share_book
Envoyer cet article par e-mail

Journal d'un homme libre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Journal d'un homme libre

Journal d'un homme libre

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Journal d'un homme libre"

Un journaliste sort de la prison d' El-Harrach où il a passé deux ans et retrouve le monde en homme libre. Va-t-il y poser le même regard qu'avant ? Il a peur de retomber dans ses anciennes vanités et de renouer avec ses vieilles cécités. C'est alors que ses codétenus surgissent dans sa vie d'homme libre, l'étincelle à la main, au nom d'un vieux pacte : on sort seulement de la prison, on ne la quitte pas. Ils l'invitent à voir ses anciens bourreaux non plus avec l'orgueil du journaliste blessé mais avec la hauteur du détenu à qui la noblesse qui subsiste dans toute déchéance n'est désormais plus un mystère... Ils lui rappellent un secret de la prison : le génie de pouvoir tourner en ridicule la gravité carcérale. L'art de la plèbe algéroise de neutraliser la misère par l'autodérision. Une savante formule des anciens, conçue par les parias pour mater le malheur : rester étranger à sa propre déchéance, la théâtraliser pour pouvoir la vivre en l'interprétant et non en la subissant. - Fais comme le petit peuple, oppose à l'immensité du déclin, la démesure de l'humour ! Tu sais comment t'y prendre, maintenant. A moins que tu n'aies rien retenu de nos deux ans de vie commune ! Alors, soit. Il va sacrifier au rite du malheur théâtralisé. A la noukta et à la caricature les despotes. Comme ses codétenus et avec leur langage persifleur, il va découvrir un pays étrange, beau et injuste, un pays familier aux êtres abandonnés, qu'il ne connaissait pas : le Territoire des Frères Ali Gator. Une contrée insolite livrée à son soleil, son pétrole, ses Têtes-képi, ses notables corrompus, son grand vizir Yazer, ses intrigants Abdul le Persan et Ahmed P'tit Cobra... Et son roitelet : Kaiser Moulay. Il va le décrire, au moyen de calembours aux allures rudimentaires, c'est ainsi que ses amis théâtralisent le malheur... Il va falloir s'y habituer.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 381  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.0cmx20.8cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Riveneuve Paru le
  • ISBN :  2914214561
  • EAN13 :  9782914214568
  • Classe Dewey :  320.965 090511
  • Langue : Français

D'autres livres de Mohamed Benchicou

Notre ami Bouteflika

Janvier 2010. Alger est devenue Chicago des années trente. Le chef de la police est abattu dans son bureau. Qui l'a tué ? « Affaire de clans », dit-on à Alger. Le sang mêlé aux affaires d'argent sale. Le ministre de l'Energie, celui des Travaux publics, celui de la Santé, ou encore l'ex-pré...

Bouteflika : Une imposture algérienne

Comment ne pas penser à L'Automne du patriarche de Garcia Marquez, où est décrit te monde de la dictature à la sud-américaine ? Cupidité, soif maladive du pouvoir, abus sexuels, telles sont les caractéristiques du pouvoir des tyrans. Mais dans ce document, nous sommes bien loin de la cocasser...

Les geôles d'Alger

Dans l'Algérie du XXIe siècle où le délit d'écrire conduit encore les âmes pécheresses au cimetière ou en prison, Mohamed Benchicou a multiplié les péchés. Celui, blasphématoire, de diriger un journal frondeur, Le Matin, une voix obstinée qui dénonçait la connivence entre les islamist...

Le mensonge de Dieu

"Aurai-je la force de tout écrire ? Je suis le mendiant du cimetière et j'avais cette histoire pour les hommes. Mais Double-Goulot est mort et il n'est plus personne à qui la raconter. Personne, si ce n'est toi, mon vin. Oui, qui écouterait mon récit sans rougir de sa propre capitulation ?" Alg...

Voir tous les livres de Mohamed Benchicou

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Un journaliste sort de la prison d' El-Harrach où il a passé deux ans et retrouve le monde en homme libre. Va-t-il y poser le même regard qu'avant ? Il a peur de retomber dans ses anciennes vanités et de renouer avec ses vieilles cécités. C'est alors que ses codétenus surgissent dans sa vie d'homme libre, l'étincelle à la main, au nom d'un vieux pacte : on sort seulement de la prison, on ne la quitte pas. Ils l'invitent à voir ses anciens bourreaux non plus avec l'orgueil du journaliste blessé mais avec la hauteur du détenu à qui la noblesse qui subsiste dans toute déchéance n'est désormais plus un mystère... Ils lui rappellent un secret de la prison : le génie de pouvoir tourner en ridicule la gravité carcérale. L'art de la plèbe algéroise de neutraliser la misère par l'autodérision. Une savante formule des anciens, conçue par les parias pour mater le malheur : rester étranger à sa propre déchéance, la théâtraliser pour pouvoir la vivre en l'interprétant et non en la subissant. - Fais comme le petit peuple, oppose à l'immensité du déclin, la démesure de l'humour ! Tu sais comment t'y prendre, maintenant. A moins que tu n'aies rien retenu de nos deux ans de vie commune ! Alors, soit. Il va sacrifier au rite du malheur théâtralisé. A la noukta et à la caricature les despotes. Comme ses codétenus et avec leur langage persifleur, il va découvrir un pays étrange, beau et injuste, un pays familier aux êtres abandonnés, qu'il ne connaissait pas : le Territoire des Frères Ali Gator. Une contrée insolite livrée à son soleil, son pétrole, ses Têtes-képi, ses notables corrompus, son grand vizir Yazer, ses intrigants Abdul le Persan et Ahmed P'tit Cobra... Et son roitelet : Kaiser Moulay. Il va le décrire, au moyen de calembours aux allures rudimentaires, c'est ainsi que ses amis théâtralisent le malheur... Il va falloir s'y habituer.