share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'empire des muses : Napoléon, les Arts et les Lettres

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'empire des muses : Napoléon, les Arts et les Lettres

L'empire des muses : Napoléon, les Arts et les Lettres

Collectif,   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'empire des muses : Napoléon, les Arts et les Lettres"

Napoléon a manifesté un intérêt très personnel pour les arts et inspiré une véritable politique culturelle: il souhaitait, en ce domaine, hériter pleinement des institutions anciennes en les modernisant. Cependant les muses de l'Empire ne sont pas venues faire sagement la ronde autour de lui: souvent obéissantes, parfois récalcitrantes, elles ont continué à témoigner de la diversité et de la liberté imprescriptible des arts. L'Empereur est loin d'incarner à lui seul l'esprit de l'époque. Le tableau qui est dressé ici permet de mesurer tout ce qui se fit librement et sans lui. Le présent ouvrage s'efforce de rendre compte des productions des arts et des lettres sous le Consulat et sous l'Empire (théâtre, musique, poésie, roman), tout en s'interrogeant sur les institutions culturelles (Le Musée Napoléon, le Salon, l'Institut, les prix académiques), sur les formes de la propagande (la presse, l'Imprimerie impériale, les Bulletins de la Grande Armée) et sur les résistances qu'elle suscita chez les grands écrivains comme Chateaubriand et Mme de Staël, enfin sur la fondation symbolique de l'Empire (la création de la Légion d'honneur, les références à l'antiquité romaine et à Charlemagne). Protecteur des arts et des lettres, Napoléon a certes trop voulu les régenter, mais il n'en a pas moins favorisé un goût moderne et un art vivant.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 484  pages
  • Dimensions :  3.2cmx16.8cmx23.8cm
  • Poids : 979.8g
  • Editeur :   Belin Paru le
  • Collection : Littérature et politique
  • ISBN :  2701135761
  • EAN13 :  9782701135762
  • Classe Dewey :  700.94409034
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Claude Bonnet

Critique, N° 762, Novembre 201 : Sous l'empire du Japon

Tout part d'une première question adressée à Bergson : comment se fait-il que dans sa conception de la durée, il soit si peu question des affects qui pourtant nous donnent accès au temps : l'attente, le regret, le deuil, la mélancolie ? Comment expliquer que le temps ne soit jamais évoqué da...

Voir tous les livres de Jean-Claude Bonnet

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Napoléon a manifesté un intérêt très personnel pour les arts et inspiré une véritable politique culturelle: il souhaitait, en ce domaine, hériter pleinement des institutions anciennes en les modernisant. Cependant les muses de l'Empire ne sont pas venues faire sagement la ronde autour de lui: souvent obéissantes, parfois récalcitrantes, elles ont continué à témoigner de la diversité et de la liberté imprescriptible des arts. L'Empereur est loin d'incarner à lui seul l'esprit de l'époque. Le tableau qui est dressé ici permet de mesurer tout ce qui se fit librement et sans lui. Le présent ouvrage s'efforce de rendre compte des productions des arts et des lettres sous le Consulat et sous l'Empire (théâtre, musique, poésie, roman), tout en s'interrogeant sur les institutions culturelles (Le Musée Napoléon, le Salon, l'Institut, les prix académiques), sur les formes de la propagande (la presse, l'Imprimerie impériale, les Bulletins de la Grande Armée) et sur les résistances qu'elle suscita chez les grands écrivains comme Chateaubriand et Mme de Staël, enfin sur la fondation symbolique de l'Empire (la création de la Légion d'honneur, les références à l'antiquité romaine et à Charlemagne). Protecteur des arts et des lettres, Napoléon a certes trop voulu les régenter, mais il n'en a pas moins favorisé un goût moderne et un art vivant.