share_book
Envoyer cet article par e-mail

Minuit passé de douze heures. Ecrits journalistiques 1947-1989

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Minuit passé de douze heures. Ecrits journalistiques 1947-1989

Minuit passé de douze heures. Ecrits journalistiques 1947-1989

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Minuit passé de douze heures. Ecrits journalistiques 1947-1989"

Après avoir été fêté comme l'espoir le plus prometteur de la jeune littérature algérienne (Nedjma paraît en 1956), après avoir été joué au théâtre sur des scènes prestigieuses... Kateb Yacine semble disparaître au tournant des années 70. D'aucuns, parmi ses confrères et compatriotes, pas forcément bien intentionnés, prétendent que sa veine créatrice s'est tarie. Il n'en est rien. Quinze années durant, Kateb se consacre à un travail souterrain, loin des salons parisiens et des caméras de télévision. Avec sa troupe théâtrale " Action culturelle des travailleurs ", il renouvelle profondément le théâtre populaire arabe, lui restitue son rôle incomparable de contre-pouvoir. En butte aux diktats des autorités militaires comme aux menaces des islamistes, il ne cède pas, persiste au contraire à exalter la liberté face à tous les dogmes et toutes les oppressions. Parallèlement, il continue à donner à la presse de son pays des articles témoignant de son incomparable connaissance du monde. Infatigable voyageur, chroniqueur aigu, caricaturiste féroce... toujours poète, il tisse une oeuvre invisible quoique souvent visionnaire. Les " écrits journalistiques " ici rassemblés par son fils Amazigh retracent l'itinéraire têtu d'un authentique résistant. De la " Conférence sur l'émir Abdelkader " de 1947 (l'auteur a alors 17 ans) aux dernières mises au point de 1989 sur la répression en Algérie, en passant par l'extraordinaire pèlerinage à La Mecque de 1949 et les chroniques au vitriol du " J'ha " des années 60, se dessine enfin l'image d'un des plus grands écrivains de ce siècle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 358  pages
  • Dimensions :  2.6cmx14.0cmx20.2cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Seuil 
  • Collection : Art,Litterat
  • ISBN :  2020387301
  • EAN13 :  9782020387309
  • Classe Dewey :  850
  • Langue : Français

D'autres livres de Yacine Kateb

L'homme aux sandales de caoutchouc

En treize chapitres dramatiques qui se recoupent et se rejoignent souvent, Kateb Yacine s'attaque ici, par mille biais divers, à la guerre du Viêt-Nam. Il en campe les personnages, français, vietnamiens, vietcongs et américains, face à face. Symboliques, des rencontres s'opèrent avec d'autres ...

Prix : 91 DH
Le polygone étoilé

" D'un bout à l'autre du monde méditerranéen, un motif ornemental revient avec une puissance presque obsédante. C'est une sorte de rosace, ou plutôt un polygone pointant vers l'extérieur des angles offensifs. " Rencontrant Jacques Berque à Tunis, en 1958, Kateb Yacine décidait que tout son ...

Prix : 79 DH

Le cercle des représailles

Dans cet ensemble théâtral, constitué de deux tragédies et d'une farce, que clôt un poème dramatique, Yacine nous donne à entendre une Algérie omniprésente, sombre et poétique, divisée par les guerres mais unie dans l'amour d'une même terre. En elle s'étend le chant profond d'un peuple ...

Prix : 79 DH

Voir tous les livres de Yacine Kateb

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Après avoir été fêté comme l'espoir le plus prometteur de la jeune littérature algérienne (Nedjma paraît en 1956), après avoir été joué au théâtre sur des scènes prestigieuses... Kateb Yacine semble disparaître au tournant des années 70. D'aucuns, parmi ses confrères et compatriotes, pas forcément bien intentionnés, prétendent que sa veine créatrice s'est tarie. Il n'en est rien. Quinze années durant, Kateb se consacre à un travail souterrain, loin des salons parisiens et des caméras de télévision. Avec sa troupe théâtrale " Action culturelle des travailleurs ", il renouvelle profondément le théâtre populaire arabe, lui restitue son rôle incomparable de contre-pouvoir. En butte aux diktats des autorités militaires comme aux menaces des islamistes, il ne cède pas, persiste au contraire à exalter la liberté face à tous les dogmes et toutes les oppressions. Parallèlement, il continue à donner à la presse de son pays des articles témoignant de son incomparable connaissance du monde. Infatigable voyageur, chroniqueur aigu, caricaturiste féroce... toujours poète, il tisse une oeuvre invisible quoique souvent visionnaire. Les " écrits journalistiques " ici rassemblés par son fils Amazigh retracent l'itinéraire têtu d'un authentique résistant. De la " Conférence sur l'émir Abdelkader " de 1947 (l'auteur a alors 17 ans) aux dernières mises au point de 1989 sur la répression en Algérie, en passant par l'extraordinaire pèlerinage à La Mecque de 1949 et les chroniques au vitriol du " J'ha " des années 60, se dessine enfin l'image d'un des plus grands écrivains de ce siècle.