share_book
Envoyer cet article par e-mail

Poutakhine : Journal presque intime d'un naufragé

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Poutakhine : Journal presque intime d'un naufragé

Poutakhine : Journal presque intime d'un naufragé

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Poutakhine : Journal presque intime d'un naufragé"

Le mois d'octobre est un mois particulier en Algérie, depuis 1988. Cette année 2009, l'évènement est un livre qui, tel le héros des dessins animés, a réussi à déjouer puis, à ridiculiser le régime policier qui sévit dans ce pays, depuis plus de dix ans. Il est en effet bien connu que les dirigeants algériens, tous aussi incultes les uns que les autres, ne lisent que Paris-Match. Quand une demande de publication pour un livre intitulé Poutakhine Journal presque intime d'un naufragé, atterrit sur le bureau de la ministre de la Culture, celle-ci, ayant sans doute cru à une bande dessinée ou à un livre de conte fantastique pour enfants, ne prit même pas la peine de jeter un coup d'oeil sur la note rédigée par ses services chargés de la censure. Elle accorda à l'auteur, Mehdi El Djazairi, le visa de publier, les yeux fermés. Poutakhine, par ses rencontres foudroyantes où l'amour fait loi, déroule par la mémoire du rêve, deux mille ans d'histoire inachevée, de gloires et de décadences, d'héroïsmes et de trahisons, de courage et de hontes diverses ; d'Hannibal à Bouteflika. Il rappelle cette belle Algérie qui fut héroïque et grande. Et voilà comment " la chose " reçut la bénédiction des autorités de la manière la plus légale au monde ! Elle reçut même une invitation pour se " montrer " dans cette salle de montre qu'on appelle SILA : Salon International du Livre d'Alger ! Ainsi tout serait passé comme à l'habitude au pays, pour une chose culturelle : le livre est écrit en français, une diffusion très limitée l'attendait, donc il serait passé incognito. Tout sauf pour les auxiliaires des RG que sont les journalistes arabophones. L'un d'eux, en effet, fut assez curieux pour y jeter un coup d'oeil et pousser le cri de la vierge effarouchée. Il donna l'alerte et ameuta les services de la présidence, de la police et enfin de la censure. Tout ce beau monde découvrit que le livre, commis dans la langue des mécréants, insulte le Zaîm, la nation algérienne et sa jeunesse. Aussitôt, les sbires du ministère de l'Intérieur envahissent les librairies à la recherche du roman satanique. N'ayant rien trouvé, tous les exemplaires s'étant envolés dès les premiers jours de sa sortie, ils procédèrent à l'interrogatoire des libraires afin de connaître l'identité des acheteurs ! Du coup, comme l'écrit le Quotidien d'Oran " pourquoi ce livre agace-t-il tant au point où le pouvoir se comporte comme un roi susceptible et risible ? ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 532  pages
  • Dimensions :  4.4cmx14.0cmx21.0cm
  • Poids : 680.4g
  • Editeur :   Riveneuve éditions Paru le
  • Collection : ESSAI
  • ISBN :  2360130242
  • EAN13 :  9782360130245
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le mois d'octobre est un mois particulier en Algérie, depuis 1988. Cette année 2009, l'évènement est un livre qui, tel le héros des dessins animés, a réussi à déjouer puis, à ridiculiser le régime policier qui sévit dans ce pays, depuis plus de dix ans. Il est en effet bien connu que les dirigeants algériens, tous aussi incultes les uns que les autres, ne lisent que Paris-Match. Quand une demande de publication pour un livre intitulé Poutakhine Journal presque intime d'un naufragé, atterrit sur le bureau de la ministre de la Culture, celle-ci, ayant sans doute cru à une bande dessinée ou à un livre de conte fantastique pour enfants, ne prit même pas la peine de jeter un coup d'oeil sur la note rédigée par ses services chargés de la censure. Elle accorda à l'auteur, Mehdi El Djazairi, le visa de publier, les yeux fermés. Poutakhine, par ses rencontres foudroyantes où l'amour fait loi, déroule par la mémoire du rêve, deux mille ans d'histoire inachevée, de gloires et de décadences, d'héroïsmes et de trahisons, de courage et de hontes diverses ; d'Hannibal à Bouteflika. Il rappelle cette belle Algérie qui fut héroïque et grande. Et voilà comment " la chose " reçut la bénédiction des autorités de la manière la plus légale au monde ! Elle reçut même une invitation pour se " montrer " dans cette salle de montre qu'on appelle SILA : Salon International du Livre d'Alger ! Ainsi tout serait passé comme à l'habitude au pays, pour une chose culturelle : le livre est écrit en français, une diffusion très limitée l'attendait, donc il serait passé incognito. Tout sauf pour les auxiliaires des RG que sont les journalistes arabophones. L'un d'eux, en effet, fut assez curieux pour y jeter un coup d'oeil et pousser le cri de la vierge effarouchée. Il donna l'alerte et ameuta les services de la présidence, de la police et enfin de la censure. Tout ce beau monde découvrit que le livre, commis dans la langue des mécréants, insulte le Zaîm, la nation algérienne et sa jeunesse. Aussitôt, les sbires du ministère de l'Intérieur envahissent les librairies à la recherche du roman satanique. N'ayant rien trouvé, tous les exemplaires s'étant envolés dès les premiers jours de sa sortie, ils procédèrent à l'interrogatoire des libraires afin de connaître l'identité des acheteurs ! Du coup, comme l'écrit le Quotidien d'Oran " pourquoi ce livre agace-t-il tant au point où le pouvoir se comporte comme un roi susceptible et risible ? ".