share_book
Envoyer cet article par e-mail

Lettres des Jeux olympiques

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Lettres des Jeux olympiques

Lettres des Jeux olympiques

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Lettres des Jeux olympiques"

Avril 1896 : les premiers jeux olympiques de l'ère moderne, initiés par le baron Pierre de Coubertin, s'ouvrent à Athènes. Charles Maurras, âgé de vingt-huit ans, critique reconnu, épris de culture antique, mais ignorant tout du journalisme sportif, embarque pour la Grèce : envoyé spécial de La Gazette de France, il est chargé de couvrir l'événement. Dans ses articles, rédigés sous forme de lettres, Maurras s'interroge sur ces jeux, entreprise apparemment généreuse, mais dont la religion, celle du sport, dissimule mal le jeu agressif des nations. Il croque sur le vif les athlètes et les mondaines qui les supportent ; il découvre avec ferveur les paysages de cette Grèce éperdument aimée. Témoignage unique sur la renaissance de l'olympisme, ces Lettres nous invitent à redécouvrir Maurras, un homme dont les positions ne doivent pas faire oublier qu'il fut aussi un grand écrivain.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 183  pages
  • Dimensions :  1.2cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Flammarion Paru le
  • Collection : Garnier Flammarion / Littérature française
  • ISBN :  208071208X
  • EAN13 :  9782080712080
  • Classe Dewey :  796.48
  • Langue : Français

D'autres livres de Charles Maurras

Soliloque du prisonnier

Prix : 148 DH
L'ordre et le désordre

Textes tardifs écrits alors que Maurras est emprisonné à Clairvaux depuis 1945. Le ton n'est plus à l'invective mais à la réflexion et au bilan. Il revient sur les principes de la Révolution française, funestes, selon lui, et facteurs de tous les désordres politiques et moraux. L'ordre [...

La bonne mort

D'un côté, une foi demeurée vive, un profond appétit de pureté et un grand désir d'aimer Dieu accompagné de la terreur de la damnation éternelle ; et, de l'autre côté, l'ardeur des passions charnelles, leur attrait irrésistible, les tentations obsédantes, etc. Ces inconciliables partis s...

Voir tous les livres de Charles Maurras

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Avril 1896 : les premiers jeux olympiques de l'ère moderne, initiés par le baron Pierre de Coubertin, s'ouvrent à Athènes. Charles Maurras, âgé de vingt-huit ans, critique reconnu, épris de culture antique, mais ignorant tout du journalisme sportif, embarque pour la Grèce : envoyé spécial de La Gazette de France, il est chargé de couvrir l'événement. Dans ses articles, rédigés sous forme de lettres, Maurras s'interroge sur ces jeux, entreprise apparemment généreuse, mais dont la religion, celle du sport, dissimule mal le jeu agressif des nations. Il croque sur le vif les athlètes et les mondaines qui les supportent ; il découvre avec ferveur les paysages de cette Grèce éperdument aimée. Témoignage unique sur la renaissance de l'olympisme, ces Lettres nous invitent à redécouvrir Maurras, un homme dont les positions ne doivent pas faire oublier qu'il fut aussi un grand écrivain.