share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Maître de zen : Parole et silence

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Maître de zen : Parole et silence

Le Maître de zen : Parole et silence

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Maître de zen : Parole et silence"

Claude Durix, chirurgien ophtalmologiste a exercé toute sa vie au Maroc. Passionné par le Japon depuis sa plus petite enfance grâce aux récits d'une grand-tante religieuse missionnaire dans ce pays, il apprend le japonais et pratique les arts martiaux dès 1944, pendant la guerre, dans le désert de Lybie. Il sera finalement l'un des plus hauts gradés occidentaux, puisqu'il est 5e dan de Kendô, 3e dan de judô, 2e dan d'Aïkidô et 3e dan de Iaïdô. Il a participé comme combattant à trois championnats du monde de Kendô. Le 31 octobre 1956, il franchit pour la première fois la porte monumentale du Manpuku-ji près de Kyôtô, maison-mère de la branche Ôbaku du Zen. Il est accueilli par le Maître du monastère, Sengoku Rôshi qui lui donne en même temps, son amitié et son enseignement. Il est le premier disciple chrétien de ce Maître et le premier laïc chrétien, catholique, de notre époque, à mener la vie des moines Zen. Après ce premier séjour de quatre mois, il donne des conférences sur le Zen et commence la pratique de Zazen, la méditation du Zen, pour la première fois sur le contient africain. Au cours d'un second séjour au monastère en 1959, il réalise, avec l'aide et sous les directives du Maître Sengoku Rôshi un film sur la vie quotidienne des moines Zen. Sengoku Rôshi le charge d'enseigner le Zen dans son pays. Ce livre raconte l'histoire du Maître de Zen Sengoku Rôshi et de son enseignement très simple, respectueux des traditions et des héritages spirituels de ceux qui le suivent, et toujours soucieux de s'adapter aux environnements nouveaux dans lesquels il est appelé à se développer. " Vous ne devez pas nous imiter servilement, disait le Maître, le Zen en Europe doit être européen. Vous devez créer, créer, créer... ! " Telles furent ses dernières paroles.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  1.8cmx20.8cmx29.0cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   Belles Lettres Paru le
  • ISBN :  2251442170
  • EAN13 :  9782251442174
  • Classe Dewey :  294.3
  • Langue : Français

D'autres livres de Claude Durix

Le Maroc et le saint

Prix : 178 DH

L'Ame poétique du Japon

Ce livre n'est pas au sens strict une anthologie de la littérature japonaise, mais plutôt un survol « impressionniste » de l'âme poétique du Japon. Aux temps anciens émergent des brumes de la première histoire les empereurs mythiques aux chronologies incertaines et les légendes des myriades...

Voir tous les livres de Claude Durix

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Claude Durix, chirurgien ophtalmologiste a exercé toute sa vie au Maroc. Passionné par le Japon depuis sa plus petite enfance grâce aux récits d'une grand-tante religieuse missionnaire dans ce pays, il apprend le japonais et pratique les arts martiaux dès 1944, pendant la guerre, dans le désert de Lybie. Il sera finalement l'un des plus hauts gradés occidentaux, puisqu'il est 5e dan de Kendô, 3e dan de judô, 2e dan d'Aïkidô et 3e dan de Iaïdô. Il a participé comme combattant à trois championnats du monde de Kendô. Le 31 octobre 1956, il franchit pour la première fois la porte monumentale du Manpuku-ji près de Kyôtô, maison-mère de la branche Ôbaku du Zen. Il est accueilli par le Maître du monastère, Sengoku Rôshi qui lui donne en même temps, son amitié et son enseignement. Il est le premier disciple chrétien de ce Maître et le premier laïc chrétien, catholique, de notre époque, à mener la vie des moines Zen. Après ce premier séjour de quatre mois, il donne des conférences sur le Zen et commence la pratique de Zazen, la méditation du Zen, pour la première fois sur le contient africain. Au cours d'un second séjour au monastère en 1959, il réalise, avec l'aide et sous les directives du Maître Sengoku Rôshi un film sur la vie quotidienne des moines Zen. Sengoku Rôshi le charge d'enseigner le Zen dans son pays. Ce livre raconte l'histoire du Maître de Zen Sengoku Rôshi et de son enseignement très simple, respectueux des traditions et des héritages spirituels de ceux qui le suivent, et toujours soucieux de s'adapter aux environnements nouveaux dans lesquels il est appelé à se développer. " Vous ne devez pas nous imiter servilement, disait le Maître, le Zen en Europe doit être européen. Vous devez créer, créer, créer... ! " Telles furent ses dernières paroles.