share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Universaux. Une introduction partisane

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Universaux. Une introduction partisane

Les Universaux. Une introduction partisane

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Universaux. Une introduction partisane"

Dans ce court texte, considéré aujourd'hui comme un véritable classique, David M. Armstrong s'attaque à l'un des problèmes philosophiques les plus anciens et les plus fondamentaux : celui des « universaux ». Deux roses rouges partagent-elles une propriété - la rougeur ? Paru en 1989, et plusieurs fois réédité depuis, cet ouvrage passe en revue les différentes solutions au problème. Les premières, nominalistes, admettent seulement l'existence d'entités particulières ; les secondes, réalistes, acceptent des propriétés universelles. Armstrong rejette vigoureusement les solutions qui se dispensent des propriétés au profit des concepts et des prédicats. Il accorde néanmoins plus d'attention à la théorie nominaliste des tropes, qui soutient l'existence de propriétés particulières et constitue la concurrente la plus sérieuse à sa propre position - la théorie des universaux in rebus. Sans exclure aucune des réponses rationnellement admissibles, Armstrong présente les options les plus connues, de Russell et Stout à David Lewis, sans négliger les thèses canoniques de Platon, d'Aristote ou de Locke. Armstrong précise ainsi le rapport que la métaphysique entretient avec la science : s'il appartient aux sciences de déterminer empiriquement quelles propriétés existent, il revient à la métaphysique de nous dire ce que sont les propriétés - ce qui constitue l'objet même de cette « défense opiniâtre ». Ajoutées en appendice, deux conférences plus récentes, prononcées en 2004, « Quatre disputes sur les propriétés » et « Les particuliers ont leurs propriétés par nécessité », attestent que cette oeuvre conserve toute son actualité au sein de ce débat millénaire. Traduit de l'anglais par Stéphane Dunand, Bruno Langlet et Jean-Maurice Monnoyer

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 208  pages
  • Dimensions :  1.6cmx12.7cmx19.1cm
  • Poids : 204.1g
  • Editeur :   Les Editions D'ithaque Paru le
  • Collection : Science & métaphysique
  • ISBN :  291612019X
  • EAN13 :  9782916120195
  • Classe Dewey :  111.2
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans ce court texte, considéré aujourd'hui comme un véritable classique, David M. Armstrong s'attaque à l'un des problèmes philosophiques les plus anciens et les plus fondamentaux : celui des « universaux ». Deux roses rouges partagent-elles une propriété - la rougeur ? Paru en 1989, et plusieurs fois réédité depuis, cet ouvrage passe en revue les différentes solutions au problème. Les premières, nominalistes, admettent seulement l'existence d'entités particulières ; les secondes, réalistes, acceptent des propriétés universelles. Armstrong rejette vigoureusement les solutions qui se dispensent des propriétés au profit des concepts et des prédicats. Il accorde néanmoins plus d'attention à la théorie nominaliste des tropes, qui soutient l'existence de propriétés particulières et constitue la concurrente la plus sérieuse à sa propre position - la théorie des universaux in rebus. Sans exclure aucune des réponses rationnellement admissibles, Armstrong présente les options les plus connues, de Russell et Stout à David Lewis, sans négliger les thèses canoniques de Platon, d'Aristote ou de Locke. Armstrong précise ainsi le rapport que la métaphysique entretient avec la science : s'il appartient aux sciences de déterminer empiriquement quelles propriétés existent, il revient à la métaphysique de nous dire ce que sont les propriétés - ce qui constitue l'objet même de cette « défense opiniâtre ». Ajoutées en appendice, deux conférences plus récentes, prononcées en 2004, « Quatre disputes sur les propriétés » et « Les particuliers ont leurs propriétés par nécessité », attestent que cette oeuvre conserve toute son actualité au sein de ce débat millénaire. Traduit de l'anglais par Stéphane Dunand, Bruno Langlet et Jean-Maurice Monnoyer