share_book
Envoyer cet article par e-mail

Information et société en Occident à la fin du Moyen Age

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Information et société en Occident à la fin du Moyen Age

Information et société en Occident à la fin du Moyen Age

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Information et société en Occident à la fin du Moyen Age"

Les communications rassemblées dans ce volume, qui furent présentées au congrès international de Montréal-Ottawa en mai 2002, montrent que l'histoire de l'information au Moyen-Age est en pleine mutation. Il ne s'agit plus seulement d'étudier la diffusion des nouvelles pour mieux saisir les arcanes de la propagande ou de la rumeur, et la formation d'une éventuelle opinion publique, mais de comprendre comment les différents pouvoirs, rois, princes, villes, communautés se sont approprié l'information jusqu'à en faire une manifestation de leur honneur. L'information prend alors son sens médiéval le plus strict pour être vécue comme une enquête, une instruction aux exigences techniques, bref, comme une quête de la vérité. Son dévoilement est soumis à un certain nombre de codes, qui lui confèrent une légitimité, voire une véritable sacralité. Aux rituels nécessaires participent, aussi bien que les émetteurs et les récepteurs, les intermédiaires que sont les messagers, les hérauts, les crieurs. Malgré sa fragilité, due aux conditions matérielles auxquelles elle reste toujours soumises - temps troublés, insuffisance des moyens mis en oeuvre, difficulté de contrôler la " fausse nouvelle ", qui engendre la méfiance -, l'information au Moyen Age contribue néanmoins à poser les fondements du lien social et à transformer le simple individu en détenteur de " vraye science ", selon l'idéal de prud'hommie généralisé depuis le XIIIe siècle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 463  pages
  • Dimensions :  2.6cmx16.0cmx23.8cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Publications De La Sorbonne Paru le
  • Collection : Histoire ancienne et médiévale
  • ISBN :  2859445218
  • EAN13 :  9782859445218
  • Classe Dewey :  306.420 9
  • Langue : Français

D'autres livres de Nicolas Offenstadt

Les mots de l'historien

Depuis longtemps, les historiens utilisent un vocabulaire qui leur est propre notamment à travers l'usage de techniques dites auxiliaires (Diplomatique, Paléographie...). Mais les réflexions sur la discipline et la confrontation aujourd'hui indispensable avec les autres sciences humaines les [...

14-18 aujourd'hui

14-18, un sujet de savant. Bien au contraire ! Depuis une dizaine d'années, nombre de romans ont été publiés avec pour toile de fond la Grande Guerre, Un long dimanche de fiançailles a attiré plus de quatre millions de spectateurs, et même la chanson et la musique s'y mettent. [....]...

L'histoire bling bling

L'histoire n'est jamais restée la propriété des seuls historiens. Mais de nos jours, elle est devenue un enjeu politique majeur. D'un côté, de multiples groupes cherchent à saisir leurs passés, souvent marqués par la souffrance (persécutions, esclavage...), de l'autre, le président de [...

Affaires, scandales et grandes causes : De Socrate à Pinochet

Outreau, Clearstream, le Crédit lyonnais, Elf, l'affaire Humbert... nous sommes aujourd'hui submergés par la multiplication des " affaires " sans savoir comment identifier ces événements. Trop souvent les termes d'" affaire ", de " scandale ", de " procès ", de " controverse ", de " [....]...

Voir tous les livres de Nicolas Offenstadt

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les communications rassemblées dans ce volume, qui furent présentées au congrès international de Montréal-Ottawa en mai 2002, montrent que l'histoire de l'information au Moyen-Age est en pleine mutation. Il ne s'agit plus seulement d'étudier la diffusion des nouvelles pour mieux saisir les arcanes de la propagande ou de la rumeur, et la formation d'une éventuelle opinion publique, mais de comprendre comment les différents pouvoirs, rois, princes, villes, communautés se sont approprié l'information jusqu'à en faire une manifestation de leur honneur. L'information prend alors son sens médiéval le plus strict pour être vécue comme une enquête, une instruction aux exigences techniques, bref, comme une quête de la vérité. Son dévoilement est soumis à un certain nombre de codes, qui lui confèrent une légitimité, voire une véritable sacralité. Aux rituels nécessaires participent, aussi bien que les émetteurs et les récepteurs, les intermédiaires que sont les messagers, les hérauts, les crieurs. Malgré sa fragilité, due aux conditions matérielles auxquelles elle reste toujours soumises - temps troublés, insuffisance des moyens mis en oeuvre, difficulté de contrôler la " fausse nouvelle ", qui engendre la méfiance -, l'information au Moyen Age contribue néanmoins à poser les fondements du lien social et à transformer le simple individu en détenteur de " vraye science ", selon l'idéal de prud'hommie généralisé depuis le XIIIe siècle.