share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le marteau et son maître : Un commissaire-priseur à l'oeuvre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le marteau et son maître : Un commissaire-priseur à l'oeuvre

Le marteau et son maître : Un commissaire-priseur à l'oeuvre

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le marteau et son maître : Un commissaire-priseur à l'oeuvre"

Le métier de commissaire-priseur a la cote! Et peu d'instruments sont aussi emblématiques d'une profession et de sa dignité que le marteau d'ivoire. Hervé Poulain conte d'une plume savoureuse et alerte sa vie de commissaire-priseur, un métier à compétences multiples, à la fois d'érudit et de juriste, d'entrepreneur de spectacles, de créateur d'événements et aussi de bateleur. Voici le lecteur dans la confidence de ventes prestigieuses et médiatiques qu'il a dirigées (celle de Juan de Beistegui au château de Groussay, celle des décors d'" Apostrophes "...) ou dans le secret de l'inventaire hallucinant des collections du prince Jeffrey, le frère du sultan du Brunei... L'auteur ouvre la boîte de Pandore du beau, de l'insolite et de la curiosité: le fauteuil d'amour d'Edouard VII, le trône du sacre de l'empereur Bokassa et le lit de repos du président Mitterrand, ces trois sièges ont en commun d'être passés sous son marteau... Mais la plume se fait stylet et le marteau assourdissant quand il dévoile les coulisses du marché de l'art, en dénonce les dérives et les aberrations, ou déplore l'effacement de la création française de la scène internationale et en désigne les responsables, ou bien encore fustige l'absence de tout projet fédérateur de ses confrères de l'Hôtel Drouot.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 250  pages
  • Dimensions :  2.6cmx12.6cmx22.4cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Plon Paru le
  • ISBN :  225921097X
  • EAN13 :  9782259210973
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le métier de commissaire-priseur a la cote! Et peu d'instruments sont aussi emblématiques d'une profession et de sa dignité que le marteau d'ivoire. Hervé Poulain conte d'une plume savoureuse et alerte sa vie de commissaire-priseur, un métier à compétences multiples, à la fois d'érudit et de juriste, d'entrepreneur de spectacles, de créateur d'événements et aussi de bateleur. Voici le lecteur dans la confidence de ventes prestigieuses et médiatiques qu'il a dirigées (celle de Juan de Beistegui au château de Groussay, celle des décors d'" Apostrophes "...) ou dans le secret de l'inventaire hallucinant des collections du prince Jeffrey, le frère du sultan du Brunei... L'auteur ouvre la boîte de Pandore du beau, de l'insolite et de la curiosité: le fauteuil d'amour d'Edouard VII, le trône du sacre de l'empereur Bokassa et le lit de repos du président Mitterrand, ces trois sièges ont en commun d'être passés sous son marteau... Mais la plume se fait stylet et le marteau assourdissant quand il dévoile les coulisses du marché de l'art, en dénonce les dérives et les aberrations, ou déplore l'effacement de la création française de la scène internationale et en désigne les responsables, ou bien encore fustige l'absence de tout projet fédérateur de ses confrères de l'Hôtel Drouot.