share_book
Envoyer cet article par e-mail

Prismes Critique de la culture et société

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Prismes Critique de la culture et société

Prismes Critique de la culture et société

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Prismes Critique de la culture et société"

Ce livre, qui conjugue sensibilité esthétique et violence de la critique, est l’un des meilleurs accès à l’œuvre d’Adorno. Tout l’univers de ce philosophe au génie composite y est présent : philosophie, théorie de la société, musique, littérature. Son objet : prévenir le risque de voir une tradition culturelle pervertie par le conformisme. Nul n’est exempt d’aveuglement, écrit Adorno, pas même le « critique de la culture » dont il brosse le portrait en introduction. C’est que les plus grands artistes, les penseurs les plus vigilants avancent sur une corde raide, guettés par la régression d’un côté, et, de l’autre, la complaisance.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 300  pages
  • Dimensions :  2.8cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : Petite Bibliothèque Payot
  • ISBN :  2228905992
  • EAN13 :  9782228905992
  • Classe Dewey :  306.01
  • Langue : Français

D'autres livres de Theodor W. Adorno

Sur Walter Benjamin

Walter Benjamin, écrit Theodor W. Adorno, « n'était pas le talent qui se construit calmement mais le génie qui se trouve en nageant à contre-courant avec l'énergie du désespoir. » Cet ouvrage, rassemblant des études sur des thèmes benjaminiens, des préfaces à des ouvrages de Benjamin,...

Le caractère fétiche de la musique

L'ensemble de la vie musicale contemporaine est dominé par la corme de la marchandise : les derniers vestiges précapitalistes ont disparu. La musique, à laquelle on accorde avec générosité tous les attributs des choses éthérées et sublimes, sert essentiellement la publicité des [....]...

Kulturindustrie

Il est une chose à propos de laquelle, il est vrai, l idéologie creuse ne badine pas : la sécurité sociale. 'Nul ne doit avoir faim ou froid ; tout contrevenant ira au camp de concentration' : cette plaisanterie qui vient de l Allemagne d Hitler pourrait servir d enseigne à toutes les entrées ...

Contribution à une métacritique de la théorie de la connaissance

L’intérêt de Theodor Adorno pour l’œuvre de Husserl remonte à ses années d’études et à la thése qu’il lui consacra en 1924, et n’a ensuite jamais cessé. Paru en 1956, Pour une métacritique de la théorie de la connaissance est un livre auquel Adorno a commencé à travailler dés...

Voir tous les livres de Theodor W. Adorno

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce livre, qui conjugue sensibilité esthétique et violence de la critique, est l’un des meilleurs accès à l’œuvre d’Adorno. Tout l’univers de ce philosophe au génie composite y est présent : philosophie, théorie de la société, musique, littérature. Son objet : prévenir le risque de voir une tradition culturelle pervertie par le conformisme. Nul n’est exempt d’aveuglement, écrit Adorno, pas même le « critique de la culture » dont il brosse le portrait en introduction. C’est que les plus grands artistes, les penseurs les plus vigilants avancent sur une corde raide, guettés par la régression d’un côté, et, de l’autre, la complaisance.