share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le goût italien dans la France rocaille : Théâtre, musique, peinture (v. 1680-1750)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le goût italien dans la France rocaille : Théâtre, musique, peinture (v. 1680-1750)

Le goût italien dans la France rocaille : Théâtre, musique, peinture (v. 1680-1750)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le goût italien dans la France rocaille : Théâtre, musique, peinture (v. 1680-1750)"

Entre 1680 et 1750 environ, entre le classicisme et les Lumières, se situe dans l'histoire culturelle française une période originale qui tient fort peu de la précédente et encore moins de celle qui lui succédera jusqu'à la Révolution. Paul Hazard a parlé autrefois de " crise de la conscience européenne ", ce livre reprend à l'histoire de l'art et de l'architecture l'expression de rocaille, qui se caractérise par le refus de la symétrie (l'arabesque), des formes littéraires canoniques du classicisme et de la hiérarchie des arts (en peinture particulièrement) et, surtout, de la convention morale (le libertinage). L'Italie eut une part, jusqu'à présent relativement méconnue, dans ce qui fut la France rocaille : théâtre, musique, peinture bénéficièrent d'un apport transalplin qui fut essentiel dans ce que l'on a appelé alors le mouvement moderne, qui préfère l'ébauche, la bigarrure, le bizarre, le caprice, la digression, les singularités surprenantes, les idées creuses à l'esthétique louis-quatorzienne. Des génies, eux-mêmes singuliers, comme Watteau ou Marivaux, furent alors en résonance avec la société des fêtes galantes, du plaisir pour le plaisir. C'est le monde que ce livre prétend explorer.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 346  pages
  • Dimensions :  1.6cmx16.0cmx23.0cm
  • Poids : 662.2g
  • Editeur :   Pu Paris-Sorbonne Paru le
  • Collection : Theatrum Mundi
  • ISBN :  2840507315
  • EAN13 :  9782840507314
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

D'autres livres de François Moureau

Le Théâtre des voyages : Uns scénographie de l'Age classique

Ce volume rassemble des études réalisées sur une dizaine d'années dans la perspective trop ambitieuse de débrouiller ce qui était pour le chercheur l'objet d'une interrogation récurrente. Pourquoi ce continent de notre mémoire collective que sont les relations de voyages était-il si mal con...

Voir tous les livres de François Moureau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Entre 1680 et 1750 environ, entre le classicisme et les Lumières, se situe dans l'histoire culturelle française une période originale qui tient fort peu de la précédente et encore moins de celle qui lui succédera jusqu'à la Révolution. Paul Hazard a parlé autrefois de " crise de la conscience européenne ", ce livre reprend à l'histoire de l'art et de l'architecture l'expression de rocaille, qui se caractérise par le refus de la symétrie (l'arabesque), des formes littéraires canoniques du classicisme et de la hiérarchie des arts (en peinture particulièrement) et, surtout, de la convention morale (le libertinage). L'Italie eut une part, jusqu'à présent relativement méconnue, dans ce qui fut la France rocaille : théâtre, musique, peinture bénéficièrent d'un apport transalplin qui fut essentiel dans ce que l'on a appelé alors le mouvement moderne, qui préfère l'ébauche, la bigarrure, le bizarre, le caprice, la digression, les singularités surprenantes, les idées creuses à l'esthétique louis-quatorzienne. Des génies, eux-mêmes singuliers, comme Watteau ou Marivaux, furent alors en résonance avec la société des fêtes galantes, du plaisir pour le plaisir. C'est le monde que ce livre prétend explorer.