share_book
Envoyer cet article par e-mail

Portrait en pied de Suzanne

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Portrait en pied de Suzanne

Portrait en pied de Suzanne

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Portrait en pied de Suzanne"

« Je veille auprès de Suzanne endormie. C'est étrange, sa ressemblance avec mon pied gauche. Je sais bien qu'un pied est un pied, que Suzanne est Suzanne, mais mon pied est plus proche de Suzanne que de moi. J'avais deux pieds. Suzanne m'a pris l'autre, il ne m'en reste qu'un. Je ne suis pas en train de me plaindre, au contraire. Est-ce que je ne donnerais pas mes deux pieds pour Suzanne? Et puis la souffrance s'est apaisée. Oh, je ne suis pas dupe. Le mieux que j'éprouve est dû au sommeil de Suzanne, je m'en rends compte. N'empêche que j'y gagne. Je respire à petits coups par crainte de la réveiller. Il faut dire qu'elle est exténuée. Il y a de quoi. Comment a-t-elle réussi à supporter mon énorme masse de graisse? Cela me dépasse. Je ne comprendrai jamais rien aux femmes. Il pleut. »

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 81  pages
  • Dimensions :  0.6cmx10.4cmx16.8cm
  • Poids : 59.0g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070420604
  • EAN13 :  9782070420605
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Roland Topor

Batailles

Le théâtre du monde est un champ de bataille. Certaines sont plus sanglantes que d'autres. Ribes et Topor s'en amusent, imaginant des situations cocasses. Deux naufragés sur un radeau de fortune en plein conflit social, une bagarre d'alpinistes sur le mont Paterhorn, une friction improbable [....

Le Clown

Roland Topor nous présente un clown rigolo qui s'appelle Coqueliquot. Il ne lui arrive que des malheurs et pourtant il fait rire les enfants ! Poétiques et inventifs, ces petits livres de la collection Petits géants sortent du moule traditionnel des albums pour les tout-petits. Pour les [.......

Vaches Noires

« Le regard des vaches, tout le monde dit qu'il est bête. Il n'est pas seulement bête. Il est méchant. Un regard de tueur comme on en décrit dans les Série noire. Une vache noire sortirait un flingue et vous arroserait de pruneaux sans même cesser de mâcher son chewing-gum. Sans états d'âm...

Le locataire chimérique

Le nouveau venu est timide. Ses voisins pourtant le prennent en grippe et, sans motifs apparents. s'acharnent sans qu'il ne puisse jamais les voir. Des rideaux s'écartent, on cogne à sa porte. les injures volent derrière les murs. Le propriétaire lui-même fait état de plaintes et le moindre br...

Voir tous les livres de Roland Topor

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Je veille auprès de Suzanne endormie. C'est étrange, sa ressemblance avec mon pied gauche. Je sais bien qu'un pied est un pied, que Suzanne est Suzanne, mais mon pied est plus proche de Suzanne que de moi. J'avais deux pieds. Suzanne m'a pris l'autre, il ne m'en reste qu'un. Je ne suis pas en train de me plaindre, au contraire. Est-ce que je ne donnerais pas mes deux pieds pour Suzanne? Et puis la souffrance s'est apaisée. Oh, je ne suis pas dupe. Le mieux que j'éprouve est dû au sommeil de Suzanne, je m'en rends compte. N'empêche que j'y gagne. Je respire à petits coups par crainte de la réveiller. Il faut dire qu'elle est exténuée. Il y a de quoi. Comment a-t-elle réussi à supporter mon énorme masse de graisse? Cela me dépasse. Je ne comprendrai jamais rien aux femmes. Il pleut. »