share_book
Envoyer cet article par e-mail

A l'école de la littérature

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
A l'école de la littérature

A l'école de la littérature

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "A l'école de la littérature"

Ecole et littérature : deux termes qu'il est de bon ton de séparer, voire d'opposer. Au mieux l'école apprendrait à lire, à déchiffrer, à décoder. De son domaine serait exclue la littérature, réservée à ceux qui l'ont depuis toujours capitalisée en dehors de l'école, et parfois même contre elle. La réalité est-elle aussi catégorique ? Elle ne l'était pas dans la pensée des fondateurs de l'Ecole de la Troisième République. Loin d'établir les deux paliers actuels, l'un utilitaire apprendre à lire, affaire du primaire ; l'autre culturel apprécier la littérature, affaire du secondaire, l'école républicaine a eu d'emblée une démarche globalisante en liant apprentissage de la langue et initiation aux textes. Cet éclairage inattendu sur une pédagogie qui n'était pas uniquement simple et pratique, oblige à reconsidérer la relation intime que notre littérature a toujours entretenu avec la culture scolaire. Que, dans le passé, le goût littéraire ait été nourri par l'école demeure une évidence, même pour ceux qui la remettent en cause. Mais qu'en est-il aujourd'hui ? C'est ce que, sans complaisance, mais sans préjugés, s'emploie à analyser ici Francis Marcoin.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 208  pages
  • Dimensions :  1.6cmx13.0cmx20.6cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   De L' Atelier Paru le
  • Collection : Apprendre-comprendre
  • ISBN :  2708229494
  • EAN13 :  9782708229495
  • Classe Dewey :  372.4
  • Langue : Français

D'autres livres de Francis Marcoin

La littérature de jeunesse

Par le succès qu'elle remporte en librairie, la littérature de jeunesse n'est plus limitée à sa seule vocation éducative et relève désormais de la littérature, c'est-à-dire d'une entreprise artistique visant à " faire œuvre ". La littérature de jeunesse est ici abordée en tant que [....

Voir tous les livres de Francis Marcoin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Ecole et littérature : deux termes qu'il est de bon ton de séparer, voire d'opposer. Au mieux l'école apprendrait à lire, à déchiffrer, à décoder. De son domaine serait exclue la littérature, réservée à ceux qui l'ont depuis toujours capitalisée en dehors de l'école, et parfois même contre elle. La réalité est-elle aussi catégorique ? Elle ne l'était pas dans la pensée des fondateurs de l'Ecole de la Troisième République. Loin d'établir les deux paliers actuels, l'un utilitaire apprendre à lire, affaire du primaire ; l'autre culturel apprécier la littérature, affaire du secondaire, l'école républicaine a eu d'emblée une démarche globalisante en liant apprentissage de la langue et initiation aux textes. Cet éclairage inattendu sur une pédagogie qui n'était pas uniquement simple et pratique, oblige à reconsidérer la relation intime que notre littérature a toujours entretenu avec la culture scolaire. Que, dans le passé, le goût littéraire ait été nourri par l'école demeure une évidence, même pour ceux qui la remettent en cause. Mais qu'en est-il aujourd'hui ? C'est ce que, sans complaisance, mais sans préjugés, s'emploie à analyser ici Francis Marcoin.