share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le regard dans les arts plastiques et la littérature (Angleterre, Etats-Unis)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le regard dans les arts plastiques et la littérature (Angleterre, Etats-Unis)

Le regard dans les arts plastiques et la littérature (Angleterre, Etats-Unis)

Collectif,   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le regard dans les arts plastiques et la littérature (Angleterre, Etats-Unis)"

Du coup de foudre au regard hypnotique qu instrumentalise celui sur qui il se porte, du regard désirant (ou dévorant) au regard envieux qui trahit l'absence de cette complétude que l'observateur soupçonne chez l'autre mais dont il est lui-même dépourvu, le regard semble paradoxalement toujours dire le creux, la béance. Le regard inscrit presque à coup sûr des problématiques violentes : parce qu'il circonscrit le visible, il donne à penser l'immensité de ce qui ne l'est pas. La tragédie du perdre de vue menace sans doute toute opération du regard. Le regard ne se contente pas de rendre l'oeuvre et le spectateur visibles, ce faisant, il les crée ou les fonde. Ancré dans la gestuelle, le regard se lit, pourtant, se déchiffre, s'inscrit comme si lui était attachée une véritable grammaire. Le langage des yeux, comme l'énonciation, dit le rapport au monde de celui qui le porte. Fenêtre de l'oeuvre, comme il est la " fenêtre de l'âme ", le regard, signe de l'échange pré-ou post-verbal, s'inscrit dans un ailleurs de la parole : absente, la parol est " fantomisée " par le regard qui la dit de façon muette (celui du peintre et de ses sujets) ; pleine, la parole - celle de l'écrivain cette fois - se construit autour de cette relation que tisse le regard et qui toujours lui échappe, et la gageure du poète consiste alors à trouver les mots pour décrire/d'écrire/décrire ce qui ce qui ne peut se dire. C'est autour de ces deux axes que s'articule ce numéro de Sillages Critiques, né des travaux du groupe de recherches sur la littérature de langue anglaise de Pari IV-Sorbonne. Texte et Critique du Texte

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 153  pages
  • Dimensions :  1.0cmx15.8cmx23.8cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Pu Paris-Sorbonne Paru le
  • Collection : Sillages critiques
  • ISBN :  2840502968
  • EAN13 :  9782840502968
  • Classe Dewey :  759.2
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Arnaud

Des moutons et des robots

Prix : 541.88 DH

Voir tous les livres de Pierre Arnaud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Du coup de foudre au regard hypnotique qu instrumentalise celui sur qui il se porte, du regard désirant (ou dévorant) au regard envieux qui trahit l'absence de cette complétude que l'observateur soupçonne chez l'autre mais dont il est lui-même dépourvu, le regard semble paradoxalement toujours dire le creux, la béance. Le regard inscrit presque à coup sûr des problématiques violentes : parce qu'il circonscrit le visible, il donne à penser l'immensité de ce qui ne l'est pas. La tragédie du perdre de vue menace sans doute toute opération du regard. Le regard ne se contente pas de rendre l'oeuvre et le spectateur visibles, ce faisant, il les crée ou les fonde. Ancré dans la gestuelle, le regard se lit, pourtant, se déchiffre, s'inscrit comme si lui était attachée une véritable grammaire. Le langage des yeux, comme l'énonciation, dit le rapport au monde de celui qui le porte. Fenêtre de l'oeuvre, comme il est la " fenêtre de l'âme ", le regard, signe de l'échange pré-ou post-verbal, s'inscrit dans un ailleurs de la parole : absente, la parol est " fantomisée " par le regard qui la dit de façon muette (celui du peintre et de ses sujets) ; pleine, la parole - celle de l'écrivain cette fois - se construit autour de cette relation que tisse le regard et qui toujours lui échappe, et la gageure du poète consiste alors à trouver les mots pour décrire/d'écrire/décrire ce qui ce qui ne peut se dire. C'est autour de ces deux axes que s'articule ce numéro de Sillages Critiques, né des travaux du groupe de recherches sur la littérature de langue anglaise de Pari IV-Sorbonne. Texte et Critique du Texte