share_book
Envoyer cet article par e-mail

La prison ruinée

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La prison ruinée

La prison ruinée

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La prison ruinée"

On se croirait presque dans un film d Almodovar, une scène de Talons Aiguilles, transposée dans la littérature par une très jeune frangine de Jean Genet, lequel aurait eu cent ans le l9 décembre 2010. « Mon frère, ma s ur, cousine, ma gueule, mon poto... » Nous sommes bel et bien pourtant à Fleury-Mérogis, le plus grand centre pénitentiaire européen, dans la banlieue sud de Paris, et une femme, détenue, nous parle d une société inversée où les vraies valeurs d amour, de solidarité, de jouissance, de confiance, de joie se trouveraient et se réaliseraient de l autre côté des barreaux, en prison. La prison, oui, comme révélateur de l humain en l homme, une société ritualisée de l échange, sans argent, où tous les coups ne sont pas permis, où le dimanche, lors de la messe, « des ferventes à la beauté noire, allumée » libèrent Dieu pour le rendre à Jésus, à sa vérité insurrectionnelle. Un monde du « juste nécessaire », sans vêtement de marque, sans tous ces outils qui nous aliènent, où les travailleuses ne sont plus dépossédées de leur force productive, où le corps et le désir brûlent de nouveau.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 40  pages
  • Dimensions :  2.0cmx12.0cmx20.2cm
  • Poids : 59.0g
  • Editeur :   Indigène Paru le
  • Collection : Ceux qui marchent contre le vent
  • ISBN :  2911939824
  • EAN13 :  9782911939822
  • Classe Dewey :  364
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

On se croirait presque dans un film d Almodovar, une scène de Talons Aiguilles, transposée dans la littérature par une très jeune frangine de Jean Genet, lequel aurait eu cent ans le l9 décembre 2010. « Mon frère, ma s ur, cousine, ma gueule, mon poto... » Nous sommes bel et bien pourtant à Fleury-Mérogis, le plus grand centre pénitentiaire européen, dans la banlieue sud de Paris, et une femme, détenue, nous parle d une société inversée où les vraies valeurs d amour, de solidarité, de jouissance, de confiance, de joie se trouveraient et se réaliseraient de l autre côté des barreaux, en prison. La prison, oui, comme révélateur de l humain en l homme, une société ritualisée de l échange, sans argent, où tous les coups ne sont pas permis, où le dimanche, lors de la messe, « des ferventes à la beauté noire, allumée » libèrent Dieu pour le rendre à Jésus, à sa vérité insurrectionnelle. Un monde du « juste nécessaire », sans vêtement de marque, sans tous ces outils qui nous aliènent, où les travailleuses ne sont plus dépossédées de leur force productive, où le corps et le désir brûlent de nouveau.