share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Joie des jeux : Les Origines du sport olympique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Joie des jeux : Les Origines du sport olympique

Le Joie des jeux : Les Origines du sport olympique

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Joie des jeux : Les Origines du sport olympique"

La célébration à Athènes, en 2004, des jeux qu'on appelle aujourd'hui, de façon restrictive, Olympiques, suscite légitimement l'enthousiasme des foules friandes d'exploits. Dans notre monde où la machine, au lieu de servir l'homme, ne fait que l'asservir, la démonstration des capacités physiques de l'homme - ou de la femme - suscite à bon droit l'admiration des spectateurs. Que ces fêtes aient lieu à Athènes, mère de notre civilisation et modèle culturel du monde entier, leur donne encore plus de lustre. Que ces joutes soient des jeux fait oublier les horreurs et les terreurs qui se produisent dans tous le coins de la planète. En effet l'effort physique poussé jusqu'à l'héroïsme engendre un enthousiasme partagé dans notre monde trop souvent désenchanté, pou quelques jours, sous le ciel du plus beau pays du monde, des chevaliers de l'exploit vont se mesurer dans des confrontations fraternelles. Les fanfares saluant les vainqueurs vont résonner plus fort que les trompettes guerrières. Les bravos, pour un temps, vont faire oublier les bravades et les barbares. Les jeux que les Grecs anciens ont inventés et organisés, sont rétrospectivement une grande leçon d'humanisme et d'humanité. Leço d'humanité car les jeux imposaient ce qu'on appelait " la trêve olympique ", qui suspendait toute guerre et partant, toute victime de la guerre. Leçon d'humanisme, parce que toute une conception de l'homme, toute une culture et une philosophie de l'existence s'exprimaient lors de ces épreuves qui étaient surtout la preuve de la plus hante ambition des hommes, le désir d'aller jusqu'au bout de leurs possibilités, de se surpasser eux-mêmes. Grâce à sa connaissance exhaustive des textes anciens et de l'iconographie, l'auteur, sans nier l'aspect viril de certaines confrontations, montre le côté festif fraternel et souvent fastueux de ces spectacles où le corps et l'esprit rivalisaient au sein d'un même idéal de beauté et de valeur. Hommage aux dieux, honneur rendu au vainqueur, mais aussi à sa famille et à sa cité, cette institution locale et nationale se développe dans une atmosphère de convivialité, de compétition joyeuse où une seule place faisait la gloire du vainqueur : la première

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 300  pages
  • Dimensions :  3.0cmx26.5cmx33.0cm
  • Poids : 2390.4g
  • Editeur :   Tana Paru le
  • ISBN :  2845671547
  • EAN13 :  9782845671546
  • Classe Dewey :  938
  • Langue : Français

D'autres livres de André Bernand

Alexandrie la Grande

Dans le monde méditerranéen, Alexandrie partage avec Athènes, Rome et Byzance le privilège d'incarner, à elle seule, toute une civilisation : à la fois des réalités localisées en une cité et un style de vie dépassant largement ces limites. En outre, la ville tire son nom de l'une des plus...

Alexandrie la grande

Dans le monde méditerranéen, Alexandrie partage avec Athènes, Rome et Byzance le privilège d'incarner, à elle seule, toute une civilisation : à la fois des réalités localisées en une cité et un style de vie dépassant largement ces limites. En outre, la ville tire son nom de l'une des plus...

Voir tous les livres de André Bernand

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La célébration à Athènes, en 2004, des jeux qu'on appelle aujourd'hui, de façon restrictive, Olympiques, suscite légitimement l'enthousiasme des foules friandes d'exploits. Dans notre monde où la machine, au lieu de servir l'homme, ne fait que l'asservir, la démonstration des capacités physiques de l'homme - ou de la femme - suscite à bon droit l'admiration des spectateurs. Que ces fêtes aient lieu à Athènes, mère de notre civilisation et modèle culturel du monde entier, leur donne encore plus de lustre. Que ces joutes soient des jeux fait oublier les horreurs et les terreurs qui se produisent dans tous le coins de la planète. En effet l'effort physique poussé jusqu'à l'héroïsme engendre un enthousiasme partagé dans notre monde trop souvent désenchanté, pou quelques jours, sous le ciel du plus beau pays du monde, des chevaliers de l'exploit vont se mesurer dans des confrontations fraternelles. Les fanfares saluant les vainqueurs vont résonner plus fort que les trompettes guerrières. Les bravos, pour un temps, vont faire oublier les bravades et les barbares. Les jeux que les Grecs anciens ont inventés et organisés, sont rétrospectivement une grande leçon d'humanisme et d'humanité. Leço d'humanité car les jeux imposaient ce qu'on appelait " la trêve olympique ", qui suspendait toute guerre et partant, toute victime de la guerre. Leçon d'humanisme, parce que toute une conception de l'homme, toute une culture et une philosophie de l'existence s'exprimaient lors de ces épreuves qui étaient surtout la preuve de la plus hante ambition des hommes, le désir d'aller jusqu'au bout de leurs possibilités, de se surpasser eux-mêmes. Grâce à sa connaissance exhaustive des textes anciens et de l'iconographie, l'auteur, sans nier l'aspect viril de certaines confrontations, montre le côté festif fraternel et souvent fastueux de ces spectacles où le corps et l'esprit rivalisaient au sein d'un même idéal de beauté et de valeur. Hommage aux dieux, honneur rendu au vainqueur, mais aussi à sa famille et à sa cité, cette institution locale et nationale se développe dans une atmosphère de convivialité, de compétition joyeuse où une seule place faisait la gloire du vainqueur : la première