share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le sable ne se souvient pas

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le sable ne se souvient pas

Le sable ne se souvient pas

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le sable ne se souvient pas"

Été 1960. Dans l'aube naissante, un homme est étendu sur une plage du Nord de l'Italie. Il a une blessure à la gorge. Debout, une jeune femme contemple son cadavre. « Ça devait arriver », pense-t-elle. Elle ramasse un couteau, l'arme du crime, et le jette à la mer, puis elle prend la fuite. Elle repart chez elle, en Allemagne. Quelques heures plus tard, des carabiniers trouvent le corps du jeune sicilien. Le vent a déjà effacé les empreintes de pas sur le sable. Le sable ne garde rien en mémoire. Le sable ne se souvient pas Publié en 1961 dans une revue féminine, «Le Sable ne se souvient pas» est un inédit de Scerbanenco. Considéré comme le père du roman noir italien grâce à la série dont le héros est Duca Lamberti, l'auteur excelle dans la peinture sociale de son pays et met ici en lumière le contraste entre une Sicile pauvre et arriérée, et une Italie du Nord bourgeoise et complexée. « Toutes les qualités de Scerbanenco, disparu prématurément en 1969 alors qu'il promettait de devenir l'égal transalpin d'un Simenon, se retrouvent dans ce récit. » («Le Canard Enchaîné») « L'un des chefs-d'oeuvre du père du roman noir en Italie. » («Le Nouvel Observateur»)

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 352  pages
  • Dimensions :  2.4cmx11.0cmx16.4cm
  • Poids : 739.4g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages noir
  • ISBN :  2743610867
  • EAN13 :  9782743610869
  • Classe Dewey :  853.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Giorgio Scerbanenco

Les Enfants du massacre

Duca Lamberti, ancien médecin devenu détective privé, est chargé dans ce troisième volet de la tétralogie que Giorgio Scerbanenco lui a consacré d’une affaire criminelle sordide : une jeune enseignante a été torturée, violée puis assassinée dans sa salle de classe par ses propres élè...

Voir tous les livres de Giorgio Scerbanenco

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Été 1960. Dans l'aube naissante, un homme est étendu sur une plage du Nord de l'Italie. Il a une blessure à la gorge. Debout, une jeune femme contemple son cadavre. « Ça devait arriver », pense-t-elle. Elle ramasse un couteau, l'arme du crime, et le jette à la mer, puis elle prend la fuite. Elle repart chez elle, en Allemagne. Quelques heures plus tard, des carabiniers trouvent le corps du jeune sicilien. Le vent a déjà effacé les empreintes de pas sur le sable. Le sable ne garde rien en mémoire. Le sable ne se souvient pas Publié en 1961 dans une revue féminine, «Le Sable ne se souvient pas» est un inédit de Scerbanenco. Considéré comme le père du roman noir italien grâce à la série dont le héros est Duca Lamberti, l'auteur excelle dans la peinture sociale de son pays et met ici en lumière le contraste entre une Sicile pauvre et arriérée, et une Italie du Nord bourgeoise et complexée. « Toutes les qualités de Scerbanenco, disparu prématurément en 1969 alors qu'il promettait de devenir l'égal transalpin d'un Simenon, se retrouvent dans ce récit. » («Le Canard Enchaîné») « L'un des chefs-d'oeuvre du père du roman noir en Italie. » («Le Nouvel Observateur»)