share_book
Envoyer cet article par e-mail

Sciences-Po, tome 2 : Le 19e siècle en Europe

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Sciences-Po, tome 2 : Le 19e siècle en Europe

Sciences-Po, tome 2 : Le 19e siècle en Europe

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Sciences-Po, tome 2 : Le 19e siècle en Europe"

De la chute du Premier Empire à l'entrée dans la Grande Guerre, l'Europe vit un siècle de bouleversements. Le congrès de Vienne cherche à remettre sur ses bases l'" équilibre européen " que la France avait tant bousculé. Mais les dynamiques du siècle tiennent aussi aux mouvements de va-et-vient de la " puissance ", dans lesquels entrent en compte la professionnalisation du commandement et les transformations des armées, le développement industriel, l'exportation des capitaux, la vigueur démographique. Les Etats déclinants, l'Empire des Habsbourg et l'Empire ottoman, font contraste avec des puissances jeunes, celles des mouvements nationaux unitaires, l'Italie et surtout l'Allemagne. La France peine à reconstituer les cadres extérieurs de son influence passée. La Grande-Bretagne demeure un observateur à vocation d'arbitre Le XIXe siècle d'industrialisation et d'urbanisation, est aussi le cadre d'un vaste mouvement de recomposition des forces sociales. Les anciennes élites ne connaissent qu'un déclin tempéré, mais l'heure est au partage du pouvoir entre elles et les bourgeoisies, dont l'essor se traduit par la progression des garanties dont bénéficient les libertés publiques et par l'élargissement du droit de suffrage. Le monde ouvrier est certes la force montante du siècle, mais il est loin d'être partout numériquement fort, ni de condition homogène. Les campagnes sont partagées entre mobilités et politisation d'un côté, arriération et hiérarchies de l'autre. Enfin, toute la culture européenne est portée par le XIXe siècle à de profondes remises en cause. Déchristianisation et détachement vis-à-vis de la foi ne sont que des signes, parmi beaucoup, d'une tendance à la sécularisation de la pensée et des relations sociales, que les Eglises combattent, chacune à leur manière

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 316  pages
  • Dimensions :  2.2cmx16.0cmx23.2cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Armand Colin Paru le
  • Collection : U Histoire
  • ISBN :  2200250347
  • EAN13 :  9782200250348
  • Classe Dewey :  940.28
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

De la chute du Premier Empire à l'entrée dans la Grande Guerre, l'Europe vit un siècle de bouleversements. Le congrès de Vienne cherche à remettre sur ses bases l'" équilibre européen " que la France avait tant bousculé. Mais les dynamiques du siècle tiennent aussi aux mouvements de va-et-vient de la " puissance ", dans lesquels entrent en compte la professionnalisation du commandement et les transformations des armées, le développement industriel, l'exportation des capitaux, la vigueur démographique. Les Etats déclinants, l'Empire des Habsbourg et l'Empire ottoman, font contraste avec des puissances jeunes, celles des mouvements nationaux unitaires, l'Italie et surtout l'Allemagne. La France peine à reconstituer les cadres extérieurs de son influence passée. La Grande-Bretagne demeure un observateur à vocation d'arbitre Le XIXe siècle d'industrialisation et d'urbanisation, est aussi le cadre d'un vaste mouvement de recomposition des forces sociales. Les anciennes élites ne connaissent qu'un déclin tempéré, mais l'heure est au partage du pouvoir entre elles et les bourgeoisies, dont l'essor se traduit par la progression des garanties dont bénéficient les libertés publiques et par l'élargissement du droit de suffrage. Le monde ouvrier est certes la force montante du siècle, mais il est loin d'être partout numériquement fort, ni de condition homogène. Les campagnes sont partagées entre mobilités et politisation d'un côté, arriération et hiérarchies de l'autre. Enfin, toute la culture européenne est portée par le XIXe siècle à de profondes remises en cause. Déchristianisation et détachement vis-à-vis de la foi ne sont que des signes, parmi beaucoup, d'une tendance à la sécularisation de la pensée et des relations sociales, que les Eglises combattent, chacune à leur manière