share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Sang des mots : Les Victimes, l'inceste et le droit

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Sang des mots : Les Victimes, l'inceste et le droit

Le Sang des mots : Les Victimes, l'inceste et le droit

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Sang des mots : Les Victimes, l'inceste et le droit"

Eva Thomas, abusée par son père, écrit Le Viol du silence en 1986. Elle crée au même moment l'association SOS Inceste et participe à une émission télévisée à visage découvert ; elle libère alors la parole sur les viols incestueux et se lance dans une campagne de dénonciation de ces crimes souvent secrets. Mais d'avoir vu, en juin 1989, une victime d'inceste condamnée pour diffamation, elle se retrouve en état de choc. Le Sang des mots est le récit de cet effondrement, et de la lente renaissance qui l'a suivi. A la voix de l'auteur s'en mêlent d'autres : celles des victimes d'abord, mais aussi des magistrats, des psychanalystes et des professionnels concernés par ce problème. En ressort l'idée que le viol incestueux est un crime, et que c'est au tribunal que la réparation doit commencer. C'est seulement à partir de cette priorité du juge sur l'analyste qu'une psychothérapie pourra être entreprise. Mais interroger les dogmes reçus de la psychanalyse, c'est aussi permettre aux victimes condamnées au silence par la prescription de pouvoir se reconstruire. Publié en 1992, Le Sang des mots est ainsi devenu un ouvrage de référence sur la question. Les aléas de l'édition l'avaient rendu introuvable. L'évolution des mentalités imposait qu'il fût réédité. Car le débat s'est, depuis, largement ouvert dans les médias ; le regard sur les victimes a changé, la prescription est en passe d'être modifiée. Cette nouvelle édition est précédée d'une préface de Marie Balmary et d'une introduction inédite de l'auteur.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 352  pages
  • Dimensions :  2.4cmx12.8cmx19.6cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Desclée De Brouwer Paru le
  • Collection : Société
  • ISBN :  2220054535
  • EAN13 :  9782220054537
  • Classe Dewey :  364.15
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Eva Thomas, abusée par son père, écrit Le Viol du silence en 1986. Elle crée au même moment l'association SOS Inceste et participe à une émission télévisée à visage découvert ; elle libère alors la parole sur les viols incestueux et se lance dans une campagne de dénonciation de ces crimes souvent secrets. Mais d'avoir vu, en juin 1989, une victime d'inceste condamnée pour diffamation, elle se retrouve en état de choc. Le Sang des mots est le récit de cet effondrement, et de la lente renaissance qui l'a suivi. A la voix de l'auteur s'en mêlent d'autres : celles des victimes d'abord, mais aussi des magistrats, des psychanalystes et des professionnels concernés par ce problème. En ressort l'idée que le viol incestueux est un crime, et que c'est au tribunal que la réparation doit commencer. C'est seulement à partir de cette priorité du juge sur l'analyste qu'une psychothérapie pourra être entreprise. Mais interroger les dogmes reçus de la psychanalyse, c'est aussi permettre aux victimes condamnées au silence par la prescription de pouvoir se reconstruire. Publié en 1992, Le Sang des mots est ainsi devenu un ouvrage de référence sur la question. Les aléas de l'édition l'avaient rendu introuvable. L'évolution des mentalités imposait qu'il fût réédité. Car le débat s'est, depuis, largement ouvert dans les médias ; le regard sur les victimes a changé, la prescription est en passe d'être modifiée. Cette nouvelle édition est précédée d'une préface de Marie Balmary et d'une introduction inédite de l'auteur.