share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le poids du réel, la souffrance

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le poids du réel, la souffrance

Le poids du réel, la souffrance

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le poids du réel, la souffrance"

La pratique de la psychanalyse apprend que la question de l'homme se pose dans un contexte de souffrance. C'est que la dimension de l'imaginaire familial, social, politique, religieux, n'est jamais adéquate à celle du réel que vise le désir de l'homme. Cet écart entre imaginaire et réel, l'expérience analytique l'ouvre à une altérité irréductible, où le sujet aura à reconnaître la vérité de son identité. Si des mots ne viennent pas témoigner du désir, et par lui du discernement de la vérité, le sujet humain se noie dans la mer de ses fantasmes. Que, sous quelque prétexte que ce soit, la souffrance soit évitée à tout prix, et l'homme court le risque de perdre la parole. L'évitement de la souffrance équivaut alors à un refus de vivre, voire au regret d'être né. Faute d'une parole portant la promesse qui fait vivre, le petit d'homme serait voué à une naissance suicidaire où vie et mort se confondent dans l'horreur. Sans Autre. Certes, c'est encore une souffrance qui sépare l'homme de l'image de lui-même dans laquelle, croyant s'y reconnaître, il est tenté de s'engloutir. Mais traversée jusqu'à la rencontre du visage de l'Autre, la souffrance de la séparation d'avec le même peut devenir joie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 201  pages
  • Dimensions :  1.6cmx16.8cmx24.2cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : RELIGION
  • ISBN :  2020979152
  • EAN13 :  9782020979153
  • Classe Dewey :  128.4
  • Langue : Français

D'autres livres de Denis Vasse

L'arbre de la voix

Les mots que porte la voix ne sont vivants que d'être prononcés par une bouche et entendus par des oreilles. Pas l'un sans l'autre. À cette articulation de la bouche et des oreilles, en nous et entre nous, la voix révèle, dans l'apparente opacité de la chair, la dimension du coeur, celle d'une...

La vie et les vivants

Ce livre est né du désir de répondre à la question que chacun se pose : qui suis-je, qu'ai-je à faire de ma vie ? Interroger un psychanalyste permet d'aborder ces interrogations par le biais du quotidien de nos vies, où se mêlent satisfactions et angoisses, meurtrissures et étonnements, dans...

L'ombilic et la voix

Un enfant qui dessine adresse un message. Comment le déchiffrer ? C'est cette question que se pose Denis Vasse, médecin et psychanalyste, dans L'Ombilic et la voix. Le sens du dessin n'est pas caché dans les formes dessinées ; il doit être révélé par un échange avec le psychanalyste qui, ...

Voir tous les livres de Denis Vasse

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La pratique de la psychanalyse apprend que la question de l'homme se pose dans un contexte de souffrance. C'est que la dimension de l'imaginaire familial, social, politique, religieux, n'est jamais adéquate à celle du réel que vise le désir de l'homme. Cet écart entre imaginaire et réel, l'expérience analytique l'ouvre à une altérité irréductible, où le sujet aura à reconnaître la vérité de son identité. Si des mots ne viennent pas témoigner du désir, et par lui du discernement de la vérité, le sujet humain se noie dans la mer de ses fantasmes. Que, sous quelque prétexte que ce soit, la souffrance soit évitée à tout prix, et l'homme court le risque de perdre la parole. L'évitement de la souffrance équivaut alors à un refus de vivre, voire au regret d'être né. Faute d'une parole portant la promesse qui fait vivre, le petit d'homme serait voué à une naissance suicidaire où vie et mort se confondent dans l'horreur. Sans Autre. Certes, c'est encore une souffrance qui sépare l'homme de l'image de lui-même dans laquelle, croyant s'y reconnaître, il est tenté de s'engloutir. Mais traversée jusqu'à la rencontre du visage de l'Autre, la souffrance de la séparation d'avec le même peut devenir joie.