share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Mots ne sont pas de ce monde : Lettres à un officier de marine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Mots ne sont pas de ce monde : Lettres à un officier de marine

Les Mots ne sont pas de ce monde : Lettres à un officier de marine

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Mots ne sont pas de ce monde : Lettres à un officier de marine"

En août 1892, dans les Alpes autrichiennes, Hofmannsthal fait la rencontre de Edgar Karg. C'est aussitôt le début d'une amitié spontanée et profonde qui va durer des années, jusqu'à la mort prématurée de Edgar Karg. Pourtant tout semblait séparer ces deux jeunes gens - Hofmannsthal a alors dix huit ans et Edgar Karg est de deux ans son aîné. Alors que Hofmannsthal fréquente déjà les grands noms de la littérature, de Schnitzler à Bahr en passant par Leopold Andrian et Beer-Hofmann, et s'est fait un nom de génie précoce, Edgar Karg, issu d'une famille de militaires et de banquiers, se destine à devenir officier de marine. Quelques mois après leur première rencontre, il embarque d'ailleurs pour un long voyage sur un navire de la flotte autrichienne, qui le mènera jusqu'aux Indes. C'est donc par la correspondance que se conforte leur amitié naissante. Dans une franche naïveté et une absence totale de pose, Edgar Karg, qui rappelle par certains côtés les personnages de jeunes premiers de Schnitzler, reconnaît bien volontiers la supériorité intellectuelle de Hofmannsthal, et ce dernier prend plaisir à conseiller son ami dans ses lectures. Il lui envoie des livres, lui donne des recommandations sur la meilleure façon de lire des poèmes, etc. Mais cet échange, aussi riche soit-il, n'épuise pas tout l'intérêt de cette correspondance qui est surtout une recherche commune, par le biais de l'amitié, de la meilleure façon de construire sa vie : comment donner des contours à un avenir remplis de possibilités inaccomplies ? Cette échange intense sur les enjeux de la formation de la personnalité se résume en un projet commun initié par Hofmannsthal : « Etre meilleur et plus distingué que la vie. » Cette exigence de formation partagée par deux jeunes gens au sortir de l'adolescence et qui rappelle le Wilhelm Meister de Goethe est d'autant plus touchant qu'elle ne doit rien à la fiction. La correspondance se poursuivra jusqu'à la mort prématurée d'Edgar Karg en 1905. Nous avons choisi de ne donner que les premières années de cette correspondance - jusqu'en 1895 - car cette première période correspond à la phase la plus riche. Ensuite, pour des raisons familiales et personnelles, le ton devient moins intime. Hofmannsthal a d'ailleurs lui-même choisi cette période dans l'édition de sa correspondance. Il écrit pourtant, au moment où il apprend la mort de Karg : ‘‘J'ai perdu l'un de mes amis de jeunesse qui m'était le plus cher, l'une des personnes les plus belles qui ait existé.''

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 166  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages Poche
  • ISBN :  2743613890
  • EAN13 :  9782743613891
  • Classe Dewey :  836.912
  • Langue : Français

D'autres livres de Hugo von Hofmannsthal

Lettre de Lord Chandos

Hugo von Hofmannsthal (1874-1929) est un Rimbaud qui recommence - ou continue - à écrire après avoir constaté la faillite de la parole. La Lettre de Lord Chandos est un manifeste de la dissolution de la parole et du naufrage du moi dans le flux désordonné et indistinct des choses que le [.....

Electre - Le Chevalier à la rose - Ariane à Naxos (édition bilingue français-allemand)

Le nom de Hofmannsthal est surtout associé en France à celui de Richard Strauss, dont il a été le librettiste. Mais cette renommée cache une oeuvre impressionnante par sa diversité et sa cohérence, inscrite dans la continuité de celles de Goethe et de Nietzsche, un univers de sens et un mond...

Voir tous les livres de Hugo von Hofmannsthal

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En août 1892, dans les Alpes autrichiennes, Hofmannsthal fait la rencontre de Edgar Karg. C'est aussitôt le début d'une amitié spontanée et profonde qui va durer des années, jusqu'à la mort prématurée de Edgar Karg. Pourtant tout semblait séparer ces deux jeunes gens - Hofmannsthal a alors dix huit ans et Edgar Karg est de deux ans son aîné. Alors que Hofmannsthal fréquente déjà les grands noms de la littérature, de Schnitzler à Bahr en passant par Leopold Andrian et Beer-Hofmann, et s'est fait un nom de génie précoce, Edgar Karg, issu d'une famille de militaires et de banquiers, se destine à devenir officier de marine. Quelques mois après leur première rencontre, il embarque d'ailleurs pour un long voyage sur un navire de la flotte autrichienne, qui le mènera jusqu'aux Indes. C'est donc par la correspondance que se conforte leur amitié naissante. Dans une franche naïveté et une absence totale de pose, Edgar Karg, qui rappelle par certains côtés les personnages de jeunes premiers de Schnitzler, reconnaît bien volontiers la supériorité intellectuelle de Hofmannsthal, et ce dernier prend plaisir à conseiller son ami dans ses lectures. Il lui envoie des livres, lui donne des recommandations sur la meilleure façon de lire des poèmes, etc. Mais cet échange, aussi riche soit-il, n'épuise pas tout l'intérêt de cette correspondance qui est surtout une recherche commune, par le biais de l'amitié, de la meilleure façon de construire sa vie : comment donner des contours à un avenir remplis de possibilités inaccomplies ? Cette échange intense sur les enjeux de la formation de la personnalité se résume en un projet commun initié par Hofmannsthal : « Etre meilleur et plus distingué que la vie. » Cette exigence de formation partagée par deux jeunes gens au sortir de l'adolescence et qui rappelle le Wilhelm Meister de Goethe est d'autant plus touchant qu'elle ne doit rien à la fiction. La correspondance se poursuivra jusqu'à la mort prématurée d'Edgar Karg en 1905. Nous avons choisi de ne donner que les premières années de cette correspondance - jusqu'en 1895 - car cette première période correspond à la phase la plus riche. Ensuite, pour des raisons familiales et personnelles, le ton devient moins intime. Hofmannsthal a d'ailleurs lui-même choisi cette période dans l'édition de sa correspondance. Il écrit pourtant, au moment où il apprend la mort de Karg : ‘‘J'ai perdu l'un de mes amis de jeunesse qui m'était le plus cher, l'une des personnes les plus belles qui ait existé.''