share_book
Envoyer cet article par e-mail

Lettres à Fanny Brawne et autres correspondants

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Lettres à Fanny Brawne et autres correspondants

Lettres à Fanny Brawne et autres correspondants

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Lettres à Fanny Brawne et autres correspondants"

John Keats n'est pas seulement comme le souligna Mallarmé l'auteur de maint poème pur, ardent, musical. Il écrivit également une éblouissante correspondance, dont seules des bribes avaient été jusqu'ici traduites en français. Au fil des jours, on voit Keats inventer un genre : la lettre journal. Pour ses frères l'un cloué au lit par la tuberculose, l'autre parti en Amérique il rédige des lettres qui, s'étendant souvent sur plusieurs semaines, racontent, décrivent, méditent ou, soudain, s'épanouissent en poèmes. À ses amis peintres, poètes, critiques , il offre, sans nulle pose, entre mille anecdotes ou plaisanteries, des pensées qui nous sont aujourd'hui aussi précieuses que celles d'un Baudelaire ou d'un Mallarmé. Bouleversante, enfin, sa correspondance avec Fanny Brawne brûle d'un désir de vivre, d'aimer, de penser, de dire, que seules purent éteindre la maladie et bientôt la mort.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 736  pages
  • Dimensions :  3.4cmx10.8cmx17.4cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Belin Litterature Et Revues Paru le
  • Collection : Bibliothèque scientifique
  • ISBN :  2701155924
  • EAN13 :  9782701155920
  • Classe Dewey :  826.7
  • Langue : Français

D'autres livres de John Keats

Seul dans la splendeur

John Keats demeure nimbé de son aura de poète romantique : il a su, de son destin malheureux, nourrir un art à l'exceptionnelle beauté. Une immense richesse symbolique transparaît sous la lumière, nocturne ou solaire, de ce poète aux accents intemporels. ...

Les Odes : Suivi de Dame sans Merci et La Vigile de la Sainte-Agnès

Keats annonce la désincarnation moderne. Mais en sauvant la beauté au prix de sa vie même, en incarnant alors le " poétique ", il est à la fois un objet, un animal, un vase, une fleur : son identité se déduit de son absence à lui-même. La poésie redevient chemin vers la vérité, union - n...

Lettres à Fanny

Longtemps hésitant entre la médecine et la poésie, John Keats n’avait guère eu qu’ironie et méfiance pour les choses du sentiment lorsqu’il s’éprit de Fanny Brawne, la fille de ses nouveaux voisins de Hampstead. De cette liaison difficile – ils seront fiancés mais jamais époux –,...

Voir tous les livres de John Keats

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

John Keats n'est pas seulement comme le souligna Mallarmé l'auteur de maint poème pur, ardent, musical. Il écrivit également une éblouissante correspondance, dont seules des bribes avaient été jusqu'ici traduites en français. Au fil des jours, on voit Keats inventer un genre : la lettre journal. Pour ses frères l'un cloué au lit par la tuberculose, l'autre parti en Amérique il rédige des lettres qui, s'étendant souvent sur plusieurs semaines, racontent, décrivent, méditent ou, soudain, s'épanouissent en poèmes. À ses amis peintres, poètes, critiques , il offre, sans nulle pose, entre mille anecdotes ou plaisanteries, des pensées qui nous sont aujourd'hui aussi précieuses que celles d'un Baudelaire ou d'un Mallarmé. Bouleversante, enfin, sa correspondance avec Fanny Brawne brûle d'un désir de vivre, d'aimer, de penser, de dire, que seules purent éteindre la maladie et bientôt la mort.