share_book
Envoyer cet article par e-mail

Lettres de Lord Chesterfield à son fils, à Paris, 1750-1752

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Lettres de Lord Chesterfield à son fils, à Paris, 1750-1752

Lettres de Lord Chesterfield à son fils, à Paris, 1750-1752

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Lettres de Lord Chesterfield à son fils, à Paris, 1750-1752"

Les grands seigneurs, notamment ceux du XVIIIe siècle, passent pour d'exécrables pères de famille. Philip Dormer Stanhope, quatrième Earl of Chesterfield (1694-1773), l'auteur des Lettres que l'on va lire, est le type même du grand seigneur du XVIIIe siècle. Le libertinage de ses moeurs, le wit qui le faisait redouter à Londres et estimer de Swift et de Voltaire, semblent bien peu propices à l'amour paternel et à la persévérance préceptorale. Et cependant, c'est le père, c'est le précepteur qui, chez Lord Chesterfield, ont prévalu dans sa renommée posthume sur l'homme du monde désinvolte et sur l'homme d'esprit. Un an après sa mort, en 1774, paraissait l'ouvrage qui a fait de lui, peut-être contre son gré, un classique de la littérature anglaise : les lettres qu'il avait adressées à son fils Philip depuis 1737 (c'était alors un enfant de cinq ans) jusqu'en 1768 (Philip mourut cette année-là, cinq ans avant son père). Jamais père ne s'est montré précepteur aussi affectueux et prévoyant que ce lord qui passait pour blasé et sec. Jamais fils n'a été guidé, suivi, accompagné, endoctriné, conseillé, enseigné, morigéné, avec plus de douceur patiente et de vigilance que ce fils de lord. Seul l'Emile de Rousseau, mais c'est un être de fiction, a été éduqué avec autant d'intelligence et d'amour. (Marc Fumaroli)

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 343  pages
  • Dimensions :  2.4cmx10.6cmx17.6cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages poche
  • ISBN :  2869306792
  • EAN13 :  9782869306790
  • Classe Dewey :  820
  • Langue : Français

D'autres livres de  Marc Fumaroli

L'Homme de cour

Baltasar Gracian (1601-1658) est l'un des plus grands essayistes espagnols du Siècle d'or, que l'on peut comparer à Montaigne et à La Rochefoucauld. Dans L'Homme de cour, dont le texte original date de 1647, qui réunit trois cents maximes ou réflexions, il propose un art de vivre à la cour ...

Prix : 111 DH
La Querelle des Anciens et des Modernes

Anciens et Modernes ? La question est résolue. " Les anciens sont les anciens, et nous sommes les gens de maintenant ". a tranché depuis le XVIe siècle l'Angélique du Malade imaginaire de Molière. Cette adorable jeune fille avait raison, comme ont toujours raison toutes les jeunes [....]...

Dictionnaire de littérature française du XVIIe siècle

ACADÉMIES, Arnauld, Aulnoy, baroque et classicisme, belles-lettres, Boileau, Bossuet, burlesque, Bussy-Rabutin, comédie classique, Corneille, Cyrano de Bergerac, Descartes, dialogue, éloquence sacrée, Faret, Fénelon, Furetière, galanterie, Gassendi, grotesque, Guez de Balzac, Hamilton, [......

Le livre des métaphores

Qu'est-ce qu'une métaphore ? Venu du grec ancien, le terme désigne le transfert purement mental d'un mot, ou d'une expression, de son sens premier, ou propre, à un sens second, ou figuré. Ces glissements de sens ressemblent à de vraies métamorphoses : le feu de cheminée se change le moment ve...

Voir tous les livres de  Marc Fumaroli

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les grands seigneurs, notamment ceux du XVIIIe siècle, passent pour d'exécrables pères de famille. Philip Dormer Stanhope, quatrième Earl of Chesterfield (1694-1773), l'auteur des Lettres que l'on va lire, est le type même du grand seigneur du XVIIIe siècle. Le libertinage de ses moeurs, le wit qui le faisait redouter à Londres et estimer de Swift et de Voltaire, semblent bien peu propices à l'amour paternel et à la persévérance préceptorale. Et cependant, c'est le père, c'est le précepteur qui, chez Lord Chesterfield, ont prévalu dans sa renommée posthume sur l'homme du monde désinvolte et sur l'homme d'esprit. Un an après sa mort, en 1774, paraissait l'ouvrage qui a fait de lui, peut-être contre son gré, un classique de la littérature anglaise : les lettres qu'il avait adressées à son fils Philip depuis 1737 (c'était alors un enfant de cinq ans) jusqu'en 1768 (Philip mourut cette année-là, cinq ans avant son père). Jamais père ne s'est montré précepteur aussi affectueux et prévoyant que ce lord qui passait pour blasé et sec. Jamais fils n'a été guidé, suivi, accompagné, endoctriné, conseillé, enseigné, morigéné, avec plus de douceur patiente et de vigilance que ce fils de lord. Seul l'Emile de Rousseau, mais c'est un être de fiction, a été éduqué avec autant d'intelligence et d'amour. (Marc Fumaroli)