait établir à partir de l'ADN des [...

    Voir tous les livres de Paul Mazliak

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    C'est sur le riche héritage légué à l'Occident chrétien par les grands médecins-philosophes de la civilisation arabo-musulmane que les premiers biologistes de l'époque moderne - Vésale, Harvey, Tournefort - ont posé les bases de l'anatomie, de la physiologie et de la botanique. Les grands auteurs arabes furent ainsi des " passeurs " de civilisation, dévoilant aux érudits d'Europe les trésors enfouis à Byzance, dans des manuscrits grecs que personne ne lisait plus. Mais le rôle historique des savants arabes ne se limite pas à la transmission des richesses intellectuelles de l'Antiquité. Ces savants furent aussi des novateurs : les mathématiciens inventèrent l'algèbre (al-jabr) ; les alchimistes (experts en alkemia) découvrirent les alcalis, l'alcool, la distillation des parfums... Une dizaine de grands médecins arabes écrivirent de longs traités rassemblant toutes les connaissances médicales de l'époque, qu'elles viennent du monde hellénistique, du Proche-Orient, de l'Iran ou de l'Inde. C'est ainsi qu'après l'invention de l'imprimerie, le Canon de la médecine d'Avicenne connut une très large diffusion dans le monde entier et servit notamment de manuel dans toutes les facultés de médecine d'Europe jusqu'à la fin du XVIIe siècle. Avicenne et Averroès ont aussi fait faire d'importants progrès à la biologie en étudiant, pour la première fois, le fonctionnement du cerveau. Avicenne (980-1037) émit l'hypothèse d'un réseau de localisations cérébrales où s'effectuaient les opérations mentales, proposition hardie à l'époque mais largement confirmée, au XXe siècle, par les neurosciences. De son côté, Averroès (1126-1198) échafauda une théorie de l'intelligence dans laquelle ce qu'il appelait des intelligibles préfigurent nos modernes concepts. Cette théorie averroiste rencontra d'ailleurs, dès le XIIIe siècle, la très vite opposition de saint Thomas d'Aquin. L'ouvrage contient en annexe une brève histoire de l'empire arabe du VIIIe au XIIIe siècle, ainsi qu'un tableau du développement des sciences non biologiques à la même époque